Magazine France

Denis gautier-sauvagnac, le bouc emissaire.

Publié le 22 octobre 2007 par Menye Alain
Pour sans doute protéger le "frère" du Président, Arnaud L. dans "l'affaire" de délits d'initiés supposée d'EADS, comme par enchantement, DGS est sorti d'un chapeau de magicien.
La presse, pourtant, sait bien que rien ne peut arriver à cet homme, malgré la justice qui est saisie. Comme d'habitude, se servant de l'idée reçue selon laquelle les Français sont d'une nullité abyssale en économie et pour les chiffres, elle charge à tout va DGS or, il ne lui arrivera rien. Voici pourquoi :
-Primo, la loi Waldeck-Rousseau permet depuis 1884 de rémunérer des associations, des syndicats et autres...en liquide. Il l'a fait, reconnu et par conséquent, il est protégé par cette loi.
-Deusio, son prêt à 3% d'intérêt octroyé par sa société n'est pas un acte interdit par la loi. C'est licite. En effet, une société a le DROIT de prêter de l'argent à un des ses salariés.
Alors, où est le problème ? Nulle part. Tout le monde était au courant.
Voilà le gros poisson monté de toutes pièces par la presse, bouc émissaire qui, depuis quelques jours, est lynché, livré à la vindicte populaire parce que les journalistes ne font pas leur travail mais, font du sensationnel avec l'aide de Madame Parisot. La remplaçante de DGS, Cathy Koop, à la tête la délégation patronale pour la négociation sur la modernisation du marché du travail se dit scandalisée par l'affaire de la "caisse noire" de l'UIMM (L'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie).....mon oeil !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Menye Alain 963248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines