Magazine Journal intime

Petites phrases qui tuent

Par Fanette

Comme tous les matins au lever j'ai droit aux questions existentielles de ma fille (si ce n'est pas avant qu'elle se couche, c'est direct au petit matin, tu n'as pas le temps de gouter les premières larmes du thé, elle ne prend jamais de gants, c'est du cash d'entrée de jeu.
Parfois je me demande s'il ne vaudrait pas mieux que je sèche ce p'tit déj pour éviter les questions embarrassantes, et, je ne puis me résigner, parfois le matin j'ai hâte de savoir quelle va être sa première question de la journée.Ce matin :

- maman, pourquoi la prostitution c'est mal ?
-??? le temps de connexion des neurones : le temps que l'électricité allume l'étage supérieur qui envoie le message au miroir qui me le renvoie, et j'hésite : dois je sortir la formule question toute faite 325° tiroir à gauche, ou dois je faire monter le petit nain cérébral, 4° étage, porte à droite tout droit au bout du couloir jaune , et puis à droite juste après la pile d'affaires non classées, de type "Cold Case""Question matinales de Petite"?
Je me reprends, respire une petite bouffée de Ventoline, histoire que ça m'oxygène le cerveau en même temps :
- Qui t'a dit que la prostitution c'est mal ?
- Ben c'est au caté, tu sais, Michèle, elle a dit que c'était mal.
- qu'est ce qu'elle en sait elle que c'est mal, qu'est ce qu'elle t'a dit à ce sujet, qu'est ce que c'est la prostitution ?
- Ben....c'est les femmes qui vendent leur corps pour de l'argent.
- Et ?
- Ben vala, c'est mal elle a dit !
- Ben moi je dis que c'est mal quand on force les femmes à le faire pour ça (petit topo sur l'esclavage sexuel des femmes et jeunes filles dans le monde, sauce Fanette, sans les détails ni les grumeaux, hein ? version enfant.)
- Mais ça veut dire que tu es pour ?
- Ben écoute, ma fille, moi, j'ai jamais eu recours à ça mais je ne juge pas les femmes qui le font, car certaines le font pour que leurs enfants aient de quoi se nourrir, s'habiller, vivre ensemble dans un petit appartement, au lieu d'être séparés par les services sociaux ou bien vivre dehors.
- Beah !
- Ben oui beah, chacun son truc, moi je préfèrerai refaire des ménages du matin au soir, mais regarde, on a papa nous, comment font les mamans qui ont trois enfants où il n' y a pas de papa ?
- ben y a les associations maman !
- Oui, c'est comme le Père Noël chérie !Les associations sont là pour t'aider un peu mais ne peuvent pas aider tout le monde en même temps : il y a beaucoup de misère en France, et puis on a des femmes qui viennent d'ailleurs, de pays où règne la guerre, elles savent pas parler le français, elles ne savent ni lire ni écrire, au début elles font des ménages et parfois elles se prostituent pour s'en sortir !ça coûte cher de vivre en France !
- maman, pourquoi Michèle nous a dit que ?
- j'en sais rien, je ne sais pas, et je ne veux pas savoir, quand on sait pas je préfère que les gens se taisent que de dire n'importe quoi.
- maman,  elle dit n'importe quoi  Michèle ?
- non, elle ne sait pas de quoi elle parle, c'est tout, et surtout, toi, tu ne dis rien au caté, les réponses à ces questions là, tu te les gardes pour toi, elles restent à la maison.En revanche, tu me tiens au courant, sur ce que vous étudiez au caté qu'on puisse en reparler ensuite toutes les deux, ok ?
- ok maman.

Je la regarde avaler son bol de lait chocolaté, et une question me taraude, dois je la laisser encore fréquenter ce caté... mon petit doigt me dit oui : tant qu'elle me ramène ce genre de questionnement, je peux lui ouvrir l'esprit sur des sujets difficiles qu'elle peut comprendre.Déjà qu'elle philosophe pas mal à son petit âge, je vais pouvoir reprendre la fac rapidement derrière elle !Purée de génération de circuits imprimés !

Loin de moi l'idée d'en faire une surdouée comme le caricature SuperOlive !Il y a une différence entre faire raisonner et réfléchir son enfant sur des sujets actuels et les gaver de QI et de psys !

J'ai ri en lisant son billet ce matin, les parents s'autosatisfassent de créer de petits gnômes surintelligents hyperactifs, gavés de cours particuliers dès leur entrée au CP, histoire qu'ils sautent une ou deux classes pour faire la gloire des idéaux de leurs parents, et si par malheur un instituteur lève la voix ou critique la manière d'éduquer leurs enfants, bien mal leur en a pris, on le sait tous bien, un parent sait éduquer un enfant : le manuel est livré avec le placenta, à la naissance !

Un enfant c'est comme une action en bourse : ça ne peut qu'augmenter !Suis je bête, comment ai pu l'oublier ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fanette 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog