Magazine France

Bilan à chaud des élections fédérales 2007

Publié le 22 octobre 2007 par Alain Hubler

Bilan fédérales 07

Dans le canton de Vaud, la gauche de la gauche a perdu environ un tiers de ses suffrages. Au niveau national nous passons de trois à une députée. Avec de pareils résultats, enlaidis par une extrême droitisation du conseil national, une percée des Verts pas tous toujours très sensibles aux causes sociales, un recul des Socialistes, ce n’est pas seulement Josef Zisyadis et le POP & Gauche en mouvement qui prend la pâtée. Ce sont les couches populaires, les travailleurs, les malades, les jeunes en quête d’apprentissage, les immigrés … Bref, les “petits” qui trinquent.

Les “petits” pour lesquels les autres partis, dont le mien, surtout le mien, ne proposent pas, semble-t-il, de solutions alternatives motivantes et convaincantes aux solutions simplistes et exclusionnistes de la clique du SVP. Pourtant des propositions, on en a fait: le salaire minimum, l’égalité fiscale entre les cantons, égalité salariale femmes-hommes absolue, la gratuité de transports publics pour les jeunes en formation, la promotion de l’agriculture contractuelle, etc.

Toutes sont des propositions misant essentiellement sur la solidarité. Le problème serait-il là ? Les Suisses, et particulièrement les couches populaires, ne voudraient-ils plus des solutions solidaires de la gauche ? Préféreraient-ils les solutions individualistes et parfois haineuses de ce qui est devenu le plus grand parti de Suisse ? Si oui, pourquoi et comment ? Pourquoi préfèrent-ils, comme le décrit fort bien François Cherix dans Libération de ce jour, la vision du milliardaire Blocher et de son SVP dont les carburants sont : «soif de pouvoir inextinguible, auto-célébration narcissique, posture messianique du sauveur du peuple, désignation paranoïaque d’un ennemi extérieur (l’Europe) et d’ennemis intérieurs (les étrangers et les socialistes), attaques permanentes contre des institutions tournées en dérision.»

Pourquoi ? Qu’est-ce que la gauche a fait de faux ? Comment se fait-il qu’elle ne se fasse pas comprendre ? Pourquoi les “petits” votent-ils pour le parti d’un milliardaire qui défend les privilèges des puissants et des possédants et qui se fiche totalement de l’environnement naturel et social du pays ?

Se contenter d’une réponse du style le tiers de celles et ceux qui voté est composé d’extémistes de droite, de racistes et de xénophobes est beaucoup trop simpliste et en plus faux. Se contenter de dénoncer sur les moyens financiers dont dispose le SVP est aussi beaucoup trop court.

Il va donc falloir que la gauche de la gauche sorte le nez de son guidon et trouve une solution, trouve des solutions à proposer à celles et ceux qui la quittent pour se réfugier dans le giron malodorant du SVP. Ces solutions, il va aussi falloir les présenter et les expliquer aussi clairement et aussi limpidement que la peur que le SVP distille méthodiquement élection après élection, initiative après initiative. Peur qu’il alimente comme Jacques Lantier enfournait le charbon dans la gueule de la bête humaine.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte