Magazine France

Jean sarkozy, retour sur une affaire mal gérée.

Publié le 26 octobre 2009 par Juan

En quelques jours, l'affaire fut pliée. La dernière tentative d'éteindre la polémique avait échoué. Frédéric lefebvre, fidèle à sa réputation de porte-flingue, s'était lâché au micro de RTL contre les médias et le Net. Ce fut insuffisant. Les sondages ont inquiété le Monarque et ses proches. Mercredi, la décision était prise. Jean Sarkozy ne briguera pas la présidence de l'EPAD. Jeudi soir, il l'annonce au journal de France 2, avec des termes prémachés par les communicants de l'Elysée.
Papa Sarkozy félicite son fiston. Humilié.
Nicolas Sarkozy a félicité son fils, vendredi, sur Facebook. Une sorte de réponse, par réseau social interposé, à cette déclaration filiale: «Est-ce que j'en ai parlé au Président? Non. Est-ce que j'en ai parlé à mon père? Oui.»
Papa Sarkozy a donc répondu au fiston : "Jean a fait preuve cette semaine de grandes qualités face à un choix difficile, dans un contexte qui dépassait largement sa seule personne. Il a pris une décision sage et courageuse. Je suis fier de lui. Il sait maintenant le travail qu’il lui reste... à accomplir. Je vous remercie pour votre soutien et vos commentaires éclairants."
En quelques heures, les ministres-courtisans étaient assommés, ridiculisés, éteints. Depuis 10 jours, ils répétaient, à l'exception de Rama Yade, les "éléments de langage", ces réponses de défense toutes prêtes concoctées par les communiquants de l'Elysée, avec l'aide de Christophe Lambert, le conseiller pubard du fiston Jean.
Vendredi matin, Jean-François Copé a concédé cet aveu, devant l'insistance des journalistes de France Inter : "oui, il y a eu des éléments de langage, parce que les phrases étaient un petit peu stéréotypées, ... oui... il faut comprendre... c'est le fils du président".


Jean-François Copé - France Inter
par franceinter
Jean Sarkozy sera président... de l'EPAD.
Le scenario élyséen a donc échoué... temporairement. Patrick Devedjan ne peut plus être président. L'Elysée avait enterré le projet de décret l'été dernier qui lui aurait permis de passer outre l'âge limite de 65 ans. Un haut fonctionnaire assurera l'intérim. Et dans 6 mois, Jean Sarkozy refera acte de candidature. On prend les paris ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte