Magazine Sport

Euskal pilota, euskal kirol !

Publié le 29 octobre 2009 par Vinz

 

Je vais vous présenter un sport connu des Philippines à la Floride mais qui en France ne dépasse pas les frontières du carré magique Pyrénées Atlantiques, Landes, Hautes-Pyrénées et Gers.

Le fronton du Jaï-Alaï de Pau
Le fronton du Jaï-Alaï de Pau

_Tu joues à la Pala ?

_Pourquoi je peux pas jouer là ?

Voici ce que j’ai failli répondre lorsque des amis m’ont proposé pour la première fois de jouer à la pala, une des spécialités de la pelote basque avec la cesta punta, le joko garbi, la xare (prononcez « chare ») ou encore la main nue. Un sport quasiment inconnu en dehors du Pays Basque et du Béarn. On trouve néanmoins des frontons, énormes murs qui permettent de jouer à la pelote, dans les Landes et plus rarement dans les Hautes-Pyrénées et le Gers.

Personne ne sait vraiment depuis quand on joue à la Pala au Pays Basque mais on commence à en entendre parler vers le début du XVIé siécle.

Le terrain peut faire de 36 à 54 métres de long avec des lignes horizontales tracées tous le 3,5 métres. La ligne 4 est appelé « falta » (faute) car si la balle ne la dépasse pas lors du service le point est perdu et le service est rendu à l’autre équipe. La ligne 7 est appelé « pasa » (passe) car lors du service si la balle la dépasse il faut reservir et on a le droit à deux services. C’est aussi de cette ligne que l’on doit servir. On marque un point lorsque les adversaires laissent rebondir la balle deux fois avant de frapper comme au tennis ou lorsque les adversaires font sortir la balle à droite hors du périmétre du terrain.

La pala peut se jouer en différents endroits.

  • Il y a d’abord les places libres. Si vous vous promenez un jour dans le pays basque vous ne passerez pas un village sans apercevoir une de ces grandes places surmontée d’un fronton.
  • Le mur à gauche, là où je joue le plus souvent. On les trouve en principe dans les gymnases de tous le département, il suffit de dessiner un fronton au mur avec les limites au sol. Certains sont construits au seul usage de la pala. Le but et de marquer des points en s’aidant du mur à gauche. La pelote (balle) doit obligatoirement frapper le fronton mais elle peut toucher le mur gauche avant ou après ou ne pas le toucher, peu importe. En principe on essaye de coller la balle au mur de gauche pour que le pelotari (joueur) ne puisse la renvoyer avec la pala (raquette) car le mur de gauche va le gêner pour la frapper. L’autre coup très apprécié est le « carembot » qui fait que le balle frappe le mur gauche et le fronton presque immédiatement près de l’angle du mur et que le balle rebondisse juste avant la ligne. La vitesse de la balle fait qu’il est très difficile de la rattraper. Le Jaï-Alaï est un mur à gauche beaucoup plus grand qui est surtout utilisé pour la Cesta Punta (Chistera).

 Euskal pilota, euskal kirol !

  • Le trinquet est un terrain fermé ou l’on peut utiliser les 4 murs. La balle doit obligatoirement toucher le fronton mais les 4 murs permettent de faire des coups techniques et complexes à rattraper. Les limites sont dessinées en rouge sur la photo tout ce qui est en vert foncé et en plexiglas fait partie du terrain.

Euskal pilota, euskal kirol !

Le trinquet du complexe de pelote de Pau

  

Le jeu tient son nom de la « pala » sorte de raquette en bois qui pèse de 410 à 500 grammes. Il se joue avec une pelote en gomme pleine, de couleur blanche ou noire. Les pelotes sont classées selon leurs facultés à rebondir selon des points de couleurs. Les pelotes à point blanc rebondissent peu et sont utilisées pour les petits frontons, les point jaunes rebondissent également peu alors que les points verts rebondissent moyennement et les points bleus font de grands rebonds.

   Euskal pilota, euskal kirol !Euskal pilota, euskal kirol !

C’est un sport physique qui se joue à deux contre deux avec un avant, qui joue près du fronton pour récupérer les balles plus techniques et un arriére qui récupérera les balles longues. Ce sport allie puissance, pour frapper fort et loin, et technique pour placer la balle à l’endroit où il faut quand il faut. Les appuis sont fortement sollicités tout comme les articulations des bras. Il y a peu de temps morts et la balle est tout le temps en mouvement surtout lors de gros échanges ou les pelotari s’arrache pour sauver une balle.

La pelote basque est le sport le plus populaire dans les Pyrénées-Atlantiques avec le Rugby et le Basket et commence à dépasser les limites de l’Adour grâce à Canal + Sport qui l’été dernier a diffusé des matches de Cesta Punta. Aussi, c’est un sport qui gagne à être connu et qui a seulement besoin d’un mur, d’une raquette et d’une balle pour être pratiqué. France 3 Aquitaine aussi permet de voir un peu de pelote Basque : http://www.youtube.com/watch?v=8Ei8pYLJN6M

En espérant vous avoir transmis un peu de ma passion pour ce jeu. Sportivement


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine