Magazine Bourse

présidentielle

Publié le 28 mars 2007 par Emmanuel Morgado

Mr sarkozy et l'Euro

Mr Sarkozy lors d'une réunion publique à Lille, s'est déclaré favorable à une pression diplomatique au-près de la BCE pour diminuer le taux de change de l'euro, afin de favoriser l'économie européenne.

il voit comme un "inconvénient"  une monnaie forte.

il y a du bon dans cette déclaration;Croire qu'une monnaie forte est la source de la prospérité est assez simpliste.

Une monnaie ne peut être "forte" que si l'économie est solide;C'était le cas du mark allemand;sinon, la seule méthode pour tenir un taux de change considéré comme fort, c'est de pratiquer des taux d'intérêts élevés, qui attireront les capitaux, poussant à la hausse le change national;Ce que firent certains pays, dont la France , pendant de nombreuses années; Résultat : une politique monétaire entièrement dévouée à l'illusion d'une monnaie forte, par des taux très élevés, ce qui a cassé la croissance, fait perdurer le niveau de chômage.

Une bonne partie de la situation actuelle de la France est a relier à cette période, des années 80 et 90.Récessions, crises des changes, furent les résultats.

C'est la mise en place de l'Euro qui a mis fin à cela; Les taux sont adaptés à l'activité économique, enfin, et ils sont bas; Et les récents relèvements pratiqués par la BCE, ne changent pas vraiment cet état de faits. Le réel apport de l'Euro est là, et c'est beaucoup.

D'où aussi la question: une offensive face à la BCE pour "affaiblir" l'Euro, mais comment affaiblir celui-ci, les taux européens sont déjà plus bas que ceux du dollars; Quant au yen, la situation encore fragile de l'économie japonaise, fait que la banque de Japon va encore maintenir ses taux proches de zéro, niveau peut envisageable pour L'UE.

La situation de l'économie US, en particulier les grandes incertitudes sur l'immobilier, les risques potentiels des crédits immobiliers subprime, peut contribuer à rendre attractive la zone euro, et ce malgré un différentiel de taux favorable à l'économie américaine.Les marchés actions européens restent assez dynamiques par rapport a New york pour dégager de bons rendements sur actifs en euros.

L'Europe souffre-t-elle de la politique monétaire? on ne peut pas raisonnablement dire cela. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog