Magazine Info Locale

Vision Montréal dans le Plateau: politique de la chaise vide et récupération idéologique

Publié le 01 novembre 2009 par Politicoblogue
Chaise Vide

Chaise Vide

En arrivant troisième à la dernière élection, Vision Montréal avait été formellement balayé du Plateau-Mont-Royal. Si bien que depuis leur éviction de notre quartier en 2005, ce parti n’avait plus aucune organisation locale dans le Plateau. Concrètement, c’est-à-dire: aucune réunion de membres, aucune activité quelconque, aucune présence à une séance du conseil d’arrondissement, aucune participation aux assemblées citoyennes! Bref, ce parti n’existait simplement plus dans la vie démocratique du Plateau.

Mais, coup de théâtre il y a cinq mois, Louise Harel prend la tête de Vision Montréal… réanimant du même coup les espoirs électoraux de ce parti moribond.

Il va sans dire, la notoriété de Madame Harel peut virtuellement entraîner l’élection de plusieurs «candidats-poteaux» à Montréal. Or, sur le Plateau Mont-Royal, la magie des élections étant ce qu’elle est, Madame Harel réussira donc à former une équipe avec du vide. En s’accrochant ainsi à l’effet de mode généré par la seule personnalité du nouveau chef, la perspective de se faire élire (sans la moindre dépense d’énergie) devient possible pour plusieurs candidats de Vision Montréal. Cependant, tellement d’énergie déployée par Mme Harel pour prendre la tête de Vision Montréal, que les préparatifs électoraux de son nouveau parti auront été souvent précipités.

Toujours, le coup d’avance

En effet, Vision Montréal n’aura annoncé son premier candidat dans le Plateau qu’à la fin mois d’août. Puis, composant leur équipe au compte-goutte afin de maximiser leur espace médiatique, il faudra aussi déduire que ces candidats doivent leur nomination à la volonté de Madame Harel plutôt qu’à une assemblée d’investiture avec de vrais membres. En ce sens, la première loyauté de ces candidats sera toujours envers leur chef plutôt qu’à un programme quelconque. D’ailleurs, cette préférence de madame Harel pour l’autocratie s’est bien révélée lorsqu’elle préféra prendre la direction de Vision Montréal (une coquille vide) plutôt que de s’allier à Projet Montréal en adoptant notre programme (un programme trop «contraignant» selon ses propos tenus en point de presse après du débat des chefs).

De notre côté à Projet Montréal, fort de l’élan suscité par l’élection de notre chef dans le Plateau (2005) et de notre base militante en constante progression, nous sommes demeurés actifs entre les deux élections. Subséquemment, dans le Plateau Mont-Royal, Projet Montréal aura réussi à investir ses candidats le 12 mai dernier (devant 200 personnes). Puis, quelques jours plus tard en congrès, après une grosse année de travail par nos membres, notre parti s’est démocratiquement doté d’un vaste programme.

En comparaison, le programme de Vision Montréal s’est promptement décidé quelques jours avant l’élection, et ceci, sans démocratie interne (il n’y a pas réellement de «militants» dans ce parti d’affairistes). Évidemment, en surface, admettons tout de même que le programme de Vision Montréal se veut inspiré par le travail de Projet Montréal.

Au plan local maintenant, s’il nous a fallu quatre réunions interminables afin de composer notre plate-forme électorale pour le Plateau, Vision Montréal aura attendu après le dépôt de notre travail pour présenter «leur» plate-forme. Évidemment, le concept que nous partagerions le même programme est l’un des arguments centraux de Vision Montréal afin d’exprimer notre impertinence électorale. En effet, suivant les prémices qu’il faudrait impérativement « voter pour Vision Montréal afin de battre Gérald Tremblay », Projet Montréal s’en retrouverait donc à «diviser le vote». Subséquemment, plutôt que de faire campagne sur des projets d’avenir ou des idées concrètes, Vision Montréal peut se contenter de simplement faire appel au bête vote stratégique. Dans notre système électoral sans compensation proportionnelle, cette recette électorale est classique afin de maintenir la démocratie à son plus bas niveau.

résultats de l'élection municipale dans le Plateau Mont-Royal en 2005

Dans les faits pourtant, non seulement c’est Vision Montréal qui divise le vote dans le Plateau Mont-Royal (ce parti est arrivé 3e à la dernière élection), mais pire encore, cette organisation est le principal adversaire de notre plate-forme locale.

En effet, notre plate-forme tournant autour d’une myriade de mesures spécifiques pour réaménager l’espace urbain du Plateau, nos projets sont menacés par la centralisation radicale préconisée par Vision Montréal. Or, si jamais une majorité d’élus de Vision en arrive à siéger au prochain conseil de ville, soyez assurés que l’enveloppe budgétaire allouée à notre arrondissement sera drastiquement réduite. Ici, c’est donc concrètement dire que Vision Montréal convoite ratatiner notre démocratie au plan local… et s’oppose ainsi à notre pouvoir d’action directe sur notre environnement.

Alors, quoiqu’en dise les opportunistes endimanchés qui aurait théoriquement copié notre plate-forme locale, le vrai programme de Vision Montréal consiste finalement en une simple prière à Louise Harel, sainte mère de tous les Montréalais. De la sorte, puisque la première loyauté des candidats de Vision Montréal est envers “le cheuf” plutôt que les citoyens, puisque nous n’avons jamais vu auparavant ces candidats dans une séance du conseil d’arrondissement du Plateau (à l’exception de notre ancien coordonnateur, Guillaume Vaillancourt), puisque le vrai lien unissant cette «équipe» est la volonté d’être individuellement élu, il faut comprendre que Vision Montréal n’est pas un bon parti pour défendre les intérêts du Plateau Mont-Royal.

l'équipe de Guillaume Vaillancourt

L’équipe” de Guillaume Vaillancourt au dernier conseil d’arrondissement de l’année. Une chance que notre démocratie intéresse les candidats de Vision Montréal qui prétendent à nous représenter!

En définitive. Pouvez-vous faire confiance à des gens qui se présentent aux élections comme des touristes ? Pouvons-nous faire confiance à Guillaume Vaillancourt, celui qui a été capable de trahir Projet Montréal pour pouvoir se présenter à la mairie d’arrondissement? Voulez-vous vraiment d’un technocrate froid, calculateur et distant pour diriger notre quartier?

___________________________________ Politicoblogue.com \ Parce que la politique est partout!

Vision Montréal dans le Plateau: politique de la chaise vide et récupération idéologique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Politicoblogue 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte