Magazine Santé

JMB 2009 : Que faire en Afrique ?

Publié le 03 novembre 2009 par Taliax

Beaucoup de mes lecteurs vivent en Afrique, et ils sont bien souvent malheureusement démunis face à leur bégaiement du fait de l’absence de thérapeutes dans leur pays. Voici le témoignage et les questions de l’un d’eux.

Bonjour,
J’ai 33 ans et je suis bègue depuis environ 20 ans à la mort de mon père. Je vis à Abidjan en Côte d’Ivoire où l’on est très isolé (aucun thérapeute ou orthophoniste disponible a ma connaissance).
Que puis-je faire pour améliorer mon quotidien en étant très démuni ici.
Et du fait que je pense que la mort de mon père puisse être l’origine de mon bégaiement, n’y a-t’il pas une démarche à faire vers un autre type de thérapeute (psy ou hypnotiseur) ?
Merci beaucoup.

Marie-Claude Monfrais-Pfauwadel :

Malheureusement, pour ce qui est de vous aider d’ici à la Côte d’Ivoire, c’est un peu dur. Justement Internet, les forums les blogs sont maintenant un moyen de se sentir moins isolé, de glaner de l’information, et de poser des questions. Hélas, il faut aussi savoir trier dans tout cela, car faits et croyances, mythes et réalités s’y mêlent de façon parfois inextricable – et il faut trier le bon grain de l’ivraie.



Vous pensez que votre bégaiement a été déclenché par le décès de votre père, vers les treize ans. Il est rare qu’un bégaiement débute vers cet âge, si ce n’est dans des contextes très particuliers (crise d’épilepsie, traumatisme crânien). En revanche cela peut être la réactivation d’un bégaiement de l’enfance passé inaperçu. Certains enfants peuvent n’avoir eu qu’un ou deux épisodes de bégaiement qui se sont résolus spontanément et rapidement. Un traumatisme psychologique peut parfaitement provoquer une violente récidive ; j’appelle en fait ces épisodes des « résurgences ». Le bégaiement ne part pas et reste toujours dans l’éventualité de se remanifester.

Hugo Gregory nous avait appris, en cas de récidive ou de résurgence, à chercher avec la personne ce qui avait pu amener à une telle régression, vers un âge où elle n’avait que le bégaiement pour se défendre. C’est très efficace – mais cela suppose aussi que la personne ait pas mal d’ « hindsight », de recul par rapport à son vécu de personne bègue. Alors là, effectivement un psychothérapeute peut vous aider à faire ce travail de deuil et à assumer la perte.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Taliax 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine