Magazine Internet

Qui aurait du gagner les élections municipales selon l’Internet !

Publié le 03 novembre 2009 par Thomadaneau

Le 1er novembre dernier était les élections municipales à travers le Québec. Je vais donc vous parler des présences des élections.. sur Internet ! Je vais diminuer ma rechercher à la ville de Montréal, puisque c’est là qu’il y a eu le plus de mouvements.

Je vais vous montrer qui aurait du gagner les élections si on s’était fier à l’Internet seulement, leurs présences sur le web. C’est fait par curiosité plus que par choix politique. J’ai pris la peine de noter chacun celon moi. J’ai donc analysé Google, Facebook, Twitter et leur site web.

Disclaimer : je n’ai aucune préférence de parti, je ne me fait que la voix du public.

La plupart de ces données ont été prises le 2 novembre au soir.

Je me suis inspirée d’un billet de Ressac Media : Élections Montréal 2009: Portée Médias Sociaux des Partis

Google insight, 30 derniers jours.

Si on regarde les intérêts des gens des recherches sur le web :

Nom des maires

google insight - nom des chefs

  • Gérald Tremblay : 3e
  • Richard Bergeron 1er
  • Louise Harel: 2e de proche

Nom des partis

Google insight, nom des partis élections municipales 2009 Montréal

  • Union Montréal : 3e
  • Projet Montréal : 1er
  • Vision Montréal : 2e

Si on regarde un peu les comptes Twitter de chacun :

twitter-louise harel

@louise_harel, la seule des trois qui a pris son nom pour son compte.

Activités : pas si pire. Plus de followers que ses participants. Plus actif aussi. Surtout autour du 31 octobre. Aucun tweet depuis le 1er novembre en après-midi. Aucune remarque qu’elle n’a pas été élue. 2e

Twitter de Union Montréal

@umtl, le compte d’Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay aka le gagnant.

Acitivtés : Ordinaire, le moins de tweets des trois. Peu de followers. Aucune mention que c’est le parti qui a gagné. Surtout des tweets pour répondre aux question et les billets du blogue. 3e

Compte Twitter de Projet Montréal

@projetmontreal, le compte du parti Projet Montréal. Utilisation correcte. J’aime bien le fond d’écran qui est humble, simplement le chef du parti en vélo.

Activités : super ! Ne tweet pas depuis longtemps, mais a tenu a jour durant la fin de la campagne. Le seul des trois où on peut voir que c’est monsieur Tremblay qui a gagné. On peut y voir des tweets intéressants qui sont plus qu’un lien. Reste à savoir si le compte sera entretenu. 1er


Facebook

  • Groupe Union Montréal, 67 fans. c’est bien beau qu’il soit déjà là, c’est pas mal tout ce qu’ils font.
  • Gérald Tremblay, tout ce qu’on obtient est des personnes qui portent le nom et un groupe nommé congédions le maire Tremblay. 3e
  • Groupe Vision Montréal, 569 membres. pas grand chose, le groupe existe.
  • Louise Harel, bat Gérald Tremblay facilement. Une page personnelle avec 840 amis qui n’est pas vraiment personnel. Il y a aussi une fan page avec 1302 supporteurs. 2e
  • Groupe Projet Montréal, remporte la palme avec 1 688 membres du groupe. Beaucoup plus de commentaires des membres du groupe.
  • Votons Projet Montréal, une fan page avec 1 151 suporteurs qui ressemble un peu trop au groupe par contre. 1er

Site Web

Site web - maire tremblay

  • Hey l’ami, t’es maire. Entk, pas selon ton site web. Un gros Fail si on peut dire côté nouvelles sur le web. 3e
  • rang alexa : 842 713

Site web - Louise Harel

  • Le site de Louise Harel est déjà moins pire. On voit facilement ses présences sur le web, les actualités sont un peu dans le bas de l’écran et il n’y a rien à propos des résultats non plus. Mais bon, meilleur que Gérald Tremblay. 2e
  • Rang Alexa : 428 408

site web - richard bergeron

  • Le site de Richard Bergeron est pas si pire. Un peu beaucoup d’informations si on le compare avec celui de Louise Harel. Pour avoir les nouvelles, il faut cliquer sur un lien. Encore une fois, rien de récent. 3e
  • Rang Alexa : 399 978

Conclusions

L’Internet avec un grand i courronait Richard Bergeron 1er, Louise Harel 2e et Gérald Tremblay 3e. On peut donc dire que le web ne change pas grand chose  à la campagne électorale d’un parti. C’est beaucoup plus une plate-forme qui a été utilisée pour informer les curieux qui s’aventurait sur le site du parti.

On ne parle pas vraiment d‘interactions dans la majorité des cas. C’est normal. Qui voudrait mettre du temps à échanger avec 5% de la population (twitter).

On aura beau dire que tout le monde est sur Facebook, que tout le monde utilise l’internet pour se renseigner de nos jours, que les médias traditionnels s’en vont vers la dérive et etc. etc., mais en politique. Le contraire est plus là. Je ne connais pas les opinions de chacun en ce qui à trait à leurs raisons de voter, mais une chose est sûr, ce n’est pas sur le web qui se sont manifestés. Cela vient prouver encore la puissance du média commun de tous, la télévision.

La présence d’un candidat sur les différents médias sociaux n’est vraiment pas un geste important pour que celui-ci gagne. Il n’est qu’un petit plus pour ceux qui y sont présents aussi et que cela a un incidence sur leur vote.

Si ce n’est pas le cas au Québec, on s’entend par contre pour dire que c’est un peu différent aux États-Unis. Si on prend le cas de Barack Obama. On peut dire qu’il a été très présent sur tous les médias sociaux au cours de sa campagne.

Le site qu’il fallait regarder pour les nouvelles étaient bien sûr celui du gouvernement.

C’est déjà le temps de vous posez la question : Les médias sociaux ou même le web a-t-il modifié votre façon de voir un des candidats ?

Un bravo spécial à Anne-Marie Cordeau qui a créer un blogue durant sa campagne ! (je dis pas qu’y'en a pas d’autres, mais c’est le seul que j’ai eu connaissance.)

Thoma.

Article par: Mieux Connaitre
Qui aurait du gagner les élections municipales selon l’Internet !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thomadaneau 368 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines