Magazine Environnement

Le Haut Conseil sur les Biotechnologies définit le ” sans OGM ” à moins de 0,1%

Publié le 03 novembre 2009 par Greenpeacefrance

Le Haut Conseil sur les Biotechnologies (HCB) a publié le 3 novembre son avis sur la définition des filières dites « sans OGM ». Pour Greenpeace, ces définitions constituent la moins mauvaise façon de permettre la pérennité des productions sans OGM dans le contexte d’une loi condamnable, qui prétend organiser une coexistence impossible dans les faits et va donc légaliser la contamination génétique.

40557

Pour le HCB, il est nécessaire de distinguer les filières végétales et animales :

- en ce qui concerne les filières végétales, c’est-à-dire les végétaux et leurs dérivés (par exemple, le soja, la lécithine de soja ou l’huile de soja), un produit sans OGM doit contenir moins de 0,1 % d’OGM, qui correspond au seuil fiable de quantification d’un OGM
- la même règle s’applique pour les filières animales, c’est-à-dire les produits issus d’animaux, qui pourront être « sans OGM » si les animaux ont été nourris avec des végétaux dits « sans OGM ». Mais pour cette filière, le HCB accepte aussi un étiquetage du même type pour les produits issus d’animaux ayant consommé des produits végétaux non étiquetés OGM, c’est-à-dire qui contiennent moins de 0,9 % d’OGM.

Cette tolérance est due au fait que de nombreux opérateurs ont fait le choix de ne pas utiliser d’OGM, mais sont dépendants des importations de pays tiers, comme le Brésil, où la règle du « sans OGM » ne s’applique pas, en raison du règlement européen sur l’étiquetage des OGM. Un importateur de soja ne peut pas aujourd’hui réclamer du soja « sans OGM » (en dessous de 0,1 %), mais seulement du soja non étiqueté OGM (en dessous de 0,9 %).

Comme le rappellent un grand nombre de scientifiques, il faut accepter que « sans OGM » signifie « un peu d’OGM » pour rendre la coexistence possible. La liberté de produire et consommer sans OGM devient un slogan dénué de réalité.

Greenpeace a accepté de participer au HCB pour tenter de limiter les impacts négatifs des disséminations d’OGM et de faire en sorte que les décrets d’application de la loi sur les cultures d’OGM soient le plus précautionneux possible. Cette participation ne constitue en aucun cas une acceptation des termes de la loi OGM ou du concept de coexistence. Greenpeace reste résolument opposée à toute dissémination d’OGM dans l’environnement.

Nous espérons que la possibilité pour les consommateurs de montrer leur choix de produits « sans OGM » provoquera une forte demande, qui contraindra le marché des OGM à céder la place à une agriculture durable tout en préservant au maximum le choix des producteurs et des consommateurs de produire et consommer « sans OGM ». Nous voulons permettre à tous ceux qui font des efforts pour une production « sans OGM » de se maintenir et assurer qu’il reste des cultures indemnes d’OGM et que la réversibilité soit possible.

Pour mémoire, cet avis est le premier du HCB, créé par la loi sur les OGM de juin 2008. Cette loi instaure la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM. Elle précise que la définition du « sans OGM » se comprend par référence à la définition communautaire. Dans l’attente d’une définition européenne, le seuil correspondant est fixé par voie réglementaire, sur avis du Haut Conseil des biotechnologies, espèce par espèce.

Lire la recommandation du HCB


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greenpeacefrance 109791 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog