Magazine

Pollutions nocturnes

Publié le 05 novembre 2009 par Jfa

Mercredi soir, à 23 h, les agences de presse ont reçu ce que les journaux télévisés du lendemain qualifiaient de “confessions nocturnes” de Nicolas Sarkozy.

En vrac, il reconnaît “des erreurs depuis deux ans et demi : la réforme des lycées, qu’il a dû retirer sous la pression de la rue avant de la retravailler, sa croisière sur le yacht de Bolloré, juste après son élection, que l’Elysée qualifie aujourd’hui de “faute de goût”, le choix de Patrick Devedjian comme secrétaire général de l’UMP en 2007 mais aussi la candidature de son fils à la tête de l’EPAD. Nicolas Sarkozy reconnaît n’avoir rien vu venir mais il admet qu’à partir du moment où il y a eu polémique il y a eu faute”. (Le Monde).

Il annonce aussi, mensonge supplémentaire, ne pas avoir “encore décidé s’il sera candidat en 2012″. Il décerne quelques mauvais points à Rama Yade et fixe le montant du “grand” emprunt dans une fourchette entre 25 et 50 milliards d’€.

Ce mea-culpa partiel fait inévitablement penser au cinéma de l’Amérique de GW Bush dans laquelle faute avouée, si possible en public et à grand renfort de médias, est à moitié pardonnée. Il n’est pas certain que ce cirque fonctionne chez nous.

Pourquoi une telle hâte dans la “culpabilité”? C’est que, outre les couacs dans sa majorité, l’affaire du Prince Jean, les critiques de la Cour des Comptes, l’affaire des sondages de l’Elysée, sa baisse dans tous les récents sondages, au plus bas niveau depuis son accession à la Présidence,…, le dernier sondage BVA est catastrophique.

- Non seulement 65% des sondés sont mécontents de son action (dont 26% des électeurs de droite), mais les perspectives ne sont pas bonnes du tout: 82% des sondés attendent de lui des mesures efficaces contre le chômage, alors que le sommet de la courbe sera atteint en 2011-2012, 66% attendent de lui un soutien efficace au pouvoir d’achat, 51% veulent une réduction des inégalités.

- Ces trois attentes prioritaires sont soit hors d’atteinte, soit à l’opposé de ce qu’il envisage. Par contre, les points sur lesquels il espérait fonder sa contre-offensive populiste sont jugés largement secondaires par les sondés: 28% jugent prioritaire la lutte contre l’insécurité, 12% la réduction du nombre de fonctionnaires, 12% s’enthousiasment pour “la politique d’immigration et de promotion de l’identité nationale”, c’est dire la vanité des efforts du traître Besson pour obéir à son patron.

En fait le seul atout de N. Sarkozy c’est qu’au PS, malgré le “référendum militant”, rien ne change et que, comme le soulignait dernièrement une dépêche Reuters, les syndicats cassent toute velleïté de mobilisation à coup de gréves de 24 heures. Cela risque pourtant de faire un peu juste pour une fin de règne sereine.

- Une étude du Bureau International du Travail “constate une érosion des salaires due à la crise économique, pour la deuxième année consécutive”. (…) “La détérioration actuelle des salaires fait suite à une décennie de modération salariale avant la crise économique mondiale. Le rapport considère que les années de stagnation des salaires par rapport aux gains de productivité – parallèlement à des inégalités croissantes – ont contribué à la crise en limitant la capacité de nombreux ménages à augmenter leur consommation sans recourir à l’endettement”. (….) “Le rapport constate aussi que les bonus excessifs, déconnectés de la performance réelle, ont contribué à la crise en dénaturant le système des primes dans le secteur financier et en encourageant la prise de risques à court terme”.

- “…comment expliquer que les opinions et les gouvernements restent aussi velléitaires face à l’unanimité et à l’inquiétude grandissante des milieux scientifiques envers les catastrophes annoncées ?”. ContreInfo.

- “A la recherche du peuple perdu”. L(B) Blog.

- Identité nationale. Actu bien pris tes comprimés

- Sondages de l’Elysée. NouvelObs . Que cette affaire pue les rétro-versements…

- “La lourde facture du retour de la France dans l’OTAN”. Le Monde.

- L’assouplissement de la carte scolaire “renforce la ghettoïsation des collèges “ambition réussite”, ces établissements scolaires dont les élèves cumulent les difficultés sociales et scolaires. C’est ce que souligne un rapport de la Cour des comptes présenté mardi 3novembre devant la commission des finances du Sénat”. Le Monde. Ce n’est pas faute de l’avoir dit et répété…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte