Magazine France

C'est quoi être démocrate?

Publié le 09 novembre 2009 par Nemo

C'est quoi être démocrate?Il y a peu de temps, j'avais lancé une chaîne sur ce que signifiait aujourd'hui être de gauche ou de droite ce qui en retour avait provoqué en réaction une contre-chaîne de la gauchosphère.
Aujourd'hui, afin de ne pas s'emprisonner dans le piège centriste en donnant une définition négative du projet démocrate, j'ai décidé de lancer une chaîne dans la blogosphère MoDem.
Pour vous, c'est quoi être démocrate?
Voici donc ma modeste contribution. Distingons d'une part, l'idéologie elle-même et d'autre part, ce que concrètement cela doit traduire dans le paysage politique français.
A. L'idéologie
L'idéologie démocrate est un corpus d'idée et de valeurs autour desquels nombre de partis politiques traditionnels peuvent se retrouver.
Elle transcende certaines frontières classiques et à ce titre, la rend quelque peu inintelligible à l'électeur lambda.
Il s'agit en fait d'une synthèse de certains grands principes fondamentaux. L'idéologie ne fait plus débat au Etats-Unis et en Angleterre où ils y sont clairement définis.
Les Democrats sont la gauche américaine et les LibDems sont pour certains sujets plus à gauche que les travaillistes d'aujourd'hui. Il y existe pourtant une gauche classique répondant aux critères historiques français. Elle est certes culturellement faiblement représentée.
François Bayrou a utilisé dans ses discours fréquemment les mots suivants: humanisme, solidarité, valeurs républicaines.
Ce qui distingue foncièrement le projet démocrate français du modèle américain est que nous sommes à la fois républicains ET démocrates.
1. Nous sommes républicains
Liberté: nous revendiquons l'héritage libéral qui a nourri les philosophes et penseurs de la Révolution Français. Le libéralisme économique ne saurait par ailleurs en être distingué dans la mesure où il s'agit de principes universels et non pas d'idées appliquées avec discrétion. Cela ne signifie pas qu'il faut appliquer la seule théorie libérale du laisser-faire mais qu'il convient de réguler l'économie afin de garantir l'égalité et la solidarité pour tous.
Egalité: pilier des valeurs républicaines, nous croyons en une société égalitaire et non égalitariste.
Nul ne saurait se prévaloir d'un quelconque privilège de naissance, que ce soit par une couleur de peau ou de manière plus perverse, un milieu social.
L'Etat doit être le garant de cette égalité.
Fraternité: la solidarité doit être effective. Elle ne doit pas être assistance : plutôt que de donner un poisson à celui qui a faim, nous préférons lui apprendre à pêcher. Cela n'interdit pas de le nourrir le temps de l'apprentissage...
2. Nous sommes démocrates.
Toute forme de dictature est proscrite, que ce soit le fait de quelques-uns, d'un groupe ou même du peuple. La société doit être nourrie d'équilibres entre la responsabilité individuelle et l'intérêt général.
Les idéologies d'extrême-gauche sont rejetées: marxisme, léninisme, trotskysme, communisme, socialisme et toute forme d'anticapitalisme.
Les idéologies d'une certaine droite et de l'extrême-droite sont exclues: nationalisme, conservatisme, ultra-libéralisme, fascisme.
L'Etat doit être fort mais ne doit intervenir que dans des attributions spécifiques qui lui sont dévolus.
Son action doit être intelligible pour le peuple et son fonctionnement associer simplicité et efficacité. L'Etat doit être au service de ses administrés.
L'idéologie démocrate est une synthèse d'une gauche modérée, du centre et de la droite modérée. La social-démocratie rejoint le libéralisme social.
3. Nous sommes humanistes
Le système doit être au service de l'Homme et non l'inverse.
Le travail doit être reconnu à sa juste valeur, le dumping social et fiscal doivent être fortement combattus.
L'Homme doit aussi être protégé de lui-même.
Il doit vivre en harmonie avec son prochain mais aussi avec son environnement au travers d'un développement soutenable.
Le système économique actuel doit être profondément en freinant l'ultra-financiarisation de l'activité dont on connaît aujourd'hui les travers et qui ne permet pas l'intégration de la question écologique de manière sérieuse.
B. Concrètement
1. Economie de marché
Si nous rejetons l'absolutisme, nous préférons réformer l'économie de marché plutôt que de la rejeter en bloc. Toutefois, l'aventure économique, la volonté de faire du profit, la liberté individuelle sont de puissants moteurs qui à l'échelle globale doivent être tempérés afin de réduire les effets déshumanisants.
2. Rôle de l'Etat
Des services publics forts et non pas un interventionnisme à tout crin.
L'état de notre justice est accablante, notre système éducatif en décrépitude, une politique répressive aberrante faite d'une suraccumulation de lois démagogiques devenues lettres mortes faute de moyens. Commençons par y mettre un vrai budget et faisons preuve de pragmatisme.
Les services publics indiscutables pour moi (c'est-à-dire les secteurs d'activité qui en partie ou en totalité doivent être extérieurs aux règles du marché et notamment de la libre-concurrence) sont: les services postaux, les services de communication (Internet devrait en faire partie!), les transports, outre les services publics traditionnels (éducation, justice, santé...)
Pour rappel, les principes s'appliquant aux services publics sont:
Continuité, mutabilité, égalité, neutralité, laïcité, efficacité.
La question de la concession de service public au bénéfice d'une entreprise privée ou d'une entreprise nationalisée est somme toute, secondaire si ces conditions sont réunies.
3. Environnement
Prenons la question environnementale par le bon bout: l'Europe et le Monde.
A l'échelle locale ensuite, doivent d'abord être freinés, les lourdes atteintes à l'équilibre écologique. Il faut cesser cette politique de la ménagère qui trie ses déchets et il ne faut pas sombrer non plus dans une écologie qui ne soit pas au service de l'Homme.
Les industries polluantes doivent changer profondément tant dans leur propre consommation que dans leur production.
4. L'entreprise
En application du principe de la régulation de l'économie pour freiner les dérives déshumanisantes, on ne saurait traiter une TPE/PME comme une grande entreprise.
Les TPE/PME doivent véritablement bénéficier d'une régime spécifique qui leur permettent de développer une activité sereinement et attirer de nouveaux entrepreneurs.
A ceux-là, je pense qu'il faudrait leur proposer la règle des trois "uniques":
Un organisme collecteur unique, un formulaire unique, une taxe unique.
Ce principe s'appliquerait à chaque fois en droit du travail et en droit fiscal.
5. La solidarité
La solidarité mais le refus de l'assistance. Indemniser ne suffit pas. Il faut un véritable accompagnement des chômeurs (psychologique, formation, bilans de compétences, projet professionnel, etc...).
150 à 300 dossiers par mois pour les employés du Pôle Emploi sont à ce titre inacceptables.
Les allocations de survie (RMI, RSA) et de chômage doivent toujours être assortis de mesures d'accompagnement et de contrôle.
6. Les institutions
Le chef de l'exécutif doit être responsable devant le pouvoir législatif, la justice doit être totalement indépendante du pouvoir politique, le législatif doit être véritablement légitime en y ajoutant une dose de proportionnelle.
Les médias, qualifiés de quatrième pouvoir, ne doivent pas créer de conflits d'intérêts avec l'Etat.
Ils ne peuvent être donc détenus par des entreprises ou groupements dont une part importante du chiffre d'affaires provient d'un commerce réalisé pour le compte de l'Etat.
Suppression du Sénat. Un ministère public nommé par l'exécutif.
7. La classe politique
Une classe politique responsable et déprofessionnalisée: pas de cumul des mandats, pas plus de deux mandats successifs, une rémunération ambitieuse, un accompagnement dans le retour à la vie civile.
8. Education Nationale
Exigence et égalité pour tous. La méritocratie doit être promue et effacer autant que faire se peut l'avantage qu'a l'élève bien né sur l'élève issu de milieux moins favorisés.
Sport: Une véritable politique sportive qui doit permettre aux sportifs de haut niveau de vivre de leur pratique. Si les footballeurs sont plutôt bien servis, le rugby en voie d'amélioration, les autres sports sont laissés à l'abandon...
Recherche: Investir abondamment dans la recherche fondamentale comme appliquée. La France doit être le moteur européen !
9. Europe: Une Europe fédérale, une défense européenne, une justice européenne, une fiscalité européenne, une promotion sociale européenne. Comment y parvenir? En organisant un club des pays prêts à s'associer pour être le moteur de l'Europe en acceptant une forte harmonisation.
10. Une fiscalité républicaine: liberté, égalité, fraternité.
Liberté: la fiscalité ne doit pas être liberticide.
Egalité: il faut revenir sur la plupart des niches fiscales.
Fraternité: elle doit permettre de financer la solidarité.
11. Police et politique pénale: donner les moyens à la justice (dont le budget doit au moins être doublé), mieux former les agents de police, instaurer une politique plus juste et plus répressive sur la délinquance financière et politique
12. Adminsitration: l'Etat ne doit pas s'auto-alimenter. A terme, seuls quatre niveaux de compétences seront nécessaires: la commune, la région, l'Etat, l'Europe.
---
Inutile d'être aussi précis et détaillé mais j'invite mes camarades blogueurs démocrates à définir de manière la plus claire précise ce qu'est pour vous l'idéologie démocrate.
Certains ne manqueront pas de signaler que je n'ai pas abordé d'autres thèmes essentiels, (relations du travail, culture,...) n'hésitez pas à commenter et à suggérer !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nemo 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte