Magazine France

Collectivités locales : la fin de la parité politique locale ?

Publié le 09 novembre 2009 par Juan

Quelques blogueuses vigilantes ont dévoilé un autre effet pervers de la prochaine réforme des collectivités locales : la présence d'éluEs sera grandement affectée et diminuée par la fusion des mandats de conseillers généraux et généraux prévu par le projet de Nicolas Sarkozy.
Alors que Xavier Darcos, le ministre du travail, annonçait son projet de mettre en place un dispositif de pénalités financières à l'encontre des entreprises ne respectant pas la parité homme/femme dans leur gouvernance, cette nouvelle fait tâche.
Le 3 novembre dernier, plusieurs femmes politiques, présidentes des délégations aux droits des femmes du Sénat, de l'Assemblée Nationale et et du Conseil Economique et Social, publiaient un communiqué de presse dénonçant ce funeste projet. En cause, le mode de scrutin retenu par Nicolas Sarkozy : il serait uninominal à un tour pour 80% des 3000 futurs mandats territoriaux. En d'autres termes, la liste parvenue en tête emporte le poste en un seul scrutin. Les 20% de postes restants seraient pourvus à la proportionnelle, sur la base de listes départementales.
En 2004, le mode de scrutin des élections régionales était proportionnel, sur la base de listes soumises à l'obligation de parité, ce qui a permis l'élection de 47,6% de femmes. Pour les élections cantonales, le scrutin uninominal à un tour, sans obligation de parité lors de la constitution des listes n'avait permis l'élection
Le projet gouvernemental, adopté en conseil des ministres le 21 octobre dernier sur la base de recommandation d'un comité composé de onze hommes et une femme (on ne se refait pas !), ne prévoit une obligation de parité dans la composition des listes que pour les 20% de mandats restant à pourvoir sur une base proportionnelle...
Une rapide extrapolation, sur la base du taux de présence des femmes dans les mandats actuels (12% dans les conseils généraux, 47% dans les conseils régionaux) donne un résultat effrayant pour la parité dans nos futures instances politiques locales : 19%...
Sur 39 ministres et secrétaires d'Etat du gouvernement Fillon, on compte 13 femmes, soit 34%.
Sur les 50 proches et conseillers du Président de la République, on compte six femmes, soit 12%.
En 2006 à Périgueux, Nicolas Sarkozy n'avait pas assez d'éloquence pour louer la parité politique. Rappelez-vous :

"Depuis qu’en 1944, le général de Gaulle a fait entrer les femmes de plain-pied dans la République en leur donnant le droit de vote, les progrès ont été bien insuffisants. (…) Malgré la loi sur la parité, malgré la loi sur l’égalité professionnelle, les femmes ne sont pas encore des citoyennes à part entière dans notre République. Je veux un État exemplaire en matière d’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes et on est encore bien loin du compte. Je veux que dans les conseils d’administration des entreprises publiques il y ait au moins 50% de femmes. Je veux que le principe de la parité tel qu’il s’applique à la politique s’applique aussi aux représentants du personnel dans les entreprises."

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte