Magazine Culture

Grey's Anatomy : 4.02 Love/Addiction

Publié le 20 octobre 2007 par Nicolas Dumont

greysanatomy23     Diffusion originale : 04/10/2007

     Chaîne : ABC

     Audience : 18,51 millions

      Deuxième épisode de cette nouvelle saison et c'est plutôt pas mal. Rien de transcendant jusqu'à présent mais rien de vraiment ennuyeux non plus.

          Grey's Anatomy nous fournit bien souvent des cas médicaux sortant de l'ordinaire. Rarissimes, parfois ridicules ou bien tirés par les cheveux comme la biche de l'épisode précédent. On croit cette fois-ci avoir affaire à un cas plus classique avec l'explosion d'une conduite de gaz et des blessés brûlés au deuxième ou troisième degré. Trop simple. Les propriétaires de la maison possédaient en réalité un labo clandestin de méthamphétamines. Des murs et des sols infestés de cette drogue synthétique psycho-stimulante. Pas bon du tout pour les organismes tout ça. Une absorption passive à petites doses au fil des années tout comme les non fumeurs subissant les affres de la fumée de cigarettes de leurs homologues fumeurs. Un détail que ces personnes semblaient avoir oublié. C'est surtout pour leur bébé que l'on a de la peine, celui-ci n'étant pas responsable de la bêtise de ses parents. Le cas médical est loin d'être l'attrait de cet épisode. Le sujet de la drogue cadre juste bien avec le thème de l'épisode : la dépendance.

          Ce cas permet également d'avoir une scène géniale entre Bailey et Karev. Petite explication. Karev, n'en pouvant plus devant la bêtise du père, s'emballe sur lui pour ses activités clandestines, en lui faisant bien remarquer que c'est la prison qui l'attend maintenant. Celui-ci lui balance alors un bon gros coup de poing et s'enfuit avec son enfant pourtant bien mal en point. Vraiment bête jusqu'au bout celui-là. Quoiqu'il en soit, cela donne l'occasion à Bailey de réprimander une bonne fois Karev pour avoir attaqué verbalement un dealer avant que la police n'arrive. Une scène vraiment excellente. Encore davantage avec le "Merci" de Bailey à la fin. Oui, Bailey est contente de pouvoir à nouveau exprimer toute l'autorité qu'on lui connaît. On retrouve dans cet épisode la Bailey que l'on adore, avec ses réprimandes et son franc parler habituels. Outre cette scène avec Karev, il y a également celle avec les nouveaux internes à qui elle fait bien remarquer qu'ils ne sont rien ici ainsi que celle avec Meredith à qui elle demande un service bien à sa manière. Que de très bonnes scènes que vous pouvez retrouver ici : http://fr.youtube.com/watch?v=Oinkj94FqOw

          On avait quitté Meredith et Derek en plein "breap-up sex". Logique donc de les retrouver ensemble dans un lit dès le début de l'épisode. L'occasion de rappeler que Meredith ronfle. L'occasion également de mettre les choses au point : ils ne sont plus ensemble. SM. Voilà ce à quoi ils se limiteront. Hoo, je vous vois venir avec vos esprits détournés. Non, pas de ça ici. SM = sexe et moqueries. C'est à eux que s'applique tout particulièrement le thème de dépendance de l'épisode. Impossible pour eux de se séparer totalement l'un l'autre.  Une attirance entièrement incontrôlable. Une situation assez bien mise en scène notamment avec la scène de fin où l'on sent très bien que Derek aimerait lutter mais qu'il n'en a pas la force. Il est pourtant conscient qu'il a un problème et qu'un jour ou l'autre, cette situation va blesser l'un ou l'autre. On aura quand même tout eu comme relations entre Derek et Meredith. Un jour, on en aura fait le tour...

          Impossible pour Meredith de se détacher de Derek mais rien de plus facile pour elle de ne pas approcher de sa

greysanatomy56
demi-soeur Lexie. Déjà méchante avec elle lors de l'épisode précédent, elle met cette fois-ci les choses bien au clair : elle ne veut pas du tout la connaître et celle-ci doit cesser d'essayer de lui parler. Une décision nette, précise, inéluctable. Une attitude qui fait beaucoup de peine à Lexie qui ne sait plus retenir ses larmes à la fin de l'épisode dans le vestiaire. Elle doit ressentir un terrible sentiment d'injustice car elle n'est coupable de rien. Toute cette colère n'est pas dirigée vers elle mais plutôt vers leur père commun. Elle ne fait que subir les conséquences de sa position délicate. Même si l'on peut comprendre la rancune de Meredith après tout ce qu'elle s'est pris dans la gueule la saison précédente, je la trouve un peu dure avec Lexie.Une relation qu'il sera intéressant de suivre car nul doute que celles-ci seront amenées à collaborer dans le cadre de leur travail.

          La relation George/Izzie est cette fois-ci toute proche de la concrétisation et de l'officialisation. J'ai beaucoup aimé toute cette tension qui régnait lors de tout l'épisode entre Izzie et Callie (notamment lorsque Izzie ne cesse de laisser tomber des instruments dans la salle d'opération). Car oui, Izzie a raison, il faut penser aux conséquences lorsque de telles histoires d'amour font interagir trois personnes travaillant ensemble. Qui plus est lorsque l'une d'entre elles est le supérieur des deux autres. Ca m'a néanmoins énervé qu'elle dise à George de ne finalement rien dire à Callie. Pas de pas en arrière SVP. Heureusement, George réalise qu'il ne peut continuer à vivre comme cela, restant avec Callie juste par l'obligation du mariage, et qu'il doit être honnête avec elle. Je suis quand même content que cette histoire entre George et Izzie soit sérieuse, cela nous évite la désagréable impression que tout le monde couche avec tout le monde juste pour le fun. J'attends en tout cas avec impatience le gros clash qui devrait arriver très prochainement.

          Dernier point de l'épisode à aborder, la visite de la mère de Burke au Seattle Grace. L'occasion de voir interagir quelques personnages avec elle. A défaut d'avoir vu un vrai départ pour Burke, on va dire que ses quelques phrases comblent légèrement le manque de transition. Les différents dialogues étaient en tout cas intéressants car ils s'intégraient bien dans les différentes intrigue,s ouvrant les yeux à quelques-uns comme Derek ou George. Très drôle le dialogue avec Meredith qui ne sait plus où se mettre. Un peu déçu de la conversation avec Cristina, assez courte et peu révélatrice. Cristina est pourtant toujours excellente dans ses remarques, notamment avec les nouveaux internes.

                     ******************************************************************************

         Au final, un bon épisode ni exceptionnel ni ennuyant. On clôt petit à petit les intrigues de la saison précédente. Une bonne chose mais il faudra tâcher d'en trouver de nouvelles pour cette saison. Beaucoup d'espoir pour cette saison car l'on retrouve peu à peu l'humour qui fait une partie du succès de GA avec Bailey et les scènes faisant intervenir les nouveaux internes.

                      ******************************************************************************


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nicolas Dumont 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte