Magazine Politique

Charly et les juges d'instruction

Publié le 12 novembre 2009 par Careagit
« Angolagate : Les révélations attendues de Pasqua ». Le titre du Figaro.fr cet après midi est un tantinet dérangeant. Oui, j’ai bien envie de me pincer le nez mais je ne sais pas trop la raison pour laquelle je dois le faire. Dans le premier cas, c’est le « pourquoi n’a-t-il rien dit avant » qui est un tout petit peu gênant. Le bonhomme connais les dossiers puants mais ne les balances que lorsqu’il est mis en danger (prison ferme en l’espèce). Dans le second cas, c’est la méthode de défense du bonhomme qui me répugne, remuer la merde dans le passé d’autres pour se faire couvrir par « les bonnes personnes » c’est ostensiblement dire au peuple « regardez bande de cons, je connais les bonnes personnes, je vous la mets bien profond ! » C’est l’archétype de la république à papa que Nicolas Sarkozy avait promis de détruire. Promis, on repassera.
La République est pourrie. On le savait. Le pouvoir est pourri. On le savait. Il est même pourri partout, dans tout les pays du monde. Se convaincre du contraire c’est être un brin candide.
Cette affaire n’échappe pas à la règle. Je n’ai même pas envie de débattre du fond du dossier. Il est d’abord bien trop complexe pour qu’un piètre blogueur se lance dans le procès d’untel ou d’un autre. Il est surtout tellement politique qui débecte le premier passionné « de la chose publique » venu. La seule chose qui m’étonne c’est la vivacité de cette affaire, qui remonte, comme par magie, dans les bottes déjà chargées de Chirac et de Villepin. Un peu comme si Cleastream n’ayant pas suffit à dézinguer les chiraquiens (Certains français voient même en Villepin la meilleure opposition actuelle !), l’Angolagate était envoyé comme seconde salve pour finir le boulot. Chirac et Villepin doivent avoir les fesses qui font bravo, les autres ? Il suffit qu’ils aient su prendre le bon wagon en 2007 en suivant NS plutôt que comploter avec les Chiraquiens. La politique c’est plutôt facile en fait, il faut toujours être du côté du plus fort.
En terme juridique, Marc Vasseur s’est fait un plaisir de décliner les délits pour lesquels Pasqua pourrait être condamné… il n’a pas totalement tord.
Un pour tous et Dieu pour les autres où l’omerta politique. Ennemis, couvrez-moi où tombons tous. A gerber. Pardon, Charles Pasqua est innocent. Même si sa conférence de presse tend plutôt à prouver le contraire… Bref, lorsque j’entends des débats passionnés sur Jean Sarkozy et tous ces autres sujets prépondérants comme le présence ou non de Sarkozy sur le mur de Berlin à la bonne date, je regrette, profondément, qu’il n’y eût seulement le dixième de ces débats pour l’annonce de la suppression du juge d’instruction.
Car qu’il s’agisse de Clearstream ou de cette affaire d’Angolagate, on oublie trop souvent que sans juges d’instructions, tout ce beau monde eût été bien tranquille.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Careagit 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines