Magazine High tech

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

Publié le 13 novembre 2009 par Nistyk

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un petit coup de coeur, Eternal Sonata, un jeu de rôle sorti en 2007 sur Xbox 360, édité par Namco Bandai Games et développé par tri-Crescendo. Et depuis peu (début 2009) disponible sur PS3 avec quelques bonus tel que des donjons et des quêtes supplémentaires.

Toute l’histoire se déroule autour du personnage principal qui n’est autre que Frédéric-François Chopin. L’aventure que l’on vit n’est en fait qu’un rêve que fait le compositeur à la veille de sa mort. On se retrouve donc dans son monde imaginaire ou l’on va rencontrer différent personnages et mener des quêtes qui ne sont au final peut être pas si irréel que ça … Jusque là rien de bien surprenant, sauf peut être le fait qu’un personnage célèbre fasse parti du jeu.

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360
[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

Mais une fois le jeu lancé on se rend compte de la beauté qui émane des décors. On reste émerveillé devant ces environnements submergeant de couleur, on en prend réellement plein les yeux. Bien sur tout le reste n’est pas dégueulasse, que ce soit les personnages, les effets spéciaux lors des combats, rien n’est à jeter !! Sincèrement j’insiste, on reste ébahi devant certaines scènes totalement resplendissantes

;)
.

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360
[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

En dehors de ça on a affaire un gameplay plutôt banal mais qui au final va s’avérer assez original. A la base il s’agit d’un tour par tout classique avec un temps de réflexion et un temps d’attaque. Mais ce gameplay a la particularité d’évoluer au fur et à mesure de l’histoire, permettant ainsi de casser un peu la linéarité que l’on aurait tendance à rencontrer à la longue. Il est divisé en 6 niveaux, chacun apporte sa dose de nouveauté et vient pimenter les combats. Par exemple en enlevant du temps de réflexion, en ajoutant un système de combo vous permettant d’enchainer des attaques etc. Au final on se retrouve avec des combats dynamiques ou la concentration est primordiale.

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360
[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

Je vous rappelle que l’on est dans l’imaginaire du célèbre compositeur et pianiste Frédéric-François Chopin alors vous vous imaginez bien que la bande son même si elle n’est pas de lui, reste à la hauteur. D’ailleurs petite particularité du jeu, comme pour marquer la fin d’un chapitre, plusieurs récits concernant l’histoire de quelques une de ces mélodies nous sont conter et pour accompagnez la musique des vrais photographies ont été introduit dans le jeu. Parfois on en vient même à se demander si l’on est toujours dans un jeu vidéo, c’est quelque chose que je n’avais encore jamais vu et que je trouve vraiment intéressante.

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360
[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

En plus de ces vidéos nous racontant différents évènements de la vie de Chopin, de très nombreuses et longues cinématiques viennent allonger la durée de vie du jeu, mais cette fois en rapport direct avec le jeu. Mais tout cela n’est pas vraiment un défaut à mes yeux. En visionnant toutes les cinématiques, et en parcourant l’Unisson Mystérieux (Donjon bonus qui se trouve avant la fin) une trentaine d’heure vous sera nécessaire pour boucler le jeu. Sans parler de la possibilité de recommencer une partie en New Game + avec un niveau de difficulté accrue, en perdant tout vos équipements et vos personnages remis à zéro….

[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360
[Critique] Eternal Sonata sur Xbox 360

En conclusion je dirais que pour tout amateur de rpg vous ne devriez pas passer à côté. Bien que pour certains le jeu soit sans réel challenge en première partie, au-delà d’un jeu c’est aussi une expérience unique à vivre. Pour ma part je ne partais pas très emballé, le tout me semblait très immature mais après quelques heures on se plonge dans l’univers et le piège se referme, on se doit de continuer à jouer

!
A savoir qu’il ne coûte vraiment pas une fortune, comptez une vingtaine d’euros. Alors si avec ça vous n’êtes toujours pas décidé…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nistyk Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog