Magazine Science & vie

Géopolitique spatiale

Publié le 19 novembre 2009 par Toulouseweb

Géopolitique spatiale

La conquête de l’espace garde toute sa valeur symbolique.


Il y a un demi-siècle, à ses débuts, la conquête de l’espace était l’apanage des deux superpuissances. L’une et l’autre y voyaient la possibilité d’affirmer leur suprématie, avec d’autant plus de force que la technologie utilisée était proche de celle nécessaire à la mise au point de lanceurs militaires porteurs de charges destructrices.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Le monde a changé, l’homme a marché sur la Lune il y a déjà 40 ans, une seule superpuissance reste en place, l’espace continue de susciter un intérêt soutenu, mais dans un contexte profondément différent. D’autant que la liste des pays concernés est désormais longue d’une cinquantaine de noms...

Leurs motivations ne sont pas inattendues : la recherche, bien sûr, des applications pratiques nombreuses et la Défense. Gérard Brachet, président de l’Académie de l’air et de l’espace, ancien patron du Cnes, vient de détailler cet inventaire à la tribune du Palais de la Découverte, à Paris. Ce qui lui a permis de souligner que l’espace reste un excellent indicateur de capacité technologique. D’où sa grande valeur symbolique. Le nec plus ultra étant évidemment d’accéder aux vols habités, assurés de la plus grande visibilité, même sans finalité déclarée.

«A l’époque de la guerre froide, ils permettaient des démonstrations de capacité, comme c’est le cas, aujourd’hui, pour les Chinois», note Gérard Brachet. En ces temps nouveaux, ou tout au moins différents, les raisons d’investir dans l’espace restent très fortes : recherche, exploration, volonté de découverte. Viennent ensuite les applications au service des citoyens, nombreuses, diverses et, enfin, les applications militaires.
Cinquante pays ont des programmes spatiaux. C’est effectivement beaucoup mais il convient de le placer dans son juste contexte.

Les Etats-Unis sont largement en tête, de toutes les manières, avec des budgets spatiaux militaires de 20 milliards de dollars, 18 milliards de plus pour la NASA et un montant soigneusement gardé secret pour les «black programs», programmes secrets du Pentagone. Autre manière de mesurer cet effort de grande ampleur : à eux seuls, les Etats-Unis représentent 80% des dépenses spatiales mondiales.

Cela étant rappelé, le maintien du leadership américain n’est ni simple, ni automatique. Ainsi, le retour vers la Lune, décidé en 2004, n’a pas été clairement confirmé par l’administration Obama. La NASA a constaté qu’il lui manque une rallonge budgétaire de 3 milliards de dollars par an pour mener à bien cette mission, ce qui, estime Gérard Brachet, reporte sans doute ce retour à l’horizon 2025, et non plus 2020.

Mars ? Ce devrait être l’étape suivante, logique. Mais quand ? Et avec quels moyens ? Cette question dissimule imparfaitement une déception latente, un objectif qui reste plus que jamais lointain. La planète rouge est autrement plus éloignée que le satellite naturel de la Terre : 6 mois de voyage dans chaque sens. Et il faudra y rester un an, pour attendre que revienne une position relative favorable des deux planètes. De plus, il faudra sans doute fabriquer sur place de quoi rentrer. Comment ? C’est a priori très compliqué.

Dès lors, faut-il revoir les ambitions à la baisse ? Certainement pas ! D’autant que Gérard Brachet écarte les méthodes robotiques en disant avec beaucoup de conviction que l’exploration n’est jamais complète tant que l’homme n’est pas allé sur place. C’est là une règle qui ne souffre aucune exception. Imagine-t-on l’Everest conquis par un robot ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toulouseweb 6745 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog