Magazine

L’accent tué dans la capitale

Publié le 30 juin 2009 par Chaponoff
« Un médecin-typographe de comptoir… », c’est ainsi que mon ami Frédéric Tachot me présente lorsque, de temps en temps, nous organisons ensemble des formations destinées aux entreprises qui souhaitent améliorer la qualité de leur communication écrite. Frédéric est un authentique typographe, même si de temps à autre il ne dédaigne pas les comptoirs.
Je vous parlerai plus longuement de lui dans un prochain article.
La passion de la typographie m’est venue sur le tard. Pour m’aider à préparer ma thèse de doctorat en médecine, dirigée par le Pr Jacques Drucker à Tours, j’avais choisi comme entraineur (coach) le Dr Pierre Arwidson. Avant de m’interroger sur certains aspects de ma thèse, Pierre branchait le magnétophone. Je n’avais plus ensuite qu’à écouter les cassettes et à taper le contenu de ces dernières sur mon Macintosh (avec le logiciel MacWrite Pro pour ceux qui s’en souviennent et qui ne sont pas niaiseux). Je recommande d’ailleurs cette méthode à celles et ceux qui ont des difficultés passagères à rédiger.
À la relecture, Pierre faisait des corrections qui me paraissaient bien étranges. Il mettait des tirets et supprimait les majuscules à tous les termes de mes énumérations. Il rajoutait des espaces avant les doubles ponctuations et accentuait les lettres capitales… Intrigué, je lui demandai d’où venait sa connaissance des lois et règles régissant l’écriture imprimée. Pierre me répondit qu’il avait acheté récemment à la Fnac un manuel de typographie et que dans ce manuel figuraient les grands principes qu’il faut savoir pour rédiger et imprimer dans les règles de l’art.
À ce point du récit, je dois préciser que Pierre Arwidson est un être extrêmement doué et parfois surprenant. Un jour, voulant connaître la manière correcte de taper sur un clavier d’ordinateur, Pierre fit l’acquisition d’un manuel d’apprentissage édité par un organisme de formation de sténodactylographes. Une semaine après l’avoir lu d’une traite et réalisé tous les exercices conseillés, Pierre tapait aussi vite et aussi bien qu’une secrétaire expérimentée.
Le lendemain je me précipitai au rayon librairie de la Fnac de Tours. Je trouvai, je feuilletai et achetai mon premier livre traitant de typographie sans me douter que je mettais la main (et tout le reste du corps) dans un engrenage complexe et passionnant.
Aujourd’hui je possède une centaine d’ouvrages qui racontent l’histoire des écritures et de l’imprimerie, les règles et usages de la composition du texte, l’esthétique de la page imprimée, les bonnes pratiques permettant d’utiliser à bon escient le point-virgule, et moult autres sujets qu’il m’est impossible de détailler ici. Plus j’en apprends et plus je deviens modeste.
Lors d’un dîner mondain, alors que je racontais à ma voisine de table, au décolleté abyssal, l’origine des lettres « A, B, H, M, R », l’invention du point sur les « I » ainsi que la naissance de l’esperluette et que j’allais porter l’estocade finale en lui proposant un cours particulier, je fus interrompu par son mari (la belle était donc en main et je l’ignorais) qui me proposa, puisqu’il était patron d’une entreprise, de venir enseigner à son personnel les rudiments de la science typographique.
Ce fut un déclic qui m’incita à proposer une formation courte (une demi-journée) pour les personnes souhaitant améliorer leur communication écrite. Malheureusement, cela ne s’apprend ni à l’école ordinaire (primaire, secondaire, lycée) ni dans les cours de secrétariat. Il n’y a qu’à constater le nombre d’aberrations typographiques et de fautes qui figurent dans les documents produits par l’éducation nationale ou les écoles de secrétariat. L’orthographe, la grammaire, la conjugaison y sont enseignées contrairement aux règles typographiques les plus élémentaires qui sont ignorées alors même que nous somme tous obligés, depuis l’avènement de la micro-informatique, à produire des textes imprimés sur support numérique comme sur papier.
Voici d’ailleurs le texte de l’accroche de l’annonce que j’expédiais par fax pour proposer mes formations aux entreprises.
L'excellence d’une entreprise se reflète dans la qualité de sa communication écrite
Si votre assistante écrit :
Mr pour Monsieur à la place de M. (Mr est l’abréviation anglaise de Mister) ;
Mrs pour Messieurs à la place de MM. (Mrs signifie Madame en Angleterre) ;
3ème pour troisième à la place de 3e ;
etc… pour et cetera à la place de etc.Frs pour francs à la place de F ;
c pour centime (centime ne possède pas de symbole abréviatif) ;
"guillemets" ou “guillemets”, à la place de « guillemets » ;
deuxième à la place de second (second est utilisé quand l'énumération s'arrête à deux) ;
mn ou ’, pour minutes de temps à la place de min ;
KMS pour kilomètres à la place de km1° pour primo à la place de 1o (il faut utiliser le o final réduit et non pas le petit zéro des degrés) ;
Tél : 06.08.71.75.56 à la place de Tél. 06 08 71 75 56 ;
8 Mai 1998 à la place de 8 mai 1998.
Si votre assistante connaît mal l’esperluette
Si votre assistante ne sait pas qu’il faut accentuer les lettres majuscules.
Et surtout si votre assistante souhaite progresser et gagner en efficacité dans son travailAlors votre assistante mérite que vous lui offriez une formation à la typographie.N.B. Il est évident que cette sympathique et utile formation ne s’adresse pas qu’aux assistantes. L’expérience nous a enseigné, Frédéric et moi, qu’elle intéresse tous les personnels, directions et président compris. N‘hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés.
Cette introduction faite, je voudrais aujourd’hui vous parler de l’importance de bien accentuer toutes les lettres capitales et majuscules (Amie lectrice, Ami lecteur, je laisse le soin à mes amis typographes de vous expliquer la différence entre capitale et majuscule dans les commentaires, il faut bien qu’ils bossent un peu). J’ai trop souvent entendu, au cours de ma laborieuse scolarité puis lors de mes tournées de conférences sur le sida dans les écoles et universités de France et de Navarre, des professeurs et des enseignants ignorants prétendre le contraire.
Partant du postulat que nous écrivons pour être compris. Alors, nous sommes beaucoup mieux compris quand le texte est accentué.
Avant de vous le démontrer par un petit jeu, je veux juste vous montrer ce qu’en disent les instances officielles.
L’Académie française sur son site dit ceci :
« Accentuation des majuscules
On ne peut que déplorer que l’usage des accents sur les majuscules soit flottant. On observe dans les textes manuscrits une tendance certaine à l’omission des accents. En typographie, parfois, certains suppriment tous les accents sur les capitales sous prétexte de modernisme, en fait pour réduire les frais de composition.
Il convient cependant d’observer qu’en français, l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture, fait hésiter sur la prononciation, et peut même induire en erreur. Il en va de même pour le tréma et la cédille.
On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À, comme le font bien sûr tous les dictionnaires, à commencer par le Dictionnaire de l’Académie française, ou les grammaires, comme Le Bon Usage de Grevisse, mais aussi l’Imprimerie nationale, la Bibliothèque de la Pléiade, etc. Quant aux textes manuscrits ou dactylographiés, il est évident que leurs auteurs, dans un souci de clarté et de correction, auraient tout intérêt à suivre également cette règle. »
Le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, qui est la bible de tous ceux qui composent du texte destiné à être imprimé dit encore :
« En français, l'accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture et fait hésiter sur la prononciation, sur le sens même de nombreux mots. Aussi convient-il de s'opposer à la tendance qui, sous prétexte de modernisme, en fait par économie de composition, prône la suppression des accents sur les majuscules. On veillera à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À. On évitera ainsi de désorienter le lecteur ou même de l’induire en erreur comme ce pourrait être le cas […] si les accents étaient omis. »
Et pour ceux qui veulent vérifier dans leur bon vieux dico, les entrées des dictionnaires français de référence comme Le Petit Larousse, Le Petit Robert ou Le Littré, sont écrites avec des capitales accentuées.
Afin d’achever de vous convaincre. Voici maintenant le petit jeu promis.
Pour chaque exemple, ne laissez apparaître que la première phrase en bleu en masquant la phrase en rouge avec une feuille de papier, un journal ou tout autre objet. Essayez de comprendre l’expression en bleu puis lisez la solution en rouge (ce que voulait dire celui qui a écrit) avec le commentaire. D’ailleurs, des commentaires j’en souhaite aussi (à mettre en fin de page).

LE PROFESSEUR TOURNESOL ADORE LES CONGRES
LE PROFESSEUR TOURNESOL ADORE LES CONGRÈS
C’est un poisson d’avril ?
L’OCEAN EST SALE
L’OCÉAN EST SALÉ
Vais-je me baigner ?
AUGMENTATION DES RETRAITES
AUGMENTATION DES RETRAITÉS
Fausse joie ;-))))
GISCARD CHAHUTE A L’ASSEMBLEE
GISCARD CHAHUTÉ À L’ASSEMBLÉE
Le vieux a encore de la ressource ?
LE CRIMINEL SERA JUGE
LE CRIMINEL SERA JUGÉ
C’est mieux comme ça…
MON PASSEPORT EST VALIDE AU 31 DECEMBRE
MON PASSEPORT EST VALIDÉ AU 31 DECEMBRE
Pourrais-je partir tranquille ?
J’ASSUME MES ARRIERES
J’ASSUME MES ARRIÉRÉS
Serrons les fesses ;-))))
MON MARI EST INTERNE A L’ASILE DE DAVE, IL LIT DES LIVRES ILLUSTRES
MON MARI EST INTERNÉ À L’ASILE DE DAVÉ, IL LIT DES LIVRES ILLUSTRÉS
Le burn out a des effets délétères sur la carrière des jeunes médecins.
LE COUP DE DE DE DE GAULLE
LE COUP DE DÉ DE DE GAULLE
Alea jacta est
UN POLICIER TUE
UN POLICIER TUÉ
Mort ou vif ? That’s the question
DIMANCHE : MARCHE
DIMANCHE : MARCHÉ
En avant !
LA DEMOISELLE A MILLE EUROS
LA DEMOISELLE À MILLE EUROS
P… que c’est cher !
UN PETIT PAIN GARNI DE PATE
UN PETIT PAIN GARNI DE PATÉ
C’est un vrai pataquès.
IL DORT OU IL TRAVAILLE
IL DORT OÙ IL TRAVAILLE
Dans l’administration c’est forcément la seconde proposition qu’il faut considérer ;-)))
L’ETUDE DU MODELE DE CE SABLE SALE EST INEGALEE
L’ÉTUDE DU MODELÉ DE CE SABLÉ SALÉ EST INÉGALÉE
Ça se confirme la cuisine est un art.
CE JUGEMENT NE SERA PAS INFIRME
CE JUGEMENT NE SERA PAS INFIRMÉ
Les bras m’en tombent !
NOUS AIMIONS TOUS LE SUICIDE
NOUS AIMIONS TOUS LE SUICIDÉ
Je suis mort de rire
CET ANTIQUE CHATEAU EST SINISTRE
CET ANTIQUE CHÂTEAU EST SINISTRÉ
Surtout s’il est soumis à des vents pires.
JEUNE FEMME 25 ANS, CHERCHE COMPAGNON MEME AGE
JEUNE FEMME 25 ANS, CHERCHE COMPAGNON MEME ÂGÉ
J’ai cinquante ans et je postule.
L'ENFANT CROIT FACILEMENT
L'ENFANT CROÎT FACILEMENT
Grâce à Lustucru bien sûr.
LE RELIGIEUX ADORE LES JEUNES
LE RELIGIEUX ADORE LES JEÛNES
L’un dans l’autre ce n’est quand même pas la même chose ;-)))
MES PARENTS SONT INDIGNES
MES PARENTS SONT INDIGNÉS
Indignés de cons ! Aurait pu rajouter Audiard.
DES NOEL OU UN ZEPHYR HAI ME VET DE GLACONS WURMIENS JE DINE D’EXQUIS ROTIS DE BOEUF AU KIR A L’AY D’AGE MUR & CAETERA !
DÈS NOËL OÙ UN ZÉPHYR HAÏ ME VÊT DE GLAÇONS WÜRMIENS JE DÎNE D’EXQUIS RÔTIS DE BŒUF AU KIR À L’AŸ D’ÂGE MÛR & CÆTERA
C’était le dernier pour la route. Arrêtons là si vous le voulez bien :-)))))))

J’espère que vous aurez compris tout l’intérêt d’accentuer les capitales. Et pour ceux qui veulent en apprendre un peu plus sur les règles typographiques, voici quelques ouvrages pour débuter.
L’accent tué dans la capitale

Le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, édité à l’Imprimerie nationale, c’est la bible du typographe à posséder absolument.

L’accent tué dans la capitale
Dictionnaire des règles typographiques de Louis Guéry, chez Victoires Éditions. Ce dictionnaire fait la synthèse de plusieurs codes typographiques (parfois divergents).
L’accent tué dans la capitale

Manuel de typographie française élémentaire d’Yves Perousseaux, édité par l’Atelier Perousseaux. Cet ouvrage, parfois décrié par certaines divas de la typographie, a le mérite de vous donner des informations passionnantes sur l’histoire des écritures. Il fourmille de détails intéressants et est surtout très accessible au profane. Je le recommande chaleureusement à lire en premier ouvrage pour s’initier et acquérir le goût de progresser en typo.


Je trouve désolant que les règles de typographie française soient négligées par nos professeurs et non transmises dans l'enseignement courant. Si quelqu'un connaît Bernard Pivot, nous voudrions lui proposer quelque chose à ce sujet.

À bon écriveur…
;-)))))

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chaponoff 688 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte