Magazine Société

Vie et mœurs des insulaires

Publié le 29 octobre 2007 par Jlhuss

 : faire réparer sa machine à laver…

par Lod

Quand une machine à laver se met à laver aussi le sol de la pièce où elle est installée, il y a ce qu’on appelle techniquement une « fuite ». Il convient donc d’appeler, ici comme ailleurs, un réparateur.

Première tentative, le bouche à zoreille me permet de dégoter un nom : « Cristal froid, réparations, urgences » : moi, c’était les deux à la fois. J’appelle, et on note mon nom, la raison de mon appel, bien en détail et tout, pour finir par me confier que « le chef i lé pas là, li rappelle a ou pour un rendez-vous. » Pas de problème ; j’attends, un jour, deux, cinq, li rappelait point a moin du tout. Je rappelle au bout d’une semaine, pour entendre la secrétaire me dire : « Battistutta… Battistutta… Attendez, je regarde le cahier… Eh ben, ça y est, c’est réparé ! » Je l’assure que non, puisqu’on ne m’a même pas rappelée mais elle n’en démordait pas :

« Y a une croix, et quand y a une croix, c’est que le travail i lé fait !

– Oui, mais là non. Ca coule toujours, juré !

– Attendez, je vérifie à l’atelier, mais en principe c’est réparé… »

Je l’ai laissée à ses vérifications et j’ai pris les pages jaunes pour trouver quelqu’un d’autre. Je trouve un gars, pas loin de chez moi, « Electroménager, toutes pannes, toutes marques, urgences réparations. » J’appelle.

« Bonjour, vous réparez bien les machines à laver ?

- Pas du tout !

- Ah ? Euh… (déconcertée, que j’étais…) Vous savez, dans les pages jaunes, vous êtes à la rubrique « dépannage électroménager »…

- Euh… Attendez… Oui, dites toujours, qu’est-ce qui ne va pas ?

- Mais si vous ne réparez pas les machines, ce n’est pas la peine que je vous explique ce qui ne va pas avec ma machine ! Vous réparez ou non ?

- Enfin… quoi… oui c’est vrai, je me souviens, j’ai mis mon annonce dans plusieurs rubriques, disons que je dépanne… à domicile…

- Tüt… tüt…tüt… »

La troisième tentative sera la bonne, enfin si l’on veut : après une première visite, une commande de pièces (réglées à l’avance) ; une attente d’un mois (les pièces viennent par bateau), puis d’un deuxième (il avait oublié de passer ma commande, le sot ! Il a fallu prendre le bateau suivant !) ; deux après-midi gâchées à attendre pour rien à la maison ; et donc deux mois à fréquenter la laverie du Super U où je maudissais copieusement le gars en me laissant hypnotiser par les tours et circonvolutions du linge (machines industrielles, chargement frontal, hublot)… Aaalllléluuuuiaa !!! Il est venu, il a vu, il a réparu, mais…V’là-t-il pas qu’il s’était trompé de bouton dans sa commande ! Le sot !

En même temps, un bouton « marche-arrêt », ça sert à quoi, au fond ? Un bonne vieille brosse à dents glissée dans le trou du bouton manquant, et hop ! Le tour est joué ! Qu’est-ce qu’on s’embête… Trois mois plus tard, toujours pas de bouton, mais bon, la machine marche, et puis, la brosse à dents, on s’y est fait, je ne sais pas si on pourrait revenir en arrière maintenant…

Conclusions : ici, on ne te dit jamais vraiment « Non ». Mais ensuite : Oui, tu peux attendre, et Non, ça ne sert à rien de s’exciter, vu qu’en face, c’est du tout mou et du tout lent, et Non il ne faut pas apporter sa machine Bosch parce que tu es le seul à en avoir une et qu’il n’y a donc pas de pièces de rechange. Sur ce je vous laisse, j’ai une machine à sortir…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine