Magazine Sport

MLB : Récompenses Individuelles

Publié le 25 novembre 2009 par Vinz

Après les récompenses distribuées collectivement, la MLB a annoncé les récompenses strictement individuelles dans chaque Ligue. A vrai dire, peu de surprises même si certains scrutins ont été serrés.

Cy Young.

Ce trophée porte le nom du légendaire lanceur Cy Young et récompense le meilleur de chaque ligue à ce poste.

Dans la Ligue Américaine, Zach Greinke (Kansas City Royals) a été récompensé. Son bilan de 16 victoires et 8 défaites est moins bon que d’autres prétendants mais sa moyenne de points mérités est la meilleure des Majeures (2,16) et il a retiré 242 frappeurs sur prises. Greinke était déjà considéré comme le favori dès le début de saison où il était phénoménal, bien que la suite ait été un peu moins brillante. Il devance au scrutin Felix Hernandez (Seattle Mariners) et C.C. Sabathia.

Zach Greinke. Considéré depuis plusieurs années comme un grand espoir, Greinke a souffert de cette réputation au point de tomber en dépression. Après une saison 2008 encourageante, il a littéralement explosé en 2009.

Zach Greinke. Considéré depuis plusieurs années comme un grand espoir, Greinke a souffert de cette réputation au point de tomber en dépression. Après une saison 2008 encourageante, il a littéralement explosé en 2009.

Dans la Ligue Nationale, les favoris étaient de Saint-Louis. Les Cardinals pensaient que Chris Carpenter ou Adam Wainwright allaient remporter le trophée. Mais c’est le sortant, Tim Lincecum des Giants de San Francisco qui est encore élu. Dans un scrutin serré (6 points d’avance sur Carpenter et 12 sur Wainwright),  le prodige des Giants s’impose en raison de son caractère dominant : 248 strike outs, une ERA à 2,48 et un bilan de 15-7 avec 4 matches complets et 2 blanchissages. Dans toutes les catégories statistiques des lanceurs, Lincecum occupe les premiers rangs. A défaut d’être un choix incontestable, il n’est pas totalement immérité.

Tim Lincecum. Prodige du lancer, Lincecum a épaté tout le monde dès son entrée dans la MLB. Pas impressionnant (1,80 pour 73 kg), il surclasse les frappeurs par la vitesse de ses lancers. Il conserve son titre.

Tim Lincecum. Prodige du lancer, Lincecum a épaté tout le monde dès son entrée dans la MLB. Pas impressionnant (1,80 pour 73 kg), il surclasse les frappeurs par la vitesse de ses lancers. Il conserve son titre.

Rookie de l’année.

Ligue Nationale. Chris Coghlan (Florida Marlins). Régulièrement les Marlins proposent quelques très bons joueurs, des bijoux de temps en temps. Et pour la troisième fois en six ans, c’est un joueur de la franchise floridienne qui est récompensé. Avec une moyenne de 0,321, 9 circuits et 47 points produits, le voltigeur est le 6ème de la Ligue Nationale pour sa moyenne au bâton. Il est arrivé la saison commencée mais il a surtout été performant à partir du mois d’août. Il devance J.A. Happ le lanceur des Phillies de Philadelphie.

Chris Coghlan. Si sa récompense nest pas imméritée, elle nétait pas du tout attendue. Mais une bonne fin de saison a convaincu les votants.

Chris Coghlan. Si sa récompense n'est pas imméritée, elle n'était pas du tout attendue. Mais une bonne fin de saison a convaincu les votants.

Ligue Américaine : Andrew Bailey (Oakland Athletics). C’est une des surprises de la saison. Releveur de l’équipe des A’s, il devient le spécialiste de la 9ème manche après la blessure du titulaire Brad Ziegler. Il totalise 26 sauvetages en 30 tentatives, 6 victoires, 3 défaites et un ERA à 1.84 et 94 strikeouts en 88 manches 1/3. En deuxième place du scrutin figure le joueur du Texas Elvis Andrus et en troisième le lanceur de Detroit Rick Porcello. C’est rare de voir un releveur vainqueur d’un classement important (depuis 2003) surtout quand celui-ci est un rookie.

Andrew Bailey. Lui-aussi une surprise par rapport au début de saison. Il a commencé celle-ci comme lanceur en 8ème manche avant dêtre muté en lanceur numéro un. Sil a peu sauvegardé de parties (26 sur 30), cest parce que les As nont pas vraiment brillé cette saison.

Andrew Bailey. Lui-aussi une surprise par rapport au début de saison. Il a commencé celle-ci comme lanceur en 8ème manche avant d'être muté en lanceur numéro un. S'il a peu sauvegardé de parties (26 sur 30), c'est parce que les A's n'ont pas vraiment brillé cette saison.

Managers de l’année.

A vrai dire, le suspens n’existait pas dans la Ligue Nationale. Après avoir relevé les Rockies du Colorado, les avoir qualifié pour les séries, après un mauvais départ, Jim Tracy a mérité le titre. Il avait pris la place de Clint Hurdle qui a été limogé au début de la saison et l’équipe a retrouvé toute son efficacité ensuite, surtout au monticule. Son élection est la plus plébiscitée de tous les récipiendaires en 2009. Tony La Russa des Cards et Joe Torre des Dodgers ramassent quelques miettes.

Jim Tracy. Ancien manager des Pirates de Pittsburgh jusquà récemment (les sous-sous-sous-sous Indians), Tracy est arrivé en cours de saison après le limogeage du manager sortant des Rockies du Colorado. Tracy a accompli un vrai tour de force en relevant léquipe et en la qualifiant pour les play-offs.

Jim Tracy. Ancien manager des Pirates de Pittsburgh jusqu'à récemment (les sous-sous-sous-sous Indians), Tracy est arrivé en cours de saison après le limogeage du manager sortant des Rockies du Colorado. Tracy a accompli un vrai tour de force en relevant l'équipe et en la qualifiant pour les play-offs.

Dans la Ligue Américaine, le duel allait se jouer entre Mike Sciosa des Angels de LA et Ron Gardenhire des Twins du Minnesota. Le premier remporte nettement le trophée (106 contre 72). On lui crédite la capacité à maintenir l’équipe malgré les départs de joueurs essentiels, malgré les difficultés en début de saison (la mort de Nick Adenhart) et quelques blessures. Gardenhire méritait plus à mon avis ce trophée parce qu’il arrive à faire des miracles avec une équipe peu cotée mais il faut reconnaître que l’AL Central est une division assez faible. Joe Girardi, le manager des Yankees termine troisième du vote.

Mike Sciosa le manager des Angels de Los Angeles. Après un départ difficile, marqué par les blessures et surtout le décès du jeune Nick Adnehart, Sciosa a su relancer léquipe qui a bataillé ferme pour remporter sa division. Sciosa a conduit léquipe en finale de Ligue où les Angels ont perdu 2-4 contre les Yankees.

Mike Sciosa le manager des Angels de Los Angeles. Après un départ difficile, marqué par les blessures et surtout le décès du jeune Nick Adnehart, Sciosa a su relancer l'équipe qui a bataillé ferme pour remporter sa division. Sciosa a conduit l'équipe en finale de Ligue où les Angels ont perdu 2-4 contre les Yankees.

MVP. Meilleur joueur de la saison.

Le trophée le plus attendu et les deux récompenses n’ont présenté aucune surprise tant le choix de leur vainqueur a été presque unanime.

Commençons donc par l’habitué : Albert Pujols, le joueur de premier but des Cardinals de Saint-Louis. Il conserve son titre (il est le premier à l’avoir réussi depuis Barry Bonds en 2001 et 2002). Pujols est considéré comme le meilleur frappeur de la Ligue. Jamais il n’a frappé moins de 30 circuits par saison durant sa carrière mais il a encore échoué cette année à franchir le seuil des 50 home runs. Avec 47 circuits, 124 points marqués, il est le meilleur de toutes les majeures. Pujols a déjà été élu par ses pairs il y a quelques semaines, le choix est logique. Pujols devance le joueur des Marlins Hanley Ramirez et Ryan Howard.

Albert The Great Pujols. On peut le considérer comme un des trois meilleurs joueurs de champ de la décennie. On le considère capable de battre le record de Barry Bonds de circuits en carrière (il na que 29 ans). Pujols incarne le baseball propre comme Derek Jeter et est un joueur très apprécié.

Albert "The Great" Pujols. On peut le considérer comme un des trois meilleurs joueurs de champ de la décennie. On le considère capable de battre le record de Barry Bonds de circuits en carrière (il n'a que 29 ans). Pujols incarne le baseball propre comme Derek Jeter et est un joueur très apprécié.

Dans la Ligue Américaine, c’est sans surprise que le meilleur frappeur des majeures a été désigné. Joe Mauer, le receveur des Twins du Minnesota, a frappé pour 0.365 (une moyenne extraordinaire) et réussi 28 circuits (contre 9 en 2008), produits 90 points, des sommets en carrière. Il a poussé les Twins à se qualifier pour les séries malgré une blessure en début de saison. La performance est d’autant plus remarquable qu’il n’est que le deuxième joueur de l’Histoire à évoluer comme receveur et à être élu MVP. Mauer a franchi un cap cette année, reste à confirmer et surtout pour les Twins à le conserver. C’est de l’or en barre (avis aux Yankees). A propos des Yankees, Mark Teixeira et Derek Jeter complètent le podium.

Joe Mauer. Meilleur joueur à son poste depuis plusieurs saisons, il réussit l'exploit d'être le meilleur de sa ligue à un poste où les bons joueurs d'attaque sont rares. Un titre mérité.

Joe Mauer. Meilleur joueur à son poste depuis plusieurs saisons, il réussit l'exploit d'être le meilleur de sa ligue à un poste où les bons joueurs d'attaque sont rares. Un titre mérité.

C'est Mademoiselle Chelsea Cooley (sa petite amie) qui va être contente. Au passage c'est une miss USA.

C'est Mademoiselle Chelsea Cooley (sa petite amie) qui va être contente. Au passage c'est une miss USA.

Autres récompenses.

D’autres récompenses, moins prestigieuses, ont été attribuées par la MLB.

Mariano Rivera des Yankees de New York remporte le Delivery Man of the Year, qui récompense le meilleur lanceur en relève. Le spécialiste des fins de parties à New York gagne pour la troisième fois : il a réussi 44 sauvetages sur 46 tentatives, une moyenne de 1,46 ERA.

Les deux ligues ont récompensé les joueurs qui ont effectué le meilleur retour (Best Comeback) : Aaron Hill pour les Blue Jays et Chris Carpenter pour les Cardinals sont les récipiendaires. Hill a vu sa saison 2008 interrompue par une commotion cérébrale tandis que Carpenter a passé deux saisons presque blanches en raison de blessures diverses.

Le Hank Aaron Award permet aux fans de récompenser les meilleurs joueurs en attaque de chaque ligue. Albert Pujols et Derek Jeter (Yankees) ont été élus par le public.

Derek Jeter a aussi remporté le Roberto Clemente Award qui récompense le joueur qui s’est le plus impliqué dans des œuvres caritatives. Il honore le grand Roberto Clemente, tué le 31 décembre 1972 dans un accident d’avion, alors qu’il apportait de l’aide humanitaire après un tremblement de terre en Amérique Centrale.

Enfin le titre de clutch performer, qui désigne le joueur qui a été le plus souvent décisif en fin de match, a été attribué à Andre Ethier des Los Angeles Dodgers : il a frappé 4 home runs victorieux en dernière manche et 6 coups sûrs gagnants au total. Il égalise un record de la MLB pour les circuits victorieux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine