Magazine Insolite

Hallucination auditive : I gotta feeling

Publié le 28 novembre 2009 par Didier Vincent
Laisse Cauet !



Vous connaissez ces cartes postales de mauvais goût qui traînent partout dans les échoppes des stations balnéaires avec leurs mauvais jeux de mots, les gonzesses désapées, leurs slogans beaufres, leur kitsch sommital. C’est du surréalisme populiste. Les bronzés de tout crin y promènent leur stylo estival en y allant de leurs vannes éculées aussi nases que celle, surréaliste au fond, de la carte.

C’est du même acabit ici. Prenez-y garde, le surréalisme populiste gangrène le cerveau. Soit une chanson que vous avez entendue sur toutes les ondes et que votre cervelle d’auditeur inattentif a transformé en yaourt, c'est-à-dire en une langue inventée, hiéroglyphique, sans aucun sens… Eh bien, cette chanson, des Champollion de pacotille en ont squeezé les phonèmes en les transformant en rébus aléatoires auxquels vous n’aviez même pas songé.

Et, à la vision de la chose, vous vous dites que c’était évident et que l’anglais n’a pas besoin d’être traduit (en justice) pour être compris par un gamin de trois ans d’âge mental (que la plupart des auditeurs de chansons anglaises sont, vous, moi…).

Faites attention que, l’inconscient (que vous êtes) étant structuré comme un langage qui, comme un jeune chien joue éternellement avec les mots, vous risquez d’être embarqué dans une histoire sans pouvoir faire marche arrière. Vous ne pourrez désormais plus dissocier certains sons à des images somme toute bien bretonniennes. Je vous aurais prévenus.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Didier Vincent 10389 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine