Magazine Europe

Hôtel de Ville Lausanne

Publié le 30 octobre 2007 par Alain Hubler

Hôtel de Ville LausanneLes élus du SVP lausannois roupillaient tranquillement depuis bien longtemps sur les bancs du conseil communal. Jugez plutôt, depuis la nouvelle législature, qui a commencé le 1er juillet 2006, la section populiste locale n’avait fait qu’une seule proposition, proposition en plus contraire à son programme : limiter la vitesse sur les routes qui sillonnent les bois du Jorat.

Cette époque est maintenant terminée, la machine brune vient de se mettre en marche et, même à Lausanne, le SVP va appliquer implacablement sa politique de chasse à l’homme et à la femme étrangers. La première action allant dans ce sens-là a le «mérite» de remettre les élus de la ville de Lausannne au même niveau que les autres étrangers. Il s’agit tout bonnement méchamment de la création de conseillers et conseillères communaux et municipaux de second ordre : les conseillers communaux et municipaux étrangers. Explications.

Dans le canton de Vaud, les personnes étrangères «âgées de 18 ans révolus, domiciliées dans la commune, qui résident en Suisse au bénéfice d’une autorisation depuis dix ans au moins et sont domiciliées dans le canton depuis trois ans au moins» ont l’exercice des droits civiques au niveau communal depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution vaudoise le 14 avril 2003. Ces personnes sont donc aussi éligibles au Conseil communal (législatif) et à la Municipalité (exécutif).

Par ailleurs, en Suisse, la procédure de naturalisation – qui, soit dit au passage, est loin d’être une sinécure – prévoit des étapes communales, cantonales et fédérales. Au niveau communal, l’une des étapes est l’audition du candidat par «la municipalité ou une commission de naturalisation en présence d’un municipal au moins». À Lausanne, les auditions sont effectuées par une commission formée d’un municipal et de deux membres délégués par la commission des naturalisations qui est composée de quinze membres. En théorie, il est donc possible qu’une ou plusieurs personnes de cette délégation soient étrangères. Et cela le SVP ne le supporte pas puisqu’il propose d’augmenter le nombre de conseillers communaux de cette délégation à quatre. Cette augmentation devant permettre une «dilution» des étrangers de la commission, mais doublant la charge de travail des membres de la commission.

Pour le SVP, le fait que des étrangers en cours de naturalisation soient auditionnés par des conseillers communaux ou municipaux étrangers constitue une «parodie de naturalisation» (sic). La conclusion est évidente. Pour le SVP, les conseillers communaux et municipaux étrangers, pourtant élus, comme ils disent, par le souverain n’ont pas la même valeur que les conseillers communaux suisses. Et bien entendu, les élus étrangers valent moins que les élus suisses.

Le SVP lausannois vient donc d’inventer une nouvelle catégorie de moutons noirs : les élus communaux étrangers. La machine brune est en route il est temps de l’arrêter.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog