Magazine Beaux Arts

Maurizio Cattelan (Him, 2002).

Publié le 02 décembre 2009 par Cdelart
Him, 2002.

Him, 2002.

Pour Maurizio Cattelan, il n’y a pas de sujet tabou. Il représente le Fürher en train de prier à genoux, une “humanisation” qui déclenche forcément un tollé. Adolf Hitler est représenté d’une façon très réaliste et naturelle, il ne le diabolise pas, c’est cela qui choque le spectateur. “Hitler incarne l’image de la peur. En le mettant en scène, je ne fais que m’emparer d’une icône de notre siècle. Ma mère disait toujours qu’il est impossible de bien nettoyer un carreau si on ne voit pas où se trouve la saleté“… (M. Cattelan).

C’est une oeuvre étrange, une autre façon de voir le théoricien du nazisme que nous propose Maurizio Cattelan. Nous le voyons comme un homme, et oui, Hitler était avant tout un homme avant de devenir le monstre que tout le monde connait. Cette représentation nous renvoie à notre propre image, à la notion du bien et du mal, à la folie humaine qui aujourd’hui encore sème le chaos un peu partout dans le monde. De plus le fait de l’agenouiller le rend moins impressionnant, c’est nous qui sommes dans une position dominante, c’est nous qui pourrions à notre tour l’écraser et lui faire payer ses abominations… Mais si nous le faisions, vaudrions nous mieux que cet homme ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cdelart 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine