Magazine Cinéma

Lemming (2005)

Par Eric Culnaert

Lemming sur La Fin du Film

Lemming est un thriller fantastico-psychologique qui se veut stressant mais qui finit bien. Encore que.

En théorie, ami lecteur, si tu ne t’es pas assoupi vers la moitié du film (c’est vrai qu’il y a quelques passages lénifiants qui ont des airs de berceuses) ; tu devrais déjà avoir compris que Bénédicte (Charlotte Gainsbourg) est possédée par la défunte Alice (Charlotte Rampling) qui s’est suicidée dans la chambre d’amis d’Alain (Laurent Lucas) et Bénédicte. Du coup, tout va de mal en pis entre Alain et Béné.

Dès la scène du dîner (au début du film, et les débuts, on ne raconte pas, on a une éthique ici !), tu avais pigé qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre Alice et son mari-coureur-de-jupons (André Dussolier). Il était donc évident que ce dernier n’allait pas s’en tirer comme ça. C’est vrai, après tout, ce n’est pas parce qu’Alice n’est plus de ce monde qu’il peut se permettre de sauter tout ce qui bouge en toute sérénité (pardonne mon langage peu châtié, ami lecteur, j’ai un parti pris féministe, je te le concède). C’est donc par l’entremise de Bénédicte qu’Alice revient réaliser sa vengeance sur terre.

Et c’est sur Alain que ça tombe. Depuis Harry un ami qui vous veut du bien, tu savais déjà que cet acteur avait les rôles tout trouvés de bouc émissaire. Le cobaye de service. Alice-Bene demande donc à Alain de tuer son mari (qui est également le chef d’Alain) sans quoi elle continuera de hanter sans vergogne le corps de Bénédicte. Histoire de le motiver davantage à passer à l’acte, nous avons le droit à quelques petites scénettes hot entre Béné-Alice et le patron.

Ni une , ni deux, Alain s’exécute fissa. Il l’étouffe, ouvre le gaz pour maquiller ça en suicide et pouf !Bénédicte revient à elle comme une fleur. Et dans la foulée, tu apprends que le lemming mystérieusement apparu dans la maison appartenait en fait au voisin d’en face qui l’avait clandestinement ramené de Scandinavie. Symbole ô combien subtil pour préciser qu’on quitte définitivement l’univers inquiétant et fantastique pour un retour au quotidien et au terre à terre.
A part ça, il existe un jeu vidéo sympa « lemmings » mais ces incultes d’Allociné n’en parlent même pas.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eric Culnaert 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog