Magazine Livres

Dz-015

Par Yoann Romano

Hier soir j'ai regardé Brazil. Ceux qui ont vu le film comprendront. J'ai noté quelques pensées qui me venaient à l'esprit, sans forcément raisonner à l'échelle du film entier: certaines hypothèses ne sont plus valables une fois la fin dévoilée.
C'est l'histoire de Sam Lowry un modeste employé qui ne cherche pas à ce qu'on parle de lui, notamment en refusant une promotion. Tout au long du film il va étaler ses talents, allant même jusqu'à plusieurs fois sauver du pétrin son patron pourtant bien au dessus de lui hierarchiquement parlant. Cela laisse penser qu'il trouve le système mal fait: pour lui le statut ne représente en rien le niveau intellectuel. Du coup y être au sommet est contraignant puisque ceux qui suivent sa logique ont eux un niveau de réflexion élevé.
Le film est divisé en deux parties distinctes les rêves du héros et la réalité. En acceptant sa promotion et avoir les informations nécessaires à retrouver la fille dont il révait et aperçue dans la réalité ensuite, il va nager à contre courant.

DZ-015

Les premiers rêves lui apportent des signes. Il évite les dangers mais un jour le combat est inévitable. Le "boss" du rêve représente la hierarchie, en la tuant il se tue lui-même. Selon moi le film apporte donc un message: il ne peut vivre en refusant la hierarchie, il doit s'en servir. Mais bien pire encore puisqu'en s'en écartant il renonce à celle qu'il aime et à la seule à pouvoir le faire retourner vers la conformité du système. La solution suggérée est une remise en question de la suprématie bureaucratienne allant vers une quasi-suppression de celle-ci.

Inspiré du livre de George Orweel 1984 que je lirai à l'occasion vous vous devez de voir ce film réellement inclassable.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yoann Romano 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines