Magazine

Mariage annulé : la parole, le corps et l’acte. (II/II)

Publié le 02 juin 2008 par Cdsonline

aliance-coeur.1212478112.jpg

Et si, nonobstant l’engouement croissant parfois jusqu’à l’excès pour certaines manifestations sportives (prenant rapidement un tour “projectif/identitaire/identificatoire”), l’indignation était devenue aujourd’hui l’un des rares modes de communion/communication d’une société atomisée, éclatée, hyper-individualisée?
Si la plupart d’entre nous, déconcertés d’avoir vu s’effondrer les derniers repères symboliques auxquels les raccordaient il y a peu les signes d’une certaine “identité d’appartenance”, trouvaient désormais dans l’indignation l’un des seuls moyens pour se “ressentir” comme faisant partie d’un “collectif minimum” rassurant?
L’indignation semble bien apparaître dans nos sociétés postmodernes comme le plus petit dénominateur commun d’une émotion partagée…
Comment ne pas soupçonner alors dans cette “synchronisation émotionnelle” une sorte de catharsis destinée à purger une partie du “refoulé” produit par la pesante tyrannie du “politiquement correct”?


En effet, (comme il a déjà été précisé) cette décision de justice, rendue par la présidente d’un TGI réputée pour son expérience et son sérieux, ayant satisfait pleinement les deux parties, pourquoi cette persistante bouffée d’indignation… de tous ces “autres” n’ayant rien à voir avec l’affaire (politiques de tout bord, personnalités, etc.)?


L’hypothèse est que la “tolérance multiculturelle“, étendard falot d’une gauche sans idées ni projets — qui est en vérité l’idéologie sous-jacente du capitalisme mondialisé — constitue le plus grand des mensonges socialement organisés. En effet, l’Autre (le musulman en l’occurrence) n’est pas intégré pour ce qu’il est, c’est à dire dans son altérité véritable incluant les spécificités constitutionnelles de sa culture, non, ce doit être un “autre” abstrait, un autre sans aspérités, sans aucun “danger d’étrangeté” (et donc sans altérité) comme il y a déjà du café sans caféine, de la bière sans alcool et des cigarettes sans nicotine. Un Autre privé de ce qui justement le fait Autre, l’essence-même de sa culture.


Ignorant royalement l’aphorisme dostoïevskien “L’amour abstrait de l’humanité est presque toujours de l’égoïsme“, les tenants de la “tolérance multiculturelle” soutiennent donc en réalité une sorte de racisme “light” inversé, qui a le mérite de les gratifier d’une “bonne conscience” acquise à peu de frais, tout en laissant les plus cyniques se vautrer dans les excès du libéralisme post-politique généralisé…

voile.1212423847.jpg
Pour revenir au plus près du sujet, le mariage ne constitue-t-il pas l’une des rares occasions de percevoir la fonction performative de la parole? Autrement dit l’une des principales occasions de constater les effets sur soi de la parole comme acte? Dire “oui” (ou “non“) c’est engager en un instant la totalité de son être.
Ainsi peut-on imaginer une jeune femme se trouvant dans la même situation (peut-être moins “contrainte” et plus cultivée) oser dans l’alcôve la question posée chez Marivaux et reprise par les Marx BrothersQue préfères-tu croire? Ce que tu vois ou ce que je te dis? Tu préfères croire tes yeux ou mes paroles?” et elle aurait parfaitement raison car c’est de cette manière que se met en place l’ordre symbolique sur lequel s’érige toute société responsable, sur la base d’un engagement qui crédite à priori la parole de l’autre, indépendamment de tous les ressentis possibles, des fantasmes projectifs et autres objets imaginaires. Car sinon, que vaudrait la parole? Et donc quelle serait la valeur de ce mariage? Aux antipodes du business en expansion des hymens refaits à neuf, la virginité ne devrait-elle pas être considérée plutôt du point de vue symbolique que de la réalité brute?
Le jeune Wagner mettant en scène dès Tannhaüser l’identité spéculative de Vénus et d’Elizabeth, avait déjà révélé que la séductrice dissolue et la vierge sacrée constituaient le recto et le verso du même être. Restait à franchir ce dernier pas, pas si difficile en vérité : quoi qu’elle ait fait et vécu, une femme aimée ne reste-t-elle pas éternellement… vierge?

Pour conclure, c’est ainsi qu’une décision de tribunal, accusée de flagrant délire par l’économie libidinale de la bonne conscience, vient nous rappeler, au plus près de notre accès au langage, que notre parole, lorsqu’elle ne peut plus “acter”, lorsqu’elle ne vise plus l’Autre et la réalité, dévale dans l’hystérie du commentaire, dans la surenchère émotionnelle, où nous devenons tous les consommateurs résignés de la bien-pensance, les geôliers pseudo-éclairés de nos prisons imaginaires, où l’indignation n’est autre que l’expression du narcissisme inhérent au libéralisme post-politique : le sujet indigné est le sujet qui s’éloigne de soi en projetant sur l’Autre ses fantasmes, lui permettant ainsi de contourner l’angoissante responsabilité de sa parole propre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Humour british ; part II

    Quelques histoires très british qui m'amusent 5-2=2 ! 5 oiseaux dans un arbre. Un chasseur en tue deux. combien en reste-il ? 2 car les trois autres se sont... Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Ishtar II

    Encore un petit mot sur la Déesse babylonienne. Pour celles et ceux qui en ont la possibilité et l'envie, on en retrouve un bas relief absolument fascinant, dan... Lire la suite

    Par  Sarhanne
    A CLASSER
  • Mariage annulé : la parole, le corps et l’acte. (II/II)

    Et si, nonobstant l’engouement croissant parfois jusqu’à l’excès pour certaines manifestations sportives (prenant rapidement un tour... Lire la suite

    Par  Cdsonline
    A CLASSER
  • Acte II ??????

    Colombani : "Il faut passer aux actes". Propos recueillis parD. de M. Jean-Marie Colombani, en 2003. Crédits photo : Le Figaro I NTERVIEW - L'auteur d'un... Lire la suite

    Par  Moushette
    A CLASSER
  • Rambo II

    Le deuxième opus voit l'apparition du Rambo que l'on connaît, loin du triste sire du premier volet.Ici Rambo est de retour, et ça va charcler. Lire la suite

    Par  Mrbrown
    A CLASSER
  • Mariage annulé : la parole, le corps et l’acte. (I/II)

    Mariage annulé parole, corps l’acte. (I/II)

    Le marché des médias et de l’information, que l’on pourrait également désigner comme le grand concours, renouvelé chaque jour, du motif d’indignation le plus... Lire la suite

    Par  Cdsonline
    A CLASSER
  • saint Païssij - instruction II

    Instructions aux moines du starets Païssij recueillies par le starets Georges de CernicaDe l’obéissance naît l’humilité, et l’humilité est le fondement de tous... Lire la suite

    Par  Moinillon
    JOURNAL INTIME

A propos de l’auteur


Cdsonline 606 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte