Magazine Santé

Trucs pour contrer la grippe

Publié le 08 décembre 2009 par Do22 @DominiqueJeann
Trucs pour contrer la grippe «J'ai le frisson !»
Qui n'a jamais ressenti la désagréable sensation du frisson glacial qui parcourt la colonne de haut en bas? Vous savez, le genre de frisson qui transporte avec lui une certitude: «Ça y est, je vais avoir la grippe !» Doit-on se résigner à notre triste sort? N'y aurait-il pas moyen de contre-attaquer et de mettre notre intrus K.O.?

Qu'est-ce qui fait que, tout à coup, je sens le froid s'installer jusque dans la moelle de mes os, je sens mes dents claquer les unes sur les autres et je sais, sans l'imbre d'une doute, que je vais avoir la grippe? Comment vous permettre de renverser la vapeur? Voici quelques conseils en naturopathie et en aromathérapie.
Naturopathie et alimentation par Véronik Tanguay

Avant tout, clarifions un fait important : on n’attrape pas une bactérie ou un virus. Ce n’est ni un hasard ni une malchance. Tous les jours, on rencontre des gens malades. On touche des objets infectés de bactéries. Pourquoi cette fois-ci suis-je malade? Pourquoi la bactérie a pu se développer dans mon corps? Tout simplement parce que le terrain y est propice!
Un appât!
Qu’est-ce qu’un terrain propice? Les bactéries et les virus aiment les déchets. Leur « mission de vie » est de décomposer la matière organique. Rien de mieux qu’un sang intoxiqué de déchets mal digérés! Une mauvaise élimination équivaut à une masse de déchets qui demeurent dans nos intestins et fermentent. Cette putréfaction dégage des toxines qui passent à travers la paroi perméable de l’intestin puis se retrouvent dans notre système sanguin et lymphatique. Notre corps est maintenant propice à attirer les bactéries et les virus.
Je fermente…?
Plusieurs facteurs peuvent déclancher une fermentation des déchets de l’intestin : un excès de sucre, des changements brusques de température et un choc émotif ou un stress. Mais peu importe la raison, cela vous démontre qu’il y a un excès de déchets prêts à fermenter au premier élément déclencheur.
Nettoyer!
Vous avez un frisson? Vous suspectez que vous couvrez quelque chose? Posez-vous la bonne question : avez-vous bien éliminé dernièrement? Tout le monde devrait aller à la selle 2 à 3 fois par jour. Est-ce normal de manger trois repas par jour et de ne faire qu’une selle? Il y a quelque chose qui bloque quelque part… Après 30 ans, cela commence à en faire beaucoup qui s’accumule! Ces déchets se promène dans votre corps et empoisonnent vos organes. Comment est-ce que votre système immunitaire peut s’occuper d’une nouvelle bactérie lorsqu’il a des toxines éparpillées dans tout le corps qui lui donne un surcroît de travail? Vous avez tout intérêt à prendre rendez-vous pour une irrigation du colon. Ce traitement consiste à injecter de l’eau délicatement dans le rectum à l’aide d’un tuyau relié à un appareil conçu à cette fin. L’eau déloge les nouvelles et vieilles selles puis ressort avec les déchets.
En bonus…
Pour augmenter vos chances d’être encore plus en forme demain, évitez de trop manger et laissez votre système digestif se reposer. Buvez beaucoup d’eau et prenez des bouillons de légumes fait maison avec beaucoup de fines herbes qui fortifieront votre système immunitaire : thym, origan, sarriette, clou de girofle, ail, gingembre, raifort, cayenne, etc. Écoutez votre corps; c’est souvent dans ces moments qu’il nous indique le mieux ce qui lui convient. À moins que ce soit nous qui prenons finalement un temps d’arrêt pour l’écouter…
Aromathérapie par Mikaël Zayat

Dès le premier frisson, il faut agir vite! Le virus grippal a la particularité de se multiplier rapidement. En très peu de temps, le virus pénètre dans une cellule et la force à fabriquer plusieurs dizaines de virus. Par la suite, elle éclate et libère tous ces nouveaux petits virus qui, à leur tour, iront envahir d’autres cellules.
En tout temps, ayez à porté de main une essence aromatique ayant des propriétés antivirales, particulièrement pour la sphère respiratoire. En voici quelques unes :
- Eucalyptus officinal (Eucalyptus radiata)
- Cajeput (Melaleuca cajeputii)
- Niaouli (Melaleuca quinquenervia CT cinéole)
- Ravintsare (Cinnamomum camphora à cinéole)
- Romarin (Rosmarinus off. CT cinéole)
Voici un protocole «antiviral» que recommande le Dr Daniel Pénoël, auteur de plusieurs ouvrages en aromathérapie :
1- Avec le doigt, venir déposer une goutte de l’huile essentielle choisie à l’emplacement de la fontanelle bregmatique, c’est-à-dire à quelques centimètres en arrière de l’implantation frontale des cheveux. Faire 6 à 12 applications les deux premières minutes. L’effet énergétique est ressenti rapidement et positivement.
2- Déposer une autre goutte sur le poignet à l’endroit où l’on sent battre le pouls. C’est dans ce prolongement du pouce, nommé la gouttière radiale, que passe le méridien du poumon. Frottez ensuite cette région précise de chaque poignet ensemble.
3- La troisième manœuvre est d’aller déposer une goutte d’essence sur la vertèbre qui, avec le système nerveux rattaché, contrôle la région des poumons. Pour la trouver, vous déposer votre main sous la nuque et lorsque vous touchez à la vertèbre la plus proéminente, vous descendez de deux vertèbres. Frottez vigoureusement quelques gouttes d’essence de chaque côté de cette vertèbre.
4- Pour rejoindre le point où se situe la naissance du méridien du poumon, mettez deux gouttes d’essence aromatique sous la partie externe de la clavicule. Faites le même geste de chaque côté.
5- Finalement, faites pénétrer deux gouttes sous la partie évasée du sternum.
Pour compléter le traitement, diffuser dans l’air des essences aromatiques de conifères (sapin, pruche, pin blanc, épinettes blanche ou noire) tout en prenant un bon bain chaud. Garder le repos bien au chaud.


Véronik Tanguay
Jardin de Vie

.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Do22 803240 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines