Magazine Internet

Si Eric Schmidt, le patron de Google était français, ce serait un criminel

Publié le 08 décembre 2009 par Olivier Laurelli

Image 4Eric Schmidt, le patron de Google, a récemment eu des mots très malheureux, assimilant tout internaute désireux de protéger sa sphère privée, d’être un criminel. Il s’agissait d’une interview accordée sur CNBS dans laquelle le patron de Google déclarait que tout internaute s’inquiétant de ses données personnelles avait quelque chose à se reprocher.

« Si vous faites quelque chose et que vous ne voulez que personne ne le sache, peut-être devriez-vous déjà commencé par ne pas le faire »

Il faut comprendre qu’Eric Schmidt n’est pas très au fait du durcissement des politiques européennes visant à réduire les libertés individuelles en instaurant le filtrage de masse. Dans le monde de bisounours hémiplégique du patron de Google, la liberté d’expression est un acquis. C’est d’autant plus surprenant venant de cet homme que Google a toujours une politique assez respectueuse des internautes en matière de privacy. Google a toujours privilégié l’autorégulation par le Net et l’écoute des internautes aux demandes ubuesques de certains états.

Est-ce la fin d’une époque pour Google ?

Non, je ne le pense pas. Et même si Google a de quoi faire peur, malgré ces mots malheureux, il ne faut pas perdre de vue qu’en bon américain, Mr Schmidt n’est pas très au fait de certaines choses qui se passent en France. Je ne pense pas qu’il aurait eu ces mots s’il avait travaillé chez TF1 et envoyé un email à son député pour exprimer sa position sur une loi comme HADOPI.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Laurelli 9300 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine