Magazine Blog

Carnet Noir Privé.

Par Mélina Loupia
Un jour, dans mes petites Corbières, un homme est venu se perdre avec son camion tout gris. Dans le village, l'affaire a fait grand bruit. Vous comprenez, sa plaque minéralogique était blanche et rouge et n'indiquait rien de bien françois. Alors d'occitan... Petit à petit, l'homme est sorti tous les matins de son camion tout gris. Comme façonné dans la pierre dure, sans aucun artifice, par la taille d'abord j'ai été saisie. Petit à petit, dans nos vies il est entré. De curieuses consonnances wallonnes il nous a bien appris. Petit à petit, je l'ai apprivoisé. De la retenue au début, je l'avoue, j'ai fait montre. C'est qu'il aurait pu être mon grand-père, ce grand barbu. Petit à petit, je l'ai aimé. De culture infaillible, mes lacunes fromagères il  a comblé. C'est qu'on déguste pas un Herve comme ça, même avec un Prieuré de Capendu. Petit à petit, fan je suis devenue. L'humour dans une poche, la tendresse dans l'autre, Jamais l'homme ne s'est vraiment donné. Petit à petit pourtant, sa vie il nous a confiée. Mais jamais, jamais de l'aide il n'a osé demander. Alors que lentement, le mal s'en est mêlé. Petit à petit, la vie a cédé. Et ce soir, l'homme s'en est allé. Discrètement, presque pudiquement, tel qu'il était. Petit à petit, entre autres le souvenir que d'André, je garderai. Mais jalouse je confie d'être. Car voyez-vous, André, je n'étais pas seule à l'aimer.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mélina Loupia 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog