Magazine

Quand les bornes sont franchies, …

Publié le 08 décembre 2009 par Jfa

Il n’y a plus de limites

Gloire à Pierre Dac pour cette phrase immortelle à laquelle j’ai immédiatement pensé en lisant la tribune de notre Président dans Le Monde.fr d’hier. Extraits:

- sur le référendum suisse: “…comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même? Derrière la violence de ces prises de position se cache en réalité une méfiance viscérale pour tout ce qui vient du peuple. La référence au peuple, c’est déjà, pour certains, le commencement du populisme. Mais c’est en devenant sourd aux cris du peuple, indifférent à ses difficultés, à ses sentiments, à ses aspirations, que l’on nourrit le populisme. Ce mépris du peuple, car c’est une forme de mépris, finit toujours mal. Comment s’étonner du succès des extrêmes quand on ne prend pas en compte la souffrance des électeurs?”

Oui, vous lisez bien, c’est le même homme, qui a bafoué le vote démocratique du référendum sur le Traité Constitutionnel par le Traité simplifié, qui s’insurge contre le “mépris du peuple”…. Il prouve par là le mépris dans lequel il nous tient.

Pour le reste, je vous renvoie à la lecture de ce ramassis de lieux communs éculés dans lequel on trouve aussi cette perle: “L’identité nationale c’est l’antidote au tribalisme et au communautarisme” et. Vous y verrez que notre Président comprend et approuve le vote suisse sur l’interdiction des minarets parce que “dans notre pays, … la civilisation chrétienne a laissé une trace aussi profonde”.

Pour les abonnés à MédiaPart, je recommande par la même occasion l’article d’E. Plenel, “Une honte nationale” relatif à la pétition lancée par ce journal en-ligne “Nous ne débattrons pas”, déjà signée par plus de 30 000 personnes.J’en extrait après un développement remarquablement argumenté, cette conclusion : “… pour la première fois depuis 1944-1945 s’énonce, au sommet de la République, l’idéologie de la droite extrême, celle qui fut au pouvoir avec Philippe Pétain sous Vichy, cette droite à la fois maurrassienne, orléaniste et élitiste qui n’avait jamais admis la démocratie libérale et qui vécut la victoire de l’Allemagne nazie comme sa divine surprise, cette droite que seules la victoire des Alliés et la personnalité de Charles de Gaulle obligèrent à admettre le principe de la République et sa devise de liberté, d’égalité et de fraternité”.

L’état sarkozien se révèle tous les jours davantage comme un mix de bananier  et de copinage (tout pour le gang du Fouquet’s), néo-libéral (tant que cela ne gêne pas les copains), il vire au policier et à l’autoritaire, monte les différentes catégories de français les uns contre les autres, anti-laïc et passablement xénophobe (les immigrés constituant des boucs-émissaires rêvés). Finalement, il semble qu’A. Badiou (dans “De quoi Sarkozy est-il le nom”), comme le relève E. Plenel, avait touché juste quand il qualifiait ce régime de néo-pétainiste.

Et dire que cette soupe infecte n’a de raisons d’être que d’éviter une déculottée aux Régionales. Qu’est ce qui nous attend alors pour les prochaines Présidentielles..?

- “En Cisjordanie, les champs d’oliviers palestiniens, cibles des colons radicaux”. Le Monde.

- Le PLU et le PADD de la ville de Nice. Site de la ville.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jfa 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte