Magazine Médias

Coup de gueule contre la grève du RER A

Publié le 16 décembre 2009 par Vivie94
greve-gare-nord-sncf_365.jpg

Est-elle justifiée ?

Déjà huit jours que la grève dans le RER A se poursuit. Huit jours que les usagers se massent sur les quais de la gare pour, peut-être, attraper une rame. Alors, ici et là dans les médias on entend les grévistes crier haut et fort : "Vous savez la grève c'est aussi dure pour les usagers que pour nous !".

Ce sont eux qui attendent parfois jusqu'à 20 minutes sur un quai de gare où la température ne dépasse pas les 0°C et surtout où le vent est leur principal compagnon ? Est-ce eux qui mettent une heure supplémentaire pour se rendre à un rendez-vous d'affaire ? Est-ce eux qui arrivent à leur rendez-vous d'affaire en retard. Ont-ils seulement l'idée de ce qu'est un business en pleine crise ? Ont-ils seulement réfléchi aux conséquences de leur grève ?
Leurs revendications sont claires : ils veulent une prime mensuelle de 120 euros variable de 30 euros. Et ils se plaignent de leurs conditions de travail qui s'endurcissent et deviennent de plus en plus difficiles...
Ont-ils pensé, au-delà de leur propre nombril, que les milliers d'usagers qui utilisent les transports en commun n'ont pas de prime ! Et ceux-là même, ne peuvent pas faire grève sinon c'est la porte ! Ils ne peuvent même pas se permettre d'arriver en retard au travail sous peine d'être pénalisés... Oui mes chers grévistes, ce sont eux que vous prenez en otage ! Vous croyez vraiment que le gouvernement ou votre patron sont contrariés par cette grève ?
Vos conditions de  travail se dégradent ? En ce moment, ce sont les cadres qui vous remplacent ! Ce sont eux qui poussent le bouton dans la cabine du RER A. Il est surement vrai que vos conditions de travail sont pénibles... en comparant avec ces milliers de travailleurs qui exercent en ce moment en extérieur, à 0°C  et qui gagnent deux fois moins que vous ! Mais surtout, mes chers grévistes, ces gens-là, ces travailleurs ,ils peuvent du jour au lendemain se faire virer. Qui ne sait pas que dans la fonction publique le poste est à vie ?
Vous n'êtes pas contents de vos conditions de travail ou de votre salaire ? Personne ne vous empêche d'aller voire si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs ! Personne ne vous empêche de créer un statut d'auto-entrepreneur et de faire un petit travail complémentaire pour arrondir vos fins de mois... Vous savez dans la vraie vie des salariés et travailleurs du privé, les conditions de travail sont aux antipodes des vôtres.
En pleine crise, et en pleine période de Noël, vous pénalisez les achats de cadeaux des grandes surfaces comme Les Halls, les Quatres temps, Le Printemps, Les Galeries Lafayette ou Val-d'Europe ! Pensez à regarder au-delà de votre nombril... Au pire, si les ventes sont moindres, il y aura que quelques emplois de suprimés !

Virginie Maillard


Photo :
Gonzalo Fuentes / Reuters, L'Expansion.
Lire aussi : Blog en commun (blog des transports parisiens), L'Express et Europe 1.

Follow virginiemaillar on Twitter


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par Manitardès
posté le 20 janvier à 08:41
Signaler un abus

Dans la vraie vie, un salarié ne peut faire grève... Dans la vraie vie, celui qui est en retard peut être viré... Dans la vraie vie, ceux qui travaillent gagnent moins pour travailler plus... Quelle vie rêvée des anges vous nous décrivez là, chére Virginie ! C'est beau la Sarkozie, il y souffle un joli vent libéral, qui fait que les grévistes sont des nantis, des preneurs d'otages, que les fonctionnaires sont des chanceux ! Quelle belle prose médéfienne ! Connaissez-vous le préambule de 1946 ? Non, évidemment... Saviez-vous que les jours de grève sont décomptés du traitement ? Que chez les fonctinonnaires le taux de suicide lié au travail est supérieur aux salariés du privé ? Que les flics réclamés par la société pour les protéger de leur propre peur sont fonctionnaires ? Que les infirmières sont mal payées et exploitées ? Que les profs se font dézingués par les médias alors même que pour être prof aujourd'hui, il faut être malade ! Votre discours respire le ranci... Le droit de grève a été obtenu dans le sang (des milliers de travailleurs abattus par la marée-chaussée, grève des minuers etc...) Bon je vous laisse à vos rdv d'affaires, au business etC

A propos de l’auteur


Vivie94 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte