Magazine Séries

Nip/Tuck [6x 10]

Publié le 21 décembre 2009 par Lulla

47060008

Wesley Clovis //

44030377


vlcsnap_207391

   Cette courte saison 6 de Nip/Tuck aura été éprouvante, dans le sens où l'on est sans cesse passé d'un bon à un mauvais épisode. Je suis globalement satisfait car les bons épisodes étaient vraiment bons et les mauvais, à part le 9ème, n'étaient pas si mauvais. On ne retrouve pas le niveau des deux premières saisons, bien entendu, mais le sérieux avec lequel certains sujets ont été traités me les ont rappelés. Cet épisode est un très bon exemple. Il me semble que c'est la première fois que le thème de la peine de mort est abordé dans la série et cela a été fait avec beaucoup de justesse, en Nip/Tuck-style évidemment. Je tiens d'abord à saluer l'excellente prestation d'Eric Stonestreet, à mille lieux de son personnage dans la sitcom Modern Family. C'est lui qui incarne le condamné à mort obèse qui, par un twist que j'ai un peu senti venir mais qui a quand même fait son effet, n'était pas coupable ! La symbolique très forte de la fin de l'épisode, lorsqu'il est enfin tué quinze ans après que sa sentence soit tombée, a été parfaitement gérée par les scénaristes et le réalisateur. Cela nous renvoit évidemment au Christ crucifié de par la position du corps et le sang qui coule du ventre. Une image extrêmement choquante, d'autant que le véritable coupable assiste à la scène. Parce qu'il fallait bien qu'il gâche un peu la fête, comme à son habitude, le clan McNamara m'a grandement irrité. Les questions d'éthique que se pose Sean m'ont fait doucement rire dans le sens où il n'a plus d'éthique depuis bien longtemps. En plus, en temps normal, il est prêt à tout pour sauver sa famille alors c'était un peu étrange de le voir refuser le deal qui permettait de sortir Matt de prison. D'un autre coté, il y a eu quelques fulgurances qui m'ont serré le coeur, notamment quand Matt prononce ces terribles mots à son père sous le coup de colère "You're dead to me", ou quand, à l'inverse, il lui dit qu'il aime à la fin. En réalité, j'aurai préféré que Sena justifie son premier choix en insistant sur le fait que c'est peut-être en prison que Matt était le mieux. On verra si le temps de la rédemption est enfin venu pour lui dans la dernière saison...

   Kimber m'a beaucoup ému dans cet épisode. Je ne pensais pas redire ça un jour car elle a quand même bien touché le fond elle aussi ces derniers temps. Disons que sa scène avec Liz à l'hôpital était superbe, en partie grâce à Liz car a su trouver les mots justes mais aussi parce que Kelly Carlson n'est pas une mauvaise actrice et que ce rôle lui appartient, lui colle à la peau. Pour en revenir à son intrigue de manière général, j'ai enfin eu ce que je voulais : un vrai avortement ! C'est vrai, le sujet de la grossesse non désiré revient tout le temps dans tout un tas de séries américaines mais elle n'est quasiment jamais traitée via l'avortement à cause de ce foutu puritanisme. Nip/Tuck ose le faire, mais ce n'est pas surprenant venant d'elle. Autre dialogue fort, que l'on doit encoreà Liz d'ailleurs : lorsqu'elle parle franchement à Christian de l'épreuve que Kimber vient de traverser et du mal qu'il lui a fait et qu'il lui fera encore... C'était tellement vrai quoi. Sacrée Liz ! Le retour express de Mario Lopez m'a fait bien plaisir même s'il n'a servi à rien.

vlcsnap_182487


// Bilan // Un épisode assez émouvant qui clôt parfaitement la saison sur une scène inhabituelle dans Nip/Tuck : une table, un repas, une famille, des rires... oui mais beaucoup de faux-semblants aussi ! Le calme avant la tempête des 9 derniers épisodes j'imagine...


// Bonus // Une mini-affiche pour annoncer l'ultime saison (qui commence le 6 Janvier) et une bande-annonce !

niptuck_finalseason_arttvs425


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine