Magazine

Les moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste Derrière

Publié le 21 décembre 2009 par Clementso

Les moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste DerrièreLe Castor Astral vous propose de finir l’année le sourire aux lèvres, avec une vague de calembours promotionnels et de slogans publicitaires, tous plus délirants les uns que les autres. Dans un recueil de ce qu’il faut ab-so-lu-ment se procurer si l’on est amateur de bons mots, Auguste Derrière (et non Aimé Séant…) se livre à une gymnastique intense pour zygomatiques flétris.
En effet… « Il peut arriver qu’on bâillonne des gens bons », n’est-ce pas ? Et si vous cherchez un condiment pour votre cuisine, optez sans hésitation pour « L’huile à Rachid » ! Ça vous plaît ? Et pourtant : « T’auras même pas un café dans le pire déca », et c’est ainsi… Et si vous pensiez trouver chaussure à votre pied, cela tombe bien ristourne de dernière minute : « Pour l’achat de la paire, la troisième botte offerte ». Eh oui, c’est la magie de la réclame.
Nombre de ces aphorismes sont simplement jetés au bon vouloir du lecteur – comme ce goûter royal : un prince, un rocher, un monaco… - beaucoup sont illustrées avec des affiches qui donnent l’impression de retrouver les années 50, complètement détournées, raillées, sublimées et irrésistibles d’humour.
Les moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste DerrièreLes moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste Derrière
Des images qui servent toujours des calembours, pas forcément tous de premier choix, « On ne dit pas : Un aigle, mais : Un oiseau de couleul. ». Encore que les pires de ces phrases sont surtout celles que l’on connaît déjà et à qui on reprochera surtout de ne pas nous avoir fait sourire, par plaisir de la découverte.
Les moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste DerrièreLes moustiques n'aiment pas les applaudissements, Auguste Derrière
Inutile de résister, la thérapie par l’exemple sera encore la plus convaincante de toutes les chroniques.
Évidemment, les sans humour passeront à travers cette forêt superbe de symboles et de petites perles. Une encore juste pour le plaisir : « Quand un acteur incarne un ongle, on peut dire qu’il est verni. » Voilà. Ça ne mange pas de pain, et ça vaut sûrement « les récits atomiques du conteur G. Geyre… » Ce dernier, « absent des ondes depuis 1945, vient de reprendre sa radioactivité ».
Lumineux !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clementso 134 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog