Magazine Poésie

La pluie (Michel Dugué)

Par Arbrealettres

La pluie (Michel Dugué)


La pluie, pareille à elle-même
en toute parcelle de la contrée,
essaime ses sources mitoyennes.
Progresse comme le désert
à force de répétitions,
occupant, ainsi, sans gêne,
l’espace entier,
témoignant, parfois, d’une prédilection
pour les toitures où elle bat avec
la régularité d’un métier à tisser

(Michel Dugué)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Communication (Michel Michaud)

    Communication (Michel Michaud)

    il s’est éveillé à ton sommeil parallèle et l’ombre même était émue de ce bonheur de sauge recueillie pendant la nuit le paysage était parti en un grand cri de... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • C’était hier (Michel Dugué)

    C’était hier (Michel Dugué)

    C’était hier, un lac dont le fond affleure les plus hautes eaux. Sorte d’enfance étonnée, ressentie derrière la nuque telle une main attardée. Gagner ce lieu... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Toi (Michel Leiris)

    (Michel Leiris)

    Mon livre doré sur tranches que je veux lire de bout en bout. Mon gâteau d’anniversaire qui n’a pas besoin de bougies pour être illuminé. Mon alcool qui enivre... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Missives (Michel Leiris)

    Missives (Michel Leiris)

    Rien à surgir sinon des pleins et des déliés de la feuille sans nuances ni aspérités où je cherche à sculpter tes ombres, tes lumières et tes dénivellations de... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Dénué (Michel Leiris)

    Dénué (Michel Leiris)

    Dès le départ, nous savions bien qu’un astre incertain nous guidait. Mais eût-on dit qu’en se volatilisant une aussi frêle statue créerait un pareil vide où... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • En proie (Michel Leiris)

    proie (Michel Leiris)

    En proie Je lis, j’écris. Je mange, je bois, je dors. Je marche et je m’arrête, je pars et je m’en retourne. Mais je suis comme une terre dont l’unique continen... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Anthologie permanente : Michel Pérelle

    anouk me ravissait rien que pour effleurer ses lèvres je vendais des glaces multicolores rien que pour la voir nue j’achetais une lunette astronomique rien que... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine