Magazine France

L'absurdité des éoliennes

Publié le 03 janvier 2010 par Patjol
éoliennes Au moment où tout le monde s'accorde sur la nécessité de diminuer les émissions de gaz carbonique, il me semble plus que jamais nécessaire d'évaluer l'utilité des éoliennes. Bien sûr que nous devons développer la production d'électricité par des énergies renouvelables (le nucléaire n'émet pas de CO2, mais n'est pas une énergie renouvelable). Mais autant le faire intelligemment, et donc ne pas considérer comme un progrès tout ce qui est renouvelable sans l'évaluer avec des critères économiques, écologiques et techniques.
Sur le plan économique, les éoliennes sont peu rentables (renatbilité à 22 %) alors qu'elles sont très largement subventionnées. Les coûts de maintenance sont considérables, et les éoliennes produisent très peu. L'Allemagne a développé cette énergie à son maximum, mais l'éolien n'atteint que 5 %  de l'électricité produise. L'Allemagne continue à avoir 25 % d'électricité d'origine nucléaire, et ce taux ne va pas baisser. La vérité, c'est qu'il faut 2 100 éoliennes pour produire autant qu'un coeur nucléaire ! Pour qu'une éolienne produise à son maximum (2 000 heures par an, à peine un quart du temps), elle doit avoir certaines conditions très particulières de vent. Le vent ne doit être ni trop faible, ni trop fort.
Sur le plan écologique, les éoliennes sont aussi contestées. Beaucoup n'aiment pas leur esthétique, mais je n'en fais pas partie. Je trouve ces grands phares blancs coiffés de triples pales très élégants. Rien à voir avec les pylones électriques des lignes à très haute tension, qui défigurent les paysages et nécessitent de tailler des coulées dans les forêts. Par contre, les éoliennes sont aussi accusées de produire des nuisances sonores gênantes en pleine nature, et de nécessiter d'immenses blocs de béton à leur base. Il serait intéressant de comparer le bilan carbone de la construction d'une centrale nucléaire avec celui de 2 100 éoliennes...
Sur le plan technique, la production électrique des éoliennes est très difficile à intégrer. Parce que les électriciens doivent en permanence mettre en adéquation la production avec la consommation, et que la production éolienne fluctue très vite. Et en plus, ces fluctuations ne sont pas prévues. Ces perturbations dans la production ne peuvent pas être lissées en temps réel parce que l'électricité ne se stocke pas, ou très difficilement et pas en grande quantité. On a même eu des coupures de courant de très grande ampleur en 2003, qui se sont propagées d'un pays à l'autre en partant de... L'Allemagne.
Au final, j'ai peur qu'on se précipite dans cette voie (la France a pour objectif de rattraper l'Allemagne sur l'éolien) alors que ce n'est pas la bonne solution.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patjol 98 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines