Magazine Poésie

J’allais par des chemins perfides (Verlaine)

Par Arbrealettres

J’allais par des chemins perfides (Verlaine)


J’allais par des chemins perfides,
Douloureusement incertain.
Vos chères mains furent mes guides.

Si pâle à l’horizon lointain
Luisait un faible espoir d’aurore;
Votre regard fut le matin.

Nul bruit, sinon son pas sonore,
N’encourageait le voyageur.
Votre voix me dit : “Marche encore!”

Mon coeur craintif, mon sombre coeur
Pleurait, seul, sur la triste voie;
L’amour, délicieux vainqueur,

Nous a réunis dans la joie.

(Verlaine)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine