Magazine

Ecologie: Ce que je retiens de Copenhague

Publié le 21 décembre 2009 par Djiathink
Ecologie: Ce que je retiens de Copenhague
La conférence sur le climat de Conpenhague ! il faut appeller un chat un chat, était pour moi la matérialisation de la lutte des intérêts. Et pourtant j'aurais aimé croire qu'il n'y avait qu'un seul intérêt lors de cette conférence, l'intérêt commun, celui de préservé la vie sur notre planète. Raté ! J'ai vu se déroulé le pire des sommets qu'il m'est été donné de suivre. La faute à qui ? la faute à quoi ? pourquoi ?
A ce sommet les quelques 120 chefs d'états et de gouvernements n'ont rien trouvé de mieux que de pondre à la vas-vite un accord vide, au statut juridique flou. Où sont passé les engagements chiffrés de réduction des gaz à effet de serre ?à la place, l'accord prône la "coopération" pour réduire les émissions le "plus tôt possible". Ils ont même oublier de jeter les bases d'une prolongation du protocole de Kyoto qui prend fin en 2012. ça s'appelle "se moquer du monde".
Finalement, cette accord ne revêt aucune forme d'obligation chez les signataires... si signataires il y a. Ce sont les chinois qui vont être content, eux qui ont combattu le principe de la vérification de réduction des émissions souhaité par les Etats-Unis... peut-être également la cause de la faiblesse des engagements des Américains. L'accord mentionne juste que les pays communiqueront tout les deux ans les actions de réduction des émissions qu'ils entreprennent. En gros, celui qui veut le fait, et celui qui ne veut pas n'est pas inquiété, c'est son droit. Les texte entérine le fait que chaque pays fera ce qu'il voudra, sans sanction ou presque aucune obligation. Tout ça est très mou...
Parlant de l'aspect juridique de l'accord, je vais vous avouez que c'est ce qui m'a le plus fait rire. Ce texte n'est pas signé et n'a pas valeur de traité, il ne respecte même pas les conventions cadres de Nations Unies sur les changements climatiques. Lorsque cette "chose" a été communiqué à Conpenhague par le président de la conférence, l'assemblée a "pris note" de l'accord, sans toutefois l'entériné. Je n'avais jamais entendu parler de "prendre note d'un accord" ! Selon Adlen Meyer, directeur de l'Union of concerned scientists cité par l'AFP, le fait de "prendre note" "donne un statut légal suffisant pour rendre l'accord opérationnel sans avoir besoin de l'approbation des parties". Je veux bien le croire... Chose encore un peu bizarre, une liste accompagnera l'accord, où seront marqué les pays favorables et les pays opposés.
En ce qui concerne les pays Africains, ils ont eu encore une fois le rôle des pleurnichards. Mais la question est pouvaient-ils prétendre à mieux ? Je crois en ce continent, mais il faudrait qu'il arrête de jouer aux demandeurs mais plus souvent aux offreurs... de solutions ! Je ne suis pas d'accord avec le discours que tenait la quasi-totalité des chefs-d'états de cette conférence parlant de l'Afrique. Pour eux , L'Afrique était là pour se faire payer ! Cette attitude m'a profondément gêné. Il est plus que jamais temps que l'Afrique se trouve son modèle de développement et évite de copier les différents modèles "capitalistes-pollueurs" ! J'ai comme impression que c'est en bonne voie...
J-Rv Djia

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Djiathink 16 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog