Magazine Finances

M. Dupont à Copenhague… Petit conte de Noël

Publié le 21 décembre 2009 par Jblully

M. Dupont à Copenhague… Petit conte de NoëlM. Dupont, salarié de l’entreprise Dumoulin et fils, sise dans l’Allier et qui fabrique des pièces mécaniques pour l’industrie automobile, exerce la profession de tourneur fraiseur. Le 15 janvier 2010, il se coupe sévèrement la main en nettoyant une machine ce qui lui vaut un arrêt de travail de 15 jours. Inquiété par la perte de salaire occasionnée par cette cessation temporaire d’activité, M. Dupont est rassuré lorsqu’un conseiller de sa caisse primaire d’assurance maladie lui explique qu’il percevra des indemnités journalières « celles-ci étant toutefois soumises à compter du 1er janvier 2010 à l’impôt sur le revenu ». Curieux de nature, M. Dupont s’interroge sur cette dernière précision et découvre, après quelques recherches sur internet que le Parlement, dans un souci d’équité, vient de soumettre dans le cadre de la loi de finances 2010, les indemnités journalières pour accident du travail à l’impôt sur le revenu. D’abord mécontent, « je paye déjà assez d’impôts comme cela », M. Dupont finit par admettre qu’en ces temps difficiles il est nécessaire d’être solidaire, la solidarité étant le fondement de notre pacte social et spécialement celui de nos régime de protection sociale. « Liberté égalité…solidarité cela ferait une belle devise nationale » se dit notre ami. Fin du premier chapitre.

Le second chapitre est beaucoup plus noir, comme l’indignation de M. Dupont à la lecture de la presse régionale qui lui apprend que, sous la pression des conducteurs qui menaçaient de bloquer l’approvisionnement des grandes surfaces pour les fêtes de fin d’année, le Gouvernement a octroyé aux entreprises de transport routier une exonération de charges sociales de 100 millions d’euro, faute de pouvoir politiquement leur accorder une réduction de leur taxe carbone d’un même montant. « Et voilà nos 150 millions d’euros gagnés sur les indemnités journalières des victimes d’accidents du travail qui partent en fumée » ironise-t-il, profondément irrité que la solidarité chère à son cœur profite à des intérêts privés au détriment des régimes sociaux dont les déficits sont abyssaux. Son exaspération est d’autant plus grande qu’il travaille à 50 kilomètres de son domicile qu’il parcourt chaque jour à bord de son vieux tacot diesel et que sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique sera sensible. « A l’heure de la conférence de Copenhague, la solidarité serait-elle à sens unique ? » s’interroge-t-il.

Son voisin, M. Durand, agrégé d’économie, auprès duquel il exprime son mécontentement, tente de le raisonner. Il lui expose que, selon lui, l’Etat ne serait pas conduit à de telles exonérations si le coût du travail n’était pas aussi élevé. « Vous savez, l’Etat fait supporter aux entreprises le coût du travail qu’elle consomme mais aussi, au travers des minimas sociaux, un part de la solidarité nationale qui ne devrait pas être à leur charge mais à celle des contribuables dont vous faites partie » lui explique-t-il.

Après des heures de discussion, M. Dupont comprend que tout est en tout, et inversement et que seule une remise à plat coordonnée de l’ensemble des politiques sociales et fiscales permettrait d’éclaircir objectivement la situation.

De quoi écrire un prochain chapitre ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jblully 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte