Magazine Info Locale

Les blasons de l'Auvergne

Publié le 04 janvier 2010 par Gérard Charbonnel @gcharbonnel
Un monde d'armoiries
Les blasons racontent à leur manière, une page de l'histoire d'une région ou d'une cité. Voici les blasons de l'Auvergne, de ces départements et de ces villes les plus importantes.
Auvergne
Les blasons de l'Auvergne

D'or au gonfanon de gueules frangé de sinople
Le gonfanon, emblème de l'Auvergne, aurait pour origine la bannière que portait Eustache III, comte de Boulogne, lors de la conquête de Jérusalem avec son frère Godefroy de Bouillon. La " Terre d'Auvergne " fut confisquée par le roi Philippe Auguste, à l'exception du comté d'Auvergne ( capitale : Vic le Comte ) dont le titulaire Robert descendait d'Eustache III, et du comté de Clermont. L'Auvergne fut érigée en duché-paire par le roi Jean II le Bon en 1360. Ce duché fut réuni à la Couronne en 1531 et les deux comtés en 1610.

Allier et Bourbonnais
Les blasons de l'Auvergne
D'azur semé de fleurs de lys d'or au bâton de gueules brochant sur le tout


Trois maisons de Bourbon se succédèrent depuis le Xe siècle jusqu'à l'avènement d'Henri IV, fondateur de la dernière dynastie des rois de France. Le blason du Bourbonnais est celui de la troisième maison issue de Robert de Clermont, sixième fils de Saint Louis, qui épousa Béatrix de Bourbon et fut reconnu sire de Bourbon en 1283. La seigneurie fut érigée en duché en 1327 au bénéfice de Louis, fils du comte de Clermont. Le Bourbonnais fut réuni à la Couronne en 1531 après la défection de Charles, neuvième duc de Bourbon, connétable de France passé au service de l'empereur Charles Quint en 1523.
Cantal
Les blasons de l'Auvergne
D'or au gonfanon de gueules frangé de sinople,sur le tout d'azur à la bande d'or accompagnée de six coquilles d'argent
Le blason du Cantal, bâti à partir de celui de l'Auvergne ( le gonfanon ) et de ses comtes, porte en coeur les armes de la famille d'Astorg d'Aurillac-Conros qui domina la région d'Aurillac du XIIIe au XVe siècle.
Haute-Loire et Velay

Les blasons de l'Auvergne
De gueules au senestrochère d'argent mouvantd'une nuée d'azur au flanc dextreet tenant une crosse d'or, senestré d'un dextrochère aussi d'argentmouvant d'une nuée d'azur au flanc senestreet tenant une épée d'argent garnie d'or, à la bordure engrêlée d'argent.
Le blason de la Haute Loire est aussi celui du pays du Velay. C'est une référence explicite au double pouvoir de l'évêque du Puy, comte de Velay : son pouvoir spirituel de " pastor " et son pouvoir temporel de " defensor civitatis ".
Puy-de-Dôme

Les blasons de l'Auvergne

D'or au gonfanon de gueules frangé de sinople,sur le tout aussi d'or au griffon coupé de gueules et de sinople
Le blason du Puy de Dôme, bâti à partir de celui de l'Auvergne ( le gonfanon ) et de ses comtes, porte en coeur les armes de Montferrand ( le griffon ), attribuées aussi à la Basse Auvergne.
Clermont-Ferrand
" Arverna civitas nobilissima "( la très noble cité arverne )
Les blasons de l'Auvergne

D'azur à la croix d'or remplie de gueules,cantonnée de quatre fleurs de lys aussi d'or
La croix pourrait être un rappel de la première croisade qui fut prêchée à Clermont en 1095. Ce blason à la croix et aux fleurs de lys fit son apparition aux alentours de 1300. Il a servi à caractériser d'abord la spécification territoriale et temporelle de la dignité et de l'autorité de l'évêque de Clermont. Ensuite son usage s'étendit au chapitre de la cathédrale et à la ville, dont l'évêque fut le seigneur temporel jusqu'au XVIe siècle.
Montluçon
" Mons lucens inter montes "( la montagne lumineuse parmi les montagnes )
Les blasons de l'Auvergne
D'azur au château donjonné d'argent, maçonné de sable, posé sur un mont d'or mouvant de la pointe et surmonté d'un soleil du même
Le château de Montluçon fut édifié sur une hauteur dominant la vallée du Cher, d'où le blason. Dans la devise de la ville, la montagne lumineuse ( mons lucens ), c'est-à-dire le Soleil, est une interprétation de Mons lucii, la colline de Lucius, général qui commandait la légion romaine cantonnée à Neriomagus, aujourd'hui Néris-les-Bains. Montluçon était une importante seigneurie dans la mouvance de l'Aquitaine angevine. Philippe-Auguste la donna en 1202 à Gui de Dampierre, sire de Bourbon, pour le récompenser de l'avoir aidé dans sa lutte contre les Plantagenets. Le fils de Gui, Archambaud VIII, épousa Béatrix, héritière des anciens seigneurs de Montluçon, ce qui légitimait la donation royale. Montluçon, qui faisait partie des domaines de la maison de Bourbon, fut rattaché au domaine royal en 1527 après la trahison du connétable.
Le Puy-en-Velay

Les blasons de l'Auvergne
D'azur semé de fleurs de lys d'or à l'aigle au vol abaissé d'argent,armée, becquée et lampassée de gueules, brochant sur le tout
L'aigle symbolise Le Puy ( podium elevatum ). Elle aurait été attribuée à la ville par Hugues Capet en 992. Les lys furent concédés par Saint Louis en 1254. En effet le Velay, après avoir fait partie du duché d'Aquitaine, fut incorporé à la province du Languedoc, devenue domaine de la Couronne au XIIe siècle.
Aurillac
Les blasons de l'Auvergne
De gueules aux trois coquilles d'argent,au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or
Les trois coquilles rappellent qu'Aurillac fut une ville étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Le chef aux fleurs de lys aurait été attribué par le roi Charles VII en récompense des 200 soldats envoyés par la ville pour la libération de la France.
Vichy
" aquis calidis "( aux eaux chaudes )
Les blasons de l'Auvergne
D'or aux deux fasces d'azur et aux deux pals d'argent brochant sur le tout
Ces armes ont été enregistrées à l'armorial général de France de 1696, assemblage de fasces et de pals créé par un commis de Charles d'Hozier, juge d'armes du Roi.
Moulins
Les blasons de l'Auvergne
D'argent aux trois croisettes ancrées de sable,ajourées du champ, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or
La future capitale du Bourbonnais n'était encore à la fin du Xe siècle qu'une simple villa tenue en alleu par les frères Wion qui la vendirent pour 50 sous à l'abbaye de Cluny. La ville doit son nom aux moulins sur l'Allier, que rappellent les croix ancrées, déformations graphiques des anilles ou fers de moulin qui servaient à assujettir les meules. Moulins devint la résidence des ducs de Bourbon, issus de Robert de Clermont, sixième fils de Saint Louis. Les fleurs de lys marquent cette appartenance. A l'instar des ducs de Bourgogne, ceux de Bourbon furent de fastueux mécènes.
Saint-Flour
Croix de guerre 1939-1945
Les blasons de l'Auvergne
Parti d'azur et d'or semé de fleurs de lys de l'un en l'autre,à la bordure engrêlée de gueules
La bordure mise à part ( brisure ), la ville porte les armes de Jean de Berry, duc d'Auvergne, frère du roi Charles V. Cette concession fut confirmée en 1394 par le roi Charles VI.
Riom( Puy de Dôme )
Les blasons de l'Auvergne
D'azur à la lettre R capitale d'orsurmontée de deux fleurs de lys du même
Le Vicus Ricomagensis, dont parle au VIe siècle Grégoire de Tours, déjà paroisse au siècle précédent sous la direction de son curé, Amable, mort en 475 en odeur de sainteté, devint un lieu de pèlerinage. La ville fut comprise dans l'apanage d'Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis. La copie d'une de ses chartes de franchises, l'Alphonsine, est conservée aux Archives municipales. Réunie à la Couronne, Riom grandit comme capitale de l'Auvergne. En novembre 1429 les Riomois furent sollicités par une lettre, signée Jehanne, qui leur demandait de l'aide pour bouter l'Anglais hors du Royaume. Clermont-Ferrand, ville rivale, devint chef-lieu du Puy de Dôme mais Riom resta la capitale judiciaire, siège de la Cour d'appel. Un procès célèbre s'y déroula en 1941.
Thiers
" labour probus omnia vinait "( un travail opiniâtre vient à bout de tout )
Les blasons de l'Auvergne
De gueules au vaisseau équipé et habillé d'argent,voguant sur une mer du même mouvant de la pointe
La symbolique du navire remonte au XVIe siècle, époque où Thiers commerçait d'une façon suivie, par voie fluviale, avec les Espagnes.
Issoire
Les blasons de l'Auvergne
D'azur à la lettre y d'or, la queue inversée à senestre et enroulée par la pointe,surmontée d'une couronne de marquis du même
A l'époque gauloise, la ville appartenait au pays des Arvernes dont Vercingétorix, fils de Celtil, fut le roi avant de devenir le chef de la résistance à Jules César. A l'époque mérovingienne, Issoire fut le siège d'un atelier monétaire. Au XIIe siècle elle était partagée entre l'abbaye et les dauphins d'Auvergne. Une charte de franchises lui fut accordée au XIIe siècle par Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, à qui l'Auvergne avait été donnée en apanage. Issoire, qui s'écrivait Yssoire ( d'où le Y du blason ), fut la huitième des " bonnes villes " d'Auvergne. Au XVIe siècle, ce fut une place forte protestante et la région fut ravagée au cours des guerres de Religion. Elle retrouva la prospérité comme marché régional au coeur de sa Limagne.
Ambert
Les blasons de l'Auvergne
D'azur à la croix d'argent cantonnée de quatre trèfles d'or
Capitale du Livradois, Ambert fut une châtellenie qui appartint à Guillaume de Baffie, qui, en juillet 1239, lui accorda une charte. Ce fut une ville très active en raison de son gué sur la Dore. Le XVe fut le siècle d'or d'Ambert. On compta jusqu'à 300 moulins à papier dans les trois vallées de la Forie, du Laga et du Grandrif. Henri Pourrat, le grand romancier de l'Auvergne, en conta l'histoire dans " L'herbe des trois vallées ". L'eau acide des ruisseaux, le système de l'arbre à came, puis de la roue motrice, permirent d'atteindre la perfection. Ambert est célèbre pour son fromage, la fourme et pour sa mairie circulaire immortalisée par " Les copains " de Jules Romains. Le blason de la cité, avec croix et trèfles, date du XVIe siècle.
Yssingeaux
" evocant auroram "( ils annoncent l'aurore )
Les blasons de l'Auvergne
D'azur aux cinq coqs d'or crêtés, barbés et membrés de gueules, ordonnés 2,1 et 2, les deux en chef et les deux en pointe affrontés,soutenus d'une fleur de lys aussi d'or.
Yssingeaux est la ville aux cinq coqs à cause de son nom, Sincgeaux, comme on le trouvait écrit au XVIe siècle et comme le parler local le restitue. Tardivement on ajouta une fleur de lys à la pointe de l'écu.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gérard Charbonnel 315 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine