Magazine France

Leziadec, il est très chouette !

Publié le 05 janvier 2010 par Gédécé @lesechogaucho

Leziadec, il est très chouette !Commentaire remanié d’un billet , à lire au préalable pour bénéficier des lumières de Leziadec, sur un blog qui lui aussi voit souvent rouge… et parfois même le boit (à la santé de tous !) : j’ai nommé Ruminances… L”un de mes petits favoris, qui ne fait pas de chichis à tortiller du cul et de la méninge pour épater la galerie parisienne…

@leziadec :

“ya pas à dire, le regard distancié, ça fait du bien, et j’aime à te lire pour cette raison là. J’ai en effet très certainement besoin de prendre du recul en ce moment, comme m’y ont invité récemment avec quelque bienveillance Stephane, et LaetSgo, ainsi que l’un de mes chers enfants… Les autres, quant à eux, disent en boucle que je délire, alors que ma colère est saine. Et qu’elle me fait avancer, elle… je ne suis pas très adepte du sur place, dans ma grande impatience à vouloir changer le monde et faire bouger les gens… et les plus lourds ne sont pas ceux que l’on aurait pu croire au début de l’histoire…

Remettons donc les pendules à l’heure… face à ces gens là, Monsieur. Contrairement à ce que d’aucuns pensent, ma démarche est purement pragmatique, et tout à fait réfléchie…. Je considère justement pour rebondir sur des propos vus ici à propos de l’action des syndicats et de la classe politique qu’elle est scandaleusement inefficace, et que sarko s’en fout : il a tous les pouvoirs pour lui, et les moyens de contrôler ce qu’il veut, comme il veut. Il aura toujours les rieurs officiels pour lui, à jouer les écrans de fumée pendant que le bas peuple souffre; il s’en contrefout, n’étant pas vraiment prompt à l’empathie et à l’amour du prochain… Il s’en fout tellement, que le premier qui ne pense pas comme lui est un « pauvre con » qu’il inonde de son mépris… des convenances et du principe de dignité nécessaire à sa fonction. Aussi, quant à moi, ma démarche est très simple : je considère que si l’on partage ce constat, que l’on pense que les partis politiques traditionnels et les syndicats, qui éparpillent les grèves à répétition, ne sont plus efficaces, alors si l’on a un temps soi peu de réflexion sur la nécessaire transformation sociale que l’on appelle de nos vœux (en tous les cas, moi), et bien on s’adresse non pas aux partis (ou pas seulement, ou indirectement, non pas aux syndicats, non pas à un registre politique traditionnel et éminemment démocratique qui a mis Sarkozy au pouvoir, mais aux gens qui constituent le commun de nous autres, les gens de la rue, les inconnus, les anonymes…Et non pas à l’élite bloguistique du wikio (qui connait ?) et aux médias traditionnels… On s’adresse au peuple, aux vouzémoi, on leur parle, on les écoute, même si ce qu’ils ont à nous dire ne nous convient pas ! Et on leur dit : vous en avez marre ? Vous ne voulez plus de ce type là ? Vous voulez y changer quelque chose ? ET bien venez avec nous, et dites NON, tout simplement, pour qu’il le sache. Le NSD n’a pas d’autre ambition. Nous ne sommes pas cons au point de penser que Sarko va démissionner… Quoique s’il le faisait, et qu’il y avait des élections présidentielles anticipées, selon moi, ce ne serait pas un mal, on a bien le droit de rêver. D’autres prendront plus équitablement la relève, avec un programme et des idées déjà bien rodées à l’approche des prochaines régionales… Mais nous voulons juste que les gens Non politisés qui constituent la plupart de nos concitoyens (et même votre voisin chiant que vous n’aimez pas parce qu’il tire la chasse d’eau à 5H00 du mat et vous réveille) fasse l’effort, et aie enfin la possibilité, une fois dans l’année, d’exprimer ce qu’il ressent. Et pas seulement la technostructure et les convaincus, les médias, les gens qui ont pignon sur rue (mais la rue est parfois une impasse ou une bien petite ruelle, soyons réaliste : même Jegoun ne pèse rien face à Morandini, même s’il pue, les gens y vont voir…comme me le disait hier Pierre), en un mot, nous voulons nous adresser au peuple, le vrai, et lui redonner la voix qu’il n’a plus. Puisque l’UMP se targue d’être si populaire, que ce nain qui pèse effectivement si peu prétend nous représenter, et si mal, disons le lui : NON AU SARKOZYSME ! Nous voulons autre chose, une autre société, et pas celle qu’il représente, cette place prépondérante de l’argent roi et du profit à tout prix pour un pré carré de dominants politico/économico médiatiques qui ont perdu le sens de l’intérêt commun, le sens du collectif, au profit d’une caste. Ici comme en Italie. Oui, le sarkozysme est une forme cousine du Berlusconisme : de la politique spaghettis… de l’enfumage ! Savoir dire NON et Agir, plutôt que « bof on y peut rien » et subir. Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir eu des parents communistes… (ou socialistes, ou Giscardiens…) peu importe ! La plupart des gens n’y connaissent rien et ont même une aversion de plus en plus marquée, doublée d’une méfiance solide et durable pour tous ces gens qui leur ont tant menti, et qui ont été dépassés par ce phénomène de la crise financière, alors que tant de beaux éditorialistes bien plus intelligents qu’eux, des théoriciens et pseudo experts financiers qui n’ont rien vu venir ou qui ont été des maillons de la chaine de causalité des erreurs commises, des politiques haut de gamme triés sur le volet pour leurs incroyables compétences, et qui ont fait partie du système en se pavanant de nouveau aujourd’hui comme si de rien n’était sur des plateaux de télé ou dans les journaux pour venir nous dire : “on va vous expliquer, on a tout compris”, sans rien changer au système qui a produit cette crise… Vous croyez donc que les gens sont dupes ? Non, ils sont las, écœurés jusqu’au dégoût de ce système qu’ils vomissent et qui continue à produire des crétins lobotomisés par leur téléphone portable et leur e-phone… Pendant que d’autres crèvent la dalle et ne sont pas sûrs de passer l’hiver, ou craignent de se retrouver comme d’autres cohortes de licenciés au chômage, et se la ferment parce qu’ils ont peur de perdre leur emploi, même s’il est précaire, même s’il est mal payé… Même s’ils n’y ont aucun avenir et qu’il doivent s’y traîner le matin, la peur au ventre. Les gens en ont ras le bol qu’on leur ait tant menti, de part et d’autres, et se sentent trahis. Non pas seulement par Sarkozy, mais par la classe politique toute entière… Je ne partage pas entièrement leur vision, ce discrédit du politique, mais c’est la leur… Doit-on donc dans ce cas laisser le champ libre de l’expression populaire à l’ennemi, à l’UMP, ou au front national… ??? Les grèves, les manifs, à qui s’adressent-elles ? QUI veut-on toucher ? Quelle est la cible du NSD ? je crois que ses détracteurs se foutent le doigt dans l’œil jusqu’au coude en se basant sur leurs anciens modes de fonctionnement et leur registre « je suis un bon citoyen qui respecte les règles démocratiques » et qui ne veut surtout pas se mêler à des agissements que la morale réprouve parce qu’elle n’est pas le fait de la technostructure médiatico-poltique . Nous, ceux qui sont dans l’organisation de cet élan qu’ils veulent impulser en faisant levier sur l’ensemble de la société par ce premier happening, ne sont rien, qu’un peu de vie, beaucoup d’orgueil, celui de vouloir faire sortir les gens dans la rue, des militants actifs au service d’une cause, limitée dans le temps et l’action : un jour, permettre au peuple de dire NON. Cela le nourrira et donnera une bulle d’air au débat démocratique qui est en train de s’atrophier par manque d’inventivité et de perspectives, qu’il nous faut effectivement réinventer… Mais là, chacun son boulot, ce n’est pas le nôtre… Ou en tous les cas pas à cet endroit là… Bien sûr qu’il faudra bien que d’autres prennent ensuite le relais de cette simple expression de mécontentement salutaire dans un seul temps fort qui peut paraître d’une ambition limitée mais qui selon nous participe lui aussi tout autant de la démocratie… que bien des réunions de section de parti socialiste auxquelles j’ai assisté…. Mais il fut un temps où il parlait encore au peuple…Aujourd’hui il est coupé de la base, Et tient un discours abscons et convenu, toujours politiquement très correct, dans lesquels les gens ne se retrouvent pas. Et quand je dis base ce n’est pas électorale;… : beaucoup de ceux à qui nous voulons nous adresser ne votent pas, ou plus… Doit-on les laisser éternellement sans voix ou à la merci des idéologies répugnantes aujourd’hui à l’œuvre à travers Sarkozy ?

je me bats au delà de moi même et de ma petite personne, dans mon élan de folie ordinaire mais contrôlée et motivée, qui a du sens, pour redonner leur fierté d’exister à des gens qui n’en ont plus. Et si pour vous cela est puéril, et bien du haut de mes 45 ans je suis fier de l’”être encore asser pour agir et rêver. “En faveur de la folie, pardonnez à la raison.” Et plutôt que la raison, préférez donc l’action qui vous la donnera. Car à force de trop penser, on rame sur une galère sans fin : le sarkozysme. Et l’on reste dans son (si petit) cercle d’initiés … virtuels. Mon combat est ailleurs….

¹… et je mets là dans le lot bien sûr le PS, le PC et Europe écologie qui reproduit ou reproduira tôt ou tard les mêmes errements, malgré les illusions de certains quant à son côté (si légèrement) novateur, dans la même fatale impuissance, avec le même type de gens…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte