Magazine Internet

Le gender marketing : rose pour les filles, bleu pour les garçons

Publié le 05 novembre 2007 par Claire Romanet

Assez d’androgynes, assez de métrosexuels, « Le marketing par genre », comprenez la segmentation par sexe, fait fureur.
Pour preuve, les résultats après 8 mois de Coca Cola avec son Zero fait pour les hommes qui s’octroie 17% de parts de marchés des boissons light.
Sur le marché des mobiles, Samsung vient de s’associer à Sephora pour lancer un téléphone fuschia, le L600, packagé avec un sac doré, un gloss et un vernis à ongles. Le tout pour 289€.
Il propose des fonctions multimédias, incluant un lecteur audio (AAC, AAC+, WMA et MP3), un tuner FM et un appareil photo de 3 mégapixels avec autofocus. Doté de la technologie EDGE, il propose un port de carte microSD.
Le truc de fifille (en plus de sa couleur) : une fonction podomètre, qui permet le calcul d’une distance parcourue et du nombre de calories éliminé. Plus quelques bonus, tel le menu nommé « vie féminine » où on trouve un test pour connaître son type de parfum, un biorythme ou encore une liste de shopping.



Une remarque : ça marche très bien quand une marque féminine se décline (comme Taillefine Fizz qui affichait une croissance de 72% l’an passé), c’est plus risqué quand on tente d’imposer une marque masculine. Exemple : Eminence qui n’a pas réussi à imposer ses sous-vêtements féminins. Mais le marketing par genre ne fait que démarrer : peut-être que les « Quinze » de Volvic, bouteilles packagées dans l’esprit rugby pour permettre aux hommes de se réhydrater va marcher ? A surveiller dans les linéaires…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Claire Romanet 5426 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte