Magazine Focus Emploi

Sale temps pour Rachida

Publié le 15 janvier 2010 par H16

Si Rachida devait se consoler en mangeant des chocolats à chaque déconvenue que lui assène la vie politique, elle risquerait la boulimie devant l’avalanche récente de tracasseries politico-médiatiques, suivie de la prise de poisse voire de la crise de foi.
On se souvient que déjà, de son temps de Ministre de la Justice, il n’avait pas toujours été simple d’exercer : les réformes plus ou moins habiles de la magistrature, les petites phrases ici ou là, bref, misère de misère, la vie n’a pas été simple pour elle.

Avec son nouveau poste d’eurodéputée, cela ne s’est pas vraiment mieux passé jusqu’à présent : on la sentait très moyennement chaude pour exercer sa fonction dans l’hémicycle strasbourgeois, et la confirmation fut d’ailleurs rapidement trouvée lorsque, tête en l’air, elle oublia qu’elle avait un micro branché pendant une conversation téléphonique privée. Le chat est sorti du sac : elle s’emmerde ferme à Starsbourg.

Cet emmerdement, d’ailleurs, est peut-être ce qui a poussé l’ex-groupie sarkozienne tombée en disgrâce à tenter une modeste reconversion, comme avocate. Après tout, elle était passée – péniblement – par l’école nationale de la magistrature. Pourquoi ne pas tenter -subrepticement – le barreau ?

Il est vrai que les politiciens ont des passerelles grandement facilitées vers cette profession. La validation des acquis par l’expérience, ça a du bon, hein. Et qui a plus d’expérience dans l’utilisation du verbe et de la rhétorique qu’un politicien ? Qui connaît mieux le droit -  pour l’avoir souvent contourné – qu’un homme ou une femme politique ?

On se souvient d’un Copé avocat d’affaire, et on se dit qu’effectivement, si jamais les élections ne sont pas assez favorables, il est toujours utile d’avoir un petit parachute de côté. Et Avocat au Barreau de Paris, ça en jette tout de même plus sur les cartes de visites que VRP pour une marque de saucisses ou même professeur dans une université outre-atlantique.

Et puis, comme même Julien, dit le Centurion Rolex, tente aussi la manœuvre et veut lui aussi devenir avocat, au même barreau de Paris, il serait dommage de ne pas tout essayer de son côté. Ce qui est bon pour un socialiste de gauche doit être tout à fait valable pour une socialiste de droite.

Las.

Notre eurodéputée boudeuse rencontre là encore quelques pénibles écueils ! Elle a oublié qu’elle est encore, sur le papier en tout cas, magistrate et qu’à ce titre, ne peut être aussi avocate. Elle doit demander sa mise en disponibilité, ce que, bien entendu, elle a oublié de faire. Le Conseil Supérieur de la Magistrature, apprenant par voie de presse que la miss tentait le barreau, s’est légèrement froissé et en profite pour rappeler les règles de procédure.

Pour une ex-Garde des Sceaux, cela fait un peu désordre.

Sale temps pour Rachida

Cependant, le désordre s’empare là encore de son poste actuel, celui pour lequel elle est (grassement) payée (vous savez, là, le truc à Strasbourg qui l’emmerde). Comme elle n’est pas toujours présente aux séances – on la comprend, ça doit être éminemment casse-pied, eurodéputé – une journaliste a tenté d’usurper sa place. Et y est parvenue sans aucun problème.

C’est fort gênant à plusieurs titres.

Le premier est que cela démontre un véritable laxisme aux portes du Parlement Européen. C’est assez préjudiciable à l’institution parlementaire, et aux institutions européennes en général.

Le second porte lui préjudice à la députée, d’une part parce qu’apparemment, personne n’a reconnu que ce n’était pas elle (question image de marque, ça laisse songeur), d’autre part parce qu’elle n’était pas là où elle aurait dû être. Et le fait qu’il n’y avait, ce jour là, qu’une soixantaine de députés pour les 750 que compte le Parlement n’est ni une consolation, ni une excuse. Soit les autres ont trop de travail en dehors des sessions en hémicycle, et dans ce cas, il faut qu’ils s’organisent autrement et diminuent leur éparpillement. Soit ils glandent ailleurs, et dans ce cas, je suis sûr que d’ardents défenseurs de la démocratie seront prêts à prendre leur place et leurs indemnités.

Le troisième, c’est qu’au final, on ne sait pas qui vote exactement au Parlement. Certes, les parlementaires ont une carte électronique permettant de les identifier en séance, mais dans ce cas, justement, cette carte était encore enfichée dans son lecteur pour Miss Dati !

Autrement dit, au vu de la légèreté avec laquelle la sécurité est traitée, n’importe qui peut voter n’importe quoi au Parlement Européen.

(Certes, c’est actuellement le cas, mais l’aspect officieux de cette réalité permet de conserver un semblant de calme chez les citoyens moutontribuables.)

Si, enfin, on ajoute au tableau la bibliothèque de Rachida qui compte des ouvrages prestigieux comme « L’Europe Pour Les Nuls », on comprend que l’actualité n’est pas tendre avec l’industrieuse ingénue.

Sale temps pour Rachida

(Source : Le Rewind)

Et malheureusement, ce constat de nullité s’étend facilement sur bien d’autres politiciens.

Ça tombe bien : en mars, il y aura des élections…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


H16 218508 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog