Magazine Politique

Europe écologie : Peser à gauche

Publié le 18 janvier 2010 par Vogelsong @Vogelsong

Forts du momentum des élections européennes, la formation écologiste espère occuper durablement le terrain politique hexagonal. Ils lancent leur campagne des régionales le 16 janvier 2010 dans le fief de D. Voynet, Montreuil. Salle comble, personnel rénové, forme renouvelée, et enthousiasme à revendre, les « verts » jusqu’à présent cantonnés au rôle de supplétifs à gauche, entendent faire jeu égal avec le Parti socialiste. Cet allant débordant cache des faiblesses qui, à terme, pourraient nuire à la gauche, et même à l’écologie politique.

Europe écologie : Peser à gauche

Finis les poncifs sur le militant écologiste posthippie, c’est une génération urbaine, peu ou pas idéologue qui se retrouve sous la bannière verte. Les végétariens macrobiotiques, les décroissants, les hors système ne font plus partie du paysage. Du moins majoritairement. L’écologie s’est largement ouverte à la société, beaucoup adhère à l’idée, ce qui peut poser des incohérences pratiques dans les faits. Prôner des règles de vie, culpabiliser la population, sans s’appliquer ses propres directives par exemple.

On retrouve aussi cette diversité pour les têtes de liste du parti aux régionales. Du monde associatif (A. Legrand), aux experts (P. Meirieu), en passant par des transfuges du PS, PC, MODEM (S. Gatignon, P. Larrouturou), encadrés par des verts historiques (D. Cohn-Bendit, C. Duflot…), c’est une galerie de portraits hétéroclite qui est présentée. Inédit et vivifiant, tant la volonté de bien faire, surtout chez les nouveaux est criante.

Les vieilles rancoeurs avec le parti socialiste sont palpables. Chaque intervenant effectuera un pilonnage en règle de l’ancien allié. A. Legrand fustige les grandes structures partisanes « qui ne changent que lorsqu’ils sentent la mort arriver ». Le rapport de force a changé depuis les élections européennes, beaucoup d’écologistes souhaitent oublier l’hégémonie d’hier. D. Cohn-Bendit dans un discours enflammé lancera, « les socialistes sont incapables de mettre en place une politique de cohérence entre toutes les régions », bravache il ajoutera « Nous allons les aider à être à la hauteur ». Et c’est au bout de 3 heures de meeting que le nom du président de la République sera cité. Le chassé-croisé programmatique est enclenché, l’UMP, le MODEM, le Front de gauche et le PS ont largement intégré le « wording » écologiste. Le parti écologique s’ouvre sur tous les aspects de la vie sociale, même « la tranquillité publique ».

Face à un PS cristallisé, les espoirs et les ambitions sont immenses. La stratégie claire, peser. Peser sur la gauche, et changer la donne. Pour les responsables d’Europe Ecologie le déboulonnage des caciques socialistes est en cours, et il n’est pas normal « qu’avec 20% des voix le PS ait plus de 200 représentants à l’Assemblée nationale, alors qu’Europe Écologie avec 15% des voix ne dispose que de 4 parlementaires », en 2012, clame le leader de mai 68, « c’est 50 à 100 députés que nous visons ».

Faire tomber le PS, est une ambition limitée dans le contexte national. En 2012, un PS à genoux, une gauche divisée, et des verts agitateurs pourraient largement profiter aux cohortes silencieuses de l’UMP. Pour N. Sarkozy, la carte écologique, et la zizanie (cf. La victoire revendiquée aux élections européennes par l’UMP) qu’elle entraîne est un objectif de moyen terme, la réélection de 2012. Pour les échéances suivantes, toujours au pouvoir, la droite s’adaptera à l’adversaire, pour l’écraser quel qu’il soit.

L’image démissionnaire donnée au PS est aussi un argument aisé venant d’une formation neuve, pas encore usée aux renoncements du pouvoir. A priori, les verts affirment qu’ils feront front avec intégrité. Que cela soit sur le plan national, européen ou international, les lobbies économiques exercent une telle pression qu’il sera intéressant de jauger à quelle vitesse cette nébuleuse va se « PSiser ». Ou si une vraie révolution écologique s’enclenche. Car les écueils sont nombreux. Sur le plan international et malgré l’impact des partis écologistes, c’est un fiasco qui a clos le sommet de Copenhague. En France, l’intérêt soudain pour la problématique environnementale s’arrête souvent au bureau de vote ou à la salle de cinéma. C’est en principe l’autre qui doit supporter les efforts.

Et à ce titre, la gauche écologique a un chemin immense à parcourir, celui du retour sur l’individualisme, que certain récemment, comme D. Cohn-Bendit, ont promu.

Vogelsong – 17 janvier 2010 – Montreuil


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vogelsong 2657 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines