Magazine

Dons en tout genre

Publié le 18 janvier 2010 par Desiderio

Les journalistes de l'Oignon ont du mal à faire la différence entre des homonymes. Voici le titre d'un article :

Don Michel était l'un des trois « gothiques » de la communauté Saint-Martin

On retrouve cette forme dans le chapeau et le corps de l'article :

Don Michel, de la communauté Saint-Martin, a demandé à être relevé de toutes ses missions sacerdotales, un peu avant Noël. Surprise dans le milieu ecclésiastique.

Or il existe deux orthographes différentes de titres différents : don et dom. Le premier est un titre de politesse espagnol désignant des nobles ou supposés tels. Mais c'est aussi un titre accordé en Italie à certains religieux, à des grands propriétaires et puis à... des chefs de la Mafia. En revanche, le second dom est un titre de politesse portugais pour des nobles et aussi un titre pour certains moines en France, par exemple certains bénédictins, trappistes ou chartreux.

Tout semblerait simple. Mais non... Don a aussi été la forme ancienne de dom en moyen français et on peut le trouver dans les livres en édition savante. Ensuite, le français a procédé à une réfection étymologique. En outre, il existe une pièce de théâtre française écrivant dom et non don pour désigner un hidalgo : Dom Juan, ou le Festin de pierre. Alors, pourquoi ce titre don et non dom afin de désigner le prêtre qui se défroque soudainement ? Sans doute parce que sa communauté est d'origine italienne. Mais en revenant en France, c'est le titre français qui aurait dû s'imposer pour nos corbeaux traditionalistes.

Ajoutons à la confusion générale : le mot dom a été aussi écrit dam. On trouve ainsi des noms de lieux comme Dampierre ou Dammartin qui signifient simplement Saint-Pierre, Saint-Martin. Or il ne faut pas confondre ce formant avec dam dans à son grand dam (à prononcer comme dans ou dent et non comme dame). Ce dernier vient de damnum (dommage, préjudice) et n'a pas de rapport avec dominus (maître, seigneur). Précisons encore que les toponymes des régions excentriques de la France ont suivi des évolutions différentes et parfois étranges : Dannemarie par exemple était Dammekirch en allemand ou l'église de la Madone. Il s'agit là d'une sorte de pléonasme caché.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Desiderio 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte