Magazine

Entre les bons et les méchants il y a ceux qui sont Conscient

Publié le 19 janvier 2010 par Hugues-André Serres

Entre les bons et les méchants il y a ceux qui sont Conscient!

yin-yang1

Ce mauvais scénario d’Hollywood est devenu une croyance mondiale : d’une côté les méchants qui détruisent la nature et commettent nombre d’injustices et de crimes contre l’humanité, et de l’autre les bons, la majorité silencieuse qui subit les outrages des précédents.

En réalité ce scénario date de l’invention du concept socialiste de lutte des classes : d’un côté, la caste des nantis et des profiteurs, et de l’autre, les masses innocentes, qui depuis Rousseau sont constituées d’êtres humains nés naturellement bons.

De Marx à Hollywood, le circuit est bouclé. Les méchants vivent leur dernière heure, et grâce à la générosité du genre humain unifié, les salauds vont bientôt être vaincus. Le nouvel ordre mondial nous l’a promis : le grand soir est pour bientôt. La biche reposera près du lion. On oublie simplement de dire que le fauve assoupi, drogué et dégénéré n’aura plus rien d’un lion.

Il faut donc que chacun se range démocratiquement du bon côté, celui des gentils qui forment la majorité. C’est pourquoi les prédateurs de la finance paufinent leur image de philanthropes et de grands humanistes. Ils deviennent de généreux donateurs pour toutes les bonnes causes sociales, médicales et écologistes. Quelle star n’a pas signé un chèque pour des œuvres de bienfaisance, mais toujours devant une caméra, bien entendu ? La charité, il faut la faire connaître pour que tout le monde en prenne de la graine. Le message vers le public est clair : les grands de ce monde sont des gens positifs. Soyez tous bons !

Qui ne voudrait être du côté des bons ? Donc, tout le monde est pour le bien, et tout le monde est pour la paix.

On finit alors par se demander, mais où est le mal si tout le monde veut le bien ?

Et la pensée unique nous annonce par tous ses haut-parleurs que le mal va prochainement disparaître grâce à l’union des bonnes volontés.

Ce scénario présente de sérieuses lacunes, mais l’art de la mise en scène fait passer la pilule. Il serait malvenu de douter que l’utopie du paradis terrestre est dans sa dernière ligne droite.

Les nouveaux méchants seraient ceux qui n’ont pas la naïveté de croire que la souffrance humaine peut être éradiquée aussi légèrement. Les voilà les nouveaux ennemis du genre humain : ce sont les dissidents du meilleur des mondes.

L’art de la politique est de diviser pour régner. Chacun a souvent entendu cette formule, mais nous n’en avons sans doute pas tiré les conséquences utiles.

Le grand art de la manipulation c’est de dresser deux partis aux idéologies opposées l’un contre l’autre. Chacun peut donc s’identifier au bord qui le séduit sans réaliser que l’engagement qu’il croit libre est en réalité une totale absence de choix.

La division politique entre la droite et la gauche est fondée sur cette manipulation des deux tendances fondamentales de l’humanité, la priorité du coeur ou celle de la raison.

Les tenants du parti du cœur ont l’avantage de pouvoir dénoncer les autres comme des méchants, et en retour, les pragmatiques ricanent des rêveurs, qui pour la plupart, ne sont désintéressés que parce qu’ils n’ont pas les moyens de faire autrement.

Cette culture politique nous vient de l’opposition théologique entre le bien moral et le péché, le mal. Plus anciennement, il s’agit de la lutte entre deux principes opposés, identifiés à Dieu et au Diable, en lutte pour le contrôle de l’âme humaine et la suprématie terrestre.

Objectivement nul ne peut nier que la vie est faite de souffrance et de plaisir, et les diverses écoles philosophiques se disputent pour savoir si c’est la douleur ou le bonheur qui ont la première place dans l’existence.

Ainsi pour le Bouddha et le Christ, c’est la souffrance qui domine sur la terre, et un bonheur durable ne peut être trouvé que dans le Nirvana ou le Royaume des Cieux.

Aujourd’hui, on enseigne le contraire. Le bonheur doit être trouvé ici-bas, et la souffrance n’est qu’un phénomène temporaire qui sera anéanti par la science et le progrès social.

Sur le dogme du progrès scientifique et politique, on a reconverti les croyances chrétienne et bouddhiste en un humanisme spirituellement correct. Le Nirvana et le Royaume des Cieux vont apparaître sur la terre prochainement, si ce n’est déjà fait. Voilà ce qui rassemble tous les gogos connectés sur l’onde de la pensée unique. Cette philosophie rudimentaire qui évacue le problème de l’éternité de l’âme, est en voie de devenir la croyance fondatrice de la nouvelle religion mondiale. D’ores et déjà, c’est le ciment de la pensée unique, et celui qui ne partagerait pas cette vision ne risque pas d’être invité sur ces plateaux de télévision où l’on célèbre quotidiennement la grand messe du meilleur des mondes.

C’est un fait admis, la douleur n’est qu’un phénomène superficiel qui sera vite oublié grâce à la science, et toute injustice disparaîtra grâce à l’unité internationale.

Que les faits nous disent exactement le contraire, cela ne fera pas changer d’avis les innombrables dupes qui ont été dressées à croire en une espérance aussi vaine et creuse.

Quant à celui qui ne partage pas cet idéal artificiel, il sera dénoncé comme suppôt de Satan. Avec la mode du nouvel âge, il est apparu une tyrannie de la bonté la plus hypocrite qui soit, un fascisme moral au nom de la « lumière ». Cette idéologie a repris les dogmes du socialisme et du scientisme en prétendant que l’évolution terrestre se dirige vers une perfection dans une ascension infinie. C’est en réalité une idée inventée par des jésuites occultistes dont Teillard de Chardin fut le vulgarisateur. On a gommé les aspects matérialistes, pour mettre en avant un idéal spirituel de fusion entre le monde visible et les hiérarchies angéliques.

Ce programme de spiritualisation de la nature sera couronné par l’avènement d’un ordre mondial parfait dirigé par des sages – la synarchie des « maîtres de sagesse » – incarnés physiquement pour la circonstance, avec le messie à leur tête.

Cet idéal a énormément progressé et il touche aujourd’hui des milieux culturels et sociaux divers, de sensibilités idéaliste, pacifiste, socialiste, écologiste, religieuse, humanitaire, etc avec la bénédiction des leaders religieux et politiques. Tous sont branchés sur l’inéluctable avènement du meilleur des mondes. Tout le monde a été dressé à espérer un miracle.

C’est un grand consensus qui se fait jour, présageant ce que sera la tyrannie morale et politique dans le nouvel ordre mondial. Il ne fera pas bon être un opposant car le dissident apparaîtra comme un agent des forces des ténèbres, un ennemi de la Lumière.

Parlons donc à présent de ce qui se dissimule derrière les notions de « lumière » et de « forces noires ». Nous écrivons ceci à l’usage de personnes averties et non pour le grand nombre qui va naturellement dans la direction que les autorités lui indiquent.

Celui qui a bien compris que la politique c’est diviser pour régner n’aura aucun mal à admettre que la manipulation la plus subtile utilise les idées morales les plus élevées.

Les autorités terrestres ont toujours su flatter la sensibilité humaine avec la promesse d’un bonheur ultime réservé à ceux qui obéissent, en y opposant la crainte de l’enfer pour les récalcitrants. Les maîtres du jeu se sont partagés les rôles depuis l’aube des civilisations : les forces de lumière et de bonté d’un côté et les forces de l’ombre de l’autre.

Comme par hasard, les autorités ont toujours assumé le beau rôle, et les pontifes se sont présentés au peuple comme les intermédiaires des bonnes puissances – angéliques et divines.

La croyance que les autorités religieuses sont du côté de la lumière est donc enracinée profondément dans l’humanité. Grâce aux hiérarchies cléricales avec leur décorum et leurs cérémonies, les masses se sont senties en sécurité, protégées des forces de l’autre bord, les esprits mauvais. Cette mise en scène spectaculaire du « bien » et de la « vérité » est toujours la méthode de manipulation des autorités politiques et religieuses. Ce jeu est contrôlé par des loges secrètes, où la division entre le bien et le mal n’est déjà plus aussi tranchée.

Traditionnellement, on distingue deux types de sociétés occultes : les cercles ésotériques qui manipulent la bonté, et la confrérie noire qui travaille par violence et contrainte. On pourrait croire que ces deux groupes se livrent à une guerre sans merci – ce qui est le cas lorsque leurs intérêts sont menacés – mais il faut savoir que les deux bords sont contrôlés par un conseil suprême. Cette instance est un régulateur qui rééquilibre en permanence les excès d’un bord ou de l’autre. Selon les périodes historiques, il est laissé plus de latitude à l’une ou l’autre de ces hiérarchies qu’on a identifié sous les noms de « Lucifer et Ahriman » ( ce n’est qu’une commodité de langage), à savoir, les forces de la fausse lumière spirituelle (Satan si l’on préfère) et les forces noires matérialistes (Le diable inventé par la religion).

Très schématiquement, on peut dire que les forces lucifériennes sont idéalistes et utilisent les religions et les croyances comme masque, alors que les forces noires sont mentales et pragmatiques, et elles contrôlent le monde par la finance, la science et la politique.

Nous avons donc ici une représentation des deux colonnes de la société : l’église et l’état.

Une multitude de sociétés occultes sont rangées sous l’une ou l’autre tendance afin de recouvrir tout le champ des possibilités en terme d’idéalisme ou de pragmatisme. Chacun d’entre nous est sollicité par un bord ou l’autre s’il veut grimper dans la hiérarchie sociale.

Les loges de la base accueillent le « tout venant » dont les élus seront sélectionnés dans les degrés supérieurs de l’initiation. Au plus haut niveau, l’on est conscient de servir Lucifer ou Ahriman, alors que dans les degrés inférieurs, on obéit simplement aux ordres, en échange de quelques privilèges. La corruption demeure donc l’arme absolue pour tenir l’élite sous contrôle – depuis l’actrice qui sert d’esclave sexuel jusqu’au financier anonyme.

Officiellement, tous ces personnages se déclarent humanistes, et souvent philanthropes.

Ils servent de modèles aux masses, et ils doivent laissent croire que le monde est entre de bonnes mains, ou selon la parole de Patrick Poivre d’Arvor : « Nous sommes là pour donner une image lisse du monde ». Un aveu sincère, riche de sens.

Journalistes, écrivains, humanitaristes, travailleurs sociaux, médecins, religieux, artistes, vedettes, politiciens de tous les bords, capitaines d’industrie…tous préconisent la paix, la justice, le progrès, l’évolution, la bonté et toutes les vertus de la modernité pour le meilleur des mondes. Il y a peu de fausses notes dans ce concert de bonne volonté débordante, et le personnage célèbre qui franchirait la ligne jaune, en égratignant un peu le consensus, risque fort d’avoir un accident de voiture ou tout au moins de perdre son gagne-pain.

Donc, nous voyons que le « bien » de la politique luciférienne, est l’arme la plus puissante pour contrôler l’humanité avec son pendant inévitable qui est la peur, laquelle est vitalisée par les loges noires.

La peur exacerbe l’espoir et la recherche d’une sécurité ici-bas ou dans l’au-delà, ce qui justifie l’existence des idéologies, des croyances et des religions.

Si l’on regarde le jeu du « bien » et du « mal » depuis le sommet de la pyramide où se tient le conseil planétaire suprême, on est tenté de dire que l’un et l’autre s’équilibrent parfaitement, et que toute insistance du côté du bien relatif entraîne des calamités, et vice versa.

Ainsi l’idéologie new age qui aspire à un monde parfait est une réaction naturelle à l’accumulation des maux modernes, la détresse morale grandissante de l’humanité ainsi que la dénaturation du monde vivant, lesquels appellent l’espoir en un avenir rayonnant. Lorsque le mal devient quasi insurmontable, il apparaît un idéalisme de même intensité.

C’est le mouvement normal balancier, et ce mouvement ne doit rien au hasard. Les loges occultes ont réglé le ballet des contraires. L’une, la « loge noire », se déchaîne par la technologie et l’économie, commettant tous les crimes contre la nature, tandis que l’autre, la « loge blanche », prépare l’alternative en diffusant l’espérance. Bien entendu, l’alternative au matérialisme étouffant ne peut être qu’une bouffée d’espérance idéaliste à la mesure des fléaux que nous endurons. Qui donc irait protester contre ce mécanisme logique et naturel ?

La loge politique occulte qu’on appelle « grande loge blanche » a préparé le terrain depuis environ un siècle en établissant un programme très sophistiqué en vue de revivifier le messianisme. En accord avec leurs « frères » de la confrérie noire, ces initiés « blancs » ont littéralement planifié le chaos qui a ensanglanté le XX° siècle, tout en développant parallèlement l’idéologie pacifiste. Les deux groupes se sont partagés les tâches : « tu frappes et moi je soigne ». Rien n’arrive au hasard.

Il ne sera donc pas difficile le moment venu de réparer les dégâts causés par la pollution et l’économie, car l’antidote était déjà prête avant l’empoisonnement.

Vous verrez qu’au moment où ils le décideront, les prédateurs se feront justiciers et guérisseurs des plaies de l’humanité et de la nature. Vous pouvez déjà le constater lorsque les instituts internationaux de la finance et la politique qui sont les agents conscients du mal en ce monde, se répandent en messages humanitaires.

Progressivement, le message prendra un ton spirituel à base de proclamations messianiques : « nous sommes tous frères et nous voulons vivre en paix dans un monde unifié ».

Lorsque les initiés des loges lucifériennes tiennent ce langage, alors il faut craindre le pire.

Si les maîtres du monde s’intéressent subitement et avec autant d’insistance à notre bonheur, et qu’ils veulent même nous imposer un bonheur terrestre à leur façon, soyons assurés qu’ils nous préparent un mauvais coup d’une envergure inouïe.

Ce mouvement de redressement est inéluctable et le balancier repartira dans une direction qui paraîtra positive… selon les apparences. En réalité, une tyrannie internationale d’une puissance inimaginable va tomber sur l’humanité. Cette tyrannie ne peut s’imposer qu’en prenant le masque des bons sentiments, et procurer l’illusion que l’ordre mondial nouveau provient du désir même des êtres humains. C’est la clé d’une manipulation réussie. Le client doit être convaincu qu’il désire l’objet inutile qu’on va lui vendre au prix fort.

Les maîtres du jeu nous disent par tous les canaux de communication : « Vous voulez du bonheur, alors, on va vous en donner ! » En attendant, et pour que ce bonheur virtuel soit mieux apprécié, ils mettent la pression en dénaturant la vie dans tous ses aspects. Le bonheur, cela se mérite, n’est-ce pas ? C’est l’offre et la demande.

L’être humain s’est emprisonné dans l’illusion du bien et du mal, créant un monde à l’image de sa peur et du désir de sécurité qui en découle. La « réalité » que nous avons créée est un mélange de bien et de mal qui sont les deux faces de l’illusion de nos croyances déconnectées de l’amour vrai et de la sagesse universelle. Nos pensées ont créé le monde des contraires.

Bien entendu, il demeure l’espérance dans le Bien absolu, mais cela ne devient réalité que lorsqu’on sort du « jeu des blancs et des noirs ». C’est une leçon difficile pour l’humanité. Mais c’est ainsi que se forme la Conscience. Ce merveilleux enjeu est à la mesure de l’épreuve dans laquelle nous nous sommes engagés par désir de faire l’expérience consciente du mal. Il faut donc aller jusqu’au bout, sans refuser de voir la double nature, « bonne et mauvaise » de l’illusion. Qu’est-ce que le mal , sinon s’écarter de la loi universelle ? Et qu’est-ce que le bien, sinon y retourner ? Et pour y retourner, il faut changer le schéma mental qui a généré l’illusion originelle. C’est le but de la spiritualité authentique : changer de conscience.

Auteur présumé : Joël Labruyère (Source : Changement Climatique) “Publié par Hélios, sur le site bistrobarblog.blogspot.com, d’après le CD de Nenki (”Conspiration”)” lu sur NEWS OF TOMORROW et vu pour ma par chez NéoTrouve

;-)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugues-André Serres 11387 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog