Magazine

Review du film Paintball

Publié le 03 janvier 2010 par Hsztheater

paintball movie

Réalisé par Daniel Benmayor et sortant en France directement en DVD le 6 janvier, Paintball est un film espagnol qui raconte l’histoire d’une bande de joueurs de paintball qui doivent tenter de survivre après que l’un d’eux ait reçu une vraie balle et meurt.

Qu’on se le dise d’entrée de jeu, Paintball est une daube. Vulgaire pompage de plusieurs films de genre (Severance, Hostel, Saw, Battle Royale pour ne citer qu’eux), Paintball n’a eu comme seul effet de me faire perdre 1h30.

Le plus gros aspect négatif du film, c’est son manque de crédibilité. Servi par une bande d’acteurs aussi convaincants qu’un lipdub de l’UMP, qu’une Christine Albanel parlant de logiciels libres, qu’une racaille du 78 ou qu’un iPhone intégrant Windows Sept, Paintball enchaine les situations débiles auxquelles on ne croit pas une seule seconde, ce qui donne un grand coté comique non voulu (la sortie du bus façon guerre du Vietnam…). Les acteurs en font beaucoup trop, et leur comportement n’est pas du tout adapté aux situations auxquelles ils sont confrontées, même si bien sûr tout cela reste de la fiction.
Comme si le jeu d’acteur lamentable ne suffisait pas, la seule originalité du film (les meurtres qu’on voit à travers une caméra thermique) vient encore entacher la crédibilité du film en donnant encore cette impression de too much certainement due aux effets spéciaux numériques utilisés lors de ces scènes.

L’utilisation à outrance de la shaky cam dans Paintball rend vraiment très mal et on se perd très souvent dans les scènes, déjà assez brouillonnes à cause d’une pellicule qui n’est visiblement pas passée au post-traitement et qui peine donc à faire ressortir quoi que ce soit.

Le scénario décousu tenant aisément sur une feuille de PQ coupée en quatre nous donne l’impression d’avoir été écrit par un Slovaque à moitié ivre tant les omissions et les incohérences sont nombreuses. Je sais bien que dans un film on n’est pas obligé de tout expliquer, mais il y a un minimum syndical à respecter. Je parle notamment de la présentation des personnages, chose essentielle si on veut que le spectateur puisse s’attacher voir même s’identifier à ceux-ci. Mais non, Paintball préfère nous servir la bande de bras cassés directement dans le camion. Comment sont-ils arrivés là ? Mystère..

Il en sera de même pour le tueur (ridicule au passage) dont on ne saura rien jusqu’au bout du film, si ce n’est que lui aussi était un pion dans l’histoire. Sa motivation ? Mystère là aussi. Le pourquoi du comment tient dans un foireux mélange entre Hostel et Battle Royale, la fin du film étant une des plus nazes qu’il m’ait été donné de voir.

Bref, tout ça pour dire que je n’ai pas aimé et que je ne recommande pas ! C’est en tout cas ma première déception dans le cinéma espagnol.
Je vous invite tout de même à vous faire votre propre opinion car je n’ai parlé que des points négatifs du film mais tout n’est cependant pas à jeter.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hsztheater 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte