Magazine Société

Anarchisme et forces armées

Publié le 26 janvier 2010 par Uscan
Extrait de "Hommage à la Catalogne" de George Orwell. L'auteur s'est enrôlé volontairement dans les milices du P.O.U.M en 1936. Ce qu'il dit ici a valeur de témoignage.

Le point essentiel [en] était l'égalité sociale entre les officiers et les hommes de troupe. Tous, du général au simple soldat, touchaient la même solde, recevaient la même nourriture, portaient les mêmes vêtements et vivaient ensemble sur le pied d'une complète égalité. Si l'envie vous prenait de taper sur le dos du général commandant la division et de lui demander une cigarette, vous pouviez le faire et personne ne s'en étonnait. En théorie en tout cas, chaque milice était une démocratie et non une hiérarchie. Il était entendu qu'on devait obéir aux ordres, mais il était aussi entendu que, lorsque vous donniez un ordre, c'était comme un camarade plus expérimenté à un camarade, et non comme un supérieur à un inférieur. Il y avait des officiers et des sous-officiers, mais il n'y avait pas de grades militaires au sens habituel, pas de titres, pas de galons, pas de claquements de talons ni de saluts obligatoires. On s'était efforcé de réaliser dans les milices une sorte d'ébauche, pouvant provisoirement fonctionner, de société sans classes. Bien sûr, ce n'était pas l'égalité parfaite, mais je n'avais encore rien vu qui en approchât autant, et que cela fût possible en temps de guerre n'était pas le moins surprenant.

Mais j'avoue que, tout d'abord, je fus horrifié de la façon dont allaient les choses sur le front. Comment diable une armée de ce genre pourrait-elle gagner la guerre ? C'était ce que tout le monde disait alors, mais cette remarque, pour être juste, n'en était pas moins déraisonnable. Car, étant donné les circonstances, il n'était pas possible que les milices fussent sensiblement meilleures qu'elles n'étaient. Une armée moderne, mécanisée, ne surgit pas de terre, et si le gouvernement avait attendu d'avoir à sa disposition des troupes bien entraînées, Franco n'eût jamais rencontré de résistance. Par la suite, il devint de mode de dénigrer les milices et de prétendre que les imperfections, qui étaient dues au manque d'entrainement et d'armes, étaient la conséquence du système égalitaire. En fait, un contingent de milices nouvellement mis sur pied était bien une bande indisciplinée, non pas parce que les officiers appelaient les simples soldats "camarades", mais parce que toute troupe non aguerrie est toujours une bande indisciplinée. Dans la pratique, la discipline de type démocratico-révolutionnaire est plus sûre qu'on ne pourrait le croire. Dans une armée prolétarienne, la discipline est, par principe, obtenue par consentement volontaire. Elle est fondée sur le loyalisme de classe, tandis que la discipline d'une armée bourgeoise de conscrits est fondée, en dernière analyse, sur la crainte. (L'armée populaire qui remplaça les milices était à mi-chemin entre ces deux types.) Dans les milices on n'eut pas supporté un seul instant le rudoiement et les injures qui sont monnaie courante dans une armée ordinaire. Les habituelles punitions militaires demeuraient en vigueur, mais on n'y recourait que dans le cas des fautes très graves. Quand un homme refusait d'obéir à un ordre, vous ne le punissiez pas sur-le-champ ; vous faisiez d'abord appel à lui au nom de la camaraderie. Les gens cyniques, sans expérience du maniement des hommes, diront aussitôt que cela n'est pas possible, que cela ne "marche" jamais; mais, en fait, à la longue, cela "marche". Avec le temps la discipline même des pires contingents de milices s'améliora à vue d'œil. En janvier la tâche de maintenir à la hauteur une douzaine de recrues inaguerries faillit me donner des cheveux blancs. En mai, je fis pendant quelque temps fonction de lieutenant à la tête d'une trentaine d'hommes, Anglais et Espagnols. Nous avions tous plusieurs mois de front et je n'ai jamais rencontré la moindre difficulté à faire exécuter un ordre ou à trouver des volontaires pour une mission périlleuse. La discipline "révolutionnaire" découle de la conscience politique - du fait d'avoir compris pourquoi il faut obéir aux ordres ; pour que cela se généralise, il faut du temps, mais il en faut aussi pour transformer un homme en automate à force de lui faire faire l'exercice dans la cour de quartier. Les journalistes qui se gaussèrent du système des milices ont le plus souvent oublié que les milices eurent à tenir le front pendant que l'armée populaire s'entraînait à l'arrière. Et c'est un hommage à rendre à la solidité de la discipline "révolutionnaire" que de constater que les milices demeurèrent que le champ de bataille. Car jusqu'en juin 1937 il n'y eut pour les y retenir que leur loyalisme de classe. Il était possible de fusiller des déserteurs individuels - il y en a eu parfois des fusillés - mais si un millier d'hommes eussent d'un commun accord décidé de quitter le front à la fois, il ne se trouvait aucune force pour les en empêcher. Une armée de conscrits dans les mêmes conditions - en l'absence d'une police militaire - eût fondu. Les milices, elles, tinrent le front et Dieu sait pourtant qu'elles remportèrent peu de victoires ; mêmes les désertions individuelles furent rares. En quatre ou cinq mois dans les milices du P.O.U.M. je n'ai entendu parler que de quatre déserteurs, et encore est-il à peu près certain que deux d'entre eux étaient des espions qui s'étaient enrôlés pour recueillir des informations. Au début, l'état évident de confusion, le manque général d'entrainement, le fait d'avoir souvent à discuter cinq minutes avant d'obtenir l'exécution d'un ordre, me consternaient et me mettaient en fureur. Ma façon de concevoir les choses était celle de l'armée britannique et, évidemment, les milices espagnoles différaient extrêmement de l'armée britannique. Mais, à tenir compte des circonstances, elles se sont révélées des troupes meilleures qu'on était en droit d'attendre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Uscan 107 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine