Magazine Société

Glaciergate: il ne faut pas se faire une montagne de l'Himalaya

Publié le 30 janvier 2010 par Francisrichard
dailymailClimate Gate et Glaciergate même combat : il ne faut pas éliminer comme dit le slogan qui promeut une eau minérale, il faut minimiser.

Rappel des faits sur la base d'un article limpide de Jean Martin, publié sur son site,  La Pensée Unique ici, d'où la photo ci-contre est tirée.

Le 13 novembre 2009 le Daily Mail Reporter publie un article sur la fonte des glaciers de l'Himalaya avec ce titre chaud avant le sommet du ridicule de Copenhague :

"Les glaciers de l'Himalaya pourraient disparaître avant 30 ans à cause du réchauffement global".

Cet article a de sérieuses références. En effet il s'appuie sur le 4ème rapport du GIEC, écriture sainte publiée en 2007 ici :

"Glaciers in the Himalaya are receding faster than in any other part of the world (see Table 10.9) and, if the present rate continues, the likelihood of them disappearing by the year 2035 and perhaps sooner is very high if the Earth keeps warming at the current rate. Its total area will likely shrink from the present 500,000 to 100,000 km2 by the year 2035 (WWF, 2005)".

Ce qui, traduit en français par Jean Martin, donne :

"Les glaciers de l'Himalaya sont en recul plus rapide que dans n'importe quelle autre partie du monde (voir Table 10.9) et, si le taux [NDT : de fonte] continue à son rythme actuel, la probabilité qu'ils disparaissent en 2035 et peut-être plus tôt, est très grande si la Terre continue à se réchauffer au rythme actuel. Sa surface totale passera probablement de 500.000 km2 à 100.000 km2 en l'an 2035 (WWF, 2005)."

On l'aura remarqué: le 4ème rapport du GIEC s'appuie sur une référence éminemment scientifique, le WWF, bien connu pour son catastrophisme ordinaire. Lequel s'appuie sur une référence plus ancienne, un travail de Kotlyakov publié par l'UNESCO en 1996 ici :

"The extrapolar glaciation of the Earth will be decaying at rapid, catastrophic rates - its total area will shrink from 500,000 to 100,000 square kilometres by the year 2350."

Ce qui, traduit en français par Jean Martin, donne :

"La glaciation extrapolaire mondiale (NDT : C'est à dire de tous les glaciers hors des pôles) décroîtra à des vitesses rapides, catastrophiques - sa surface totale se rétrécira de 500.000 à 100.000 kilomètres carrés aux environs de l'année 2350"

La recopie, l'imagination et le manque de rigueur, sont choses dangereuses. Jean Martin a relevé au moins 4 erreurs dans le texte du GIEC

- 2350 dans le texte de Kotlyakov est devenu 2035 dans le texte du WWF

-
Kotlyakov parlait de tous les glaciers du monde qui représentent une surface de 500 000 km2, le WWF ne parle que des glaciers de l'Himalaya. Or la surface himalayenne est de 33 000 km2...

- les glaciers de l'Himalaya ne reculent pas plus vite qu'ailleurs : "Cogley and Michael Zemp of the World Glacier Monitoring System disent que la fonte est à la même vitesse que les autres glaciers du monde" précise Jean Martin

- la Table 10.9 du rapport du GIEC "note un recul de 135,2 m/an pour le glacier Pindari alors que le calcul à partir des deux premières colonnes donne 23,2 m/an (erreur d'un facteur 6)" précise encore Jean Martin.

Le plus beau est que ces affirmations péremptoires n'ont aucune base scientifique et qu'elles sont même contredites par les observations de glaciologues éminents, selon un article de la revue Science, publié le même 13 novembre 2009,  ici, et traduit par Jean Martin :

"Le mot de la fin est que les affirmations du GIEC sont "horriblement fausses" assure John "Jack" Shroder, un spécialiste des glaciers de l'Himalaya de l'Université de Nebraska, Omaha. "Ils ont été trop rapides pour tirer des conclusions avec trop peu de données."

La dépêche de l'AFP icipubliée dans la Tribune de Genève du 21 janvier 2009, souffle le chaud :

"Le rapport du GIEC fait autorité dans le monde en matière d'évaluation du réchauffement climatique et de ses impacts. Ses résultats sont visés par des scientifiques et vérifiés par des éditeurs."

Et le froid :

"Cette affaire pourrait constituer une nouveau camouflet pour les spécialistes du climat de l'ONU, chargés d'éclairer les décisions des politiques, après l'affaire du "climategate", le scandale des courriels piratés d'experts soupçonnés de manipuler des données pour confirmer le réchauffement planétaire, qui avait éclaté à quelques jours du sommet de Copenhague."

Mais, finalement, il faut minimiser, comme le font la plupart des médias francophones :

"LE GIEC estime cependant que la conclusion générale du rapport, qui prédit que la fonte des glaciers de l'Himalya, des Andes et de l'Hindu-Kush, va s'accélérer au XXIe siècle, est "solide" et "appropriée", et a réaffirmé que ses conséquences seraient dévastatrices."

Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Francis Richard

Nous en sommes au

560e jour de privation de liberté pour Max Göldi et Rachid Hamdani (de droite à gauche), les deux otages suisses en Libye

goldi et hamdani

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francisrichard 9931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine