Magazine Politique

Triste bilan de la baisse de la TVA restauration.

Publié le 30 janvier 2010 par Radicallibre77

Oubliées les promesses des professionnels de la restauration. La baisse des tarifs, les réajustements salariaux, les embauches de personnel. De jolies promesses, que ce gouvernement s'est empressé de croire, bien naïvement. Aveuglément.

Et à quel prix !

Ce joli cadeau fiscal a couté au Trésor 3 milliards d'euros. A un moment où cette majorité a mis la France en faillite, selon les propres termes du 1er ministre, où le déficit du pays se creuse chaque jour un peu plus, le gouvernement s'est offert, aux frais des Français, de faciles relais auprès de l'opinion. Les restaurateurs.

Et ces derniers ont tout lieu d'être satisfaits. Alors que la TVA passait de 19.6 à 5.5 % en juillet 2009, soit 14 points de moins, les prix dans la restauration baissaient quant à eux de seulement 1.3 %. Et cette baisse a été, depuis, rattrapée par l'inflation annuelle dans ce secteur. En effet, malgré ces milliards d'€ de cadeaux, les prix ont augmenté dans la restauration en 2009, de 1.3 %. Soit 10 fois l'inflation…

Une pratique inflationniste qui a surpris jusqu'au gouvernement qui a demandé aux restaurateurs, par la voix d'Hervé Novelli, secrétaire-d'état aux PME, de modérer la hausse des prix en 2010. Un comble !

Du côté social, le résultat semble meilleur. Le gouvernement a contraint les syndicats professionnels à un “contrat d'avenir”. Celui-ci incluait une négociation salariale avec les syndicats de salariés et la création de 40 000 emplois. Ainsi, le 14 décembre, c'est-à-dire, 5 mois après la baisse de la TVA, un accord a été conclu entre les employeurs et les salariés du secteur. Cette négociation a porté sur les salaires, les congés et la création d'une mutuelle. Cependant, l'accord n'a été signé que par 3 organisations patronales sur les 5. Le gouvernement va avoir fort à faire pour généraliser cette signature à l'ensemble de la profession.

Pour ce qui est des promesses d'embauches, le compte n'y est pas non plus. Il est prévu pour 2010, que quelques milliers de créations, principalement dans les chaînes de restauration.

Le bilan de ce véritable sacrifice financier de l'Etat est plus que mitigé. Le gouvernement a agi avec beaucoup de légèreté en la matière. Dans le seul but de répondre à une promesse d'un autre temps. Et avec pour seule contre-partie, des engagements que le gouvernement ne pourra pas contrôler, de par le nombre d'établissements et le manque de volonté politique.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Radicallibre77 77 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine