Magazine Info Locale

SANTE DES ADOS : « Les ados ont les glandes ! Faut-il s’intéresser à leurs hormones ? »

Publié le 01 février 2010 par Santelog @santelog

SANTE DES ADOS : « Les ados ont les glandes ! Faut-il s’intéresser à leurs hormones ? »

VISUEL INPES L’association des médecins endocrinologues libéraux de la région Rhône-Alpes informe que son treizième symposium, qui a lieu tous les deux ans depuis plus de vingt ans, se tiendra à Lyon le 11 février 2010 à l’Espace Tête d’Or.

La nécessité de prendre en charge de façon spécifique les adolescents s’est concrétisée dans les années récentes par la création des Maisons des adolescents, l’enseignement des comportements à risque (troubles alimentaires, suicide …), le dépistage précoce des maladies mentales, les thérapies familiales...

Pour la première fois dans un colloque, les aspects physiques et hormonaux de l’adolescence qui déclenchent de façon inéluctable et peu prévisible la transformation de l’enfant en adulte sont réunis. Cette période peut durer une dizaine d’années, avant que les nouveaux repères soient pris. Les endocrinologues sont confrontés dans leur pratique aux bouleversements hormonaux de l’adolescence, aux changements du corps, de taille, de poids, du visage, acné, poils, règles, douleurs, sexualité...

Les adolescents ont peur d'être "différents" : sont-ils « normaux » ?

Les parents, de leur côté, souffrent de ce que deviennent leurs enfants, avec les mêmes questions : peut-on modifier son corps « pour que ma fille ne souffre pas comme moi ? » Pour qu’elle se rapproche du « modèle idéal », ou« pour que mon fils soit plus grand ? »

Peut-on comprendre le mécanisme neuro-hormonal des addictions, de mettre en garde contre les pièges de l’anorexie ou de l’alcool ?

Se pose enfin, dans un contexte de quête identitaire et de prise d’autonomie face à la famille, la difficulté de la prise en charge des maladies chroniques, comme le diabète et l’obésité.

A partir des données objectives scientifiques, ce symposium permet de réfléchir à l’accompagnement et aux soins que nous pouvons donner aux jeunes. La demande d’information de leur part est immense : l’entretien singulier et secret de la consultation médicale est un lieu privilégié pour la délivrer. Les difficultés les plus complexes peuvent être traitées par une approche multidisciplinaire, qui permet un étayage plus structurant que l’approche individuelle.

Source/auteur : Gérard Clavairoly, Endocrinoinfo Renseignements pratiques Tel 06 60 67 04 62


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines